AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
lienlien
Top Site
Contenu


Partagez|

Contexte : Légende de Kolmen Kirosi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar
Admin
Infos de base∞ Nombre de messages : 347
∞ Nombre de messages RP : 1
∞ Âge du personnage : 62 ans
∞ Caste : Nobles
∞ Métier : Jarl de Kolmen Kirosi
∞ Statut : Veuf
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
0/0  (0/0)
Or possédé:
0/0  (0/0)
Description sommaire:
Dim 18 Juin 2017 - 10:38 Message | (#)


Kolmen Kirosi, les Trois Maudits




Kolmen Kirosi, les Trois Maudits, sont des Terres de légendes cerclées par la mer et peuplées de guerriers fiers, puissants et craints par Gamall, le Vieux Continent et ses habitants. Retranchés dans leurs maisons de glaise, ils guettent l’horizon et redoutent d’y apercevoir les voiles des redoutables drakkars annonçant la venue des descendants des Kirosi. Car tous les fils et toutes les filles des Trois Îles du Nord ont des origines qui instillent encore aujourd’hui, la terreur dans le cœur des Hommes.


Parmi les hommes du Nord pillant et saccageant les côtes de Gamall, il y en ait des terribles dont les origines ont été depuis longtemps perdues. Nul ne sait d’où ils viennent, mais chacun connaît le mythe…
Au cœur d’une noire nuit, un roi viking tint pour la première fois dans ses bras ses héritiers. Ils étaient trois, et grandirent ensemble et pourtant différents en tout point.

L’aîné, venu au monde quelques secondes avant les autres, devint un puissant guerrier et un redoutable stratège. Il croyait que l’influence d’un royaume résidait dans le commerce, et l’accumulation de richesses. On le connaît sous le nom de Brynleifr, l’héritier en armure, car il n’y avait aucun doute possible dans son esprit : il savait qu’il régnerait, et il régnerait seul.

Son frère ne l’entendait point ainsi. Hjörvarr, le soldat à l’épée, ne manquait pas d’ambition. Au nom de son père il menait les plus grands pillages, tous les marins connaissaient son nom et craignaient d’apercevoir son pavillon. Il rassembla autour de lui des hommes ambitieux et fougueux, et attendit son heure.

Enfin il est impossible d’oublier leur sœur, qu’il fut jamais possible de reléguer aux tâches communément réservées aux femmes. Sigrún, la victoire secrète, avait appris qu’il lui fallait être rusée et implacable pour exister dans ce monde d’hommes. Partant en exploration avec ses fidèles, elle se constitua un réseau d’alliés dans toutes les contrées environnantes et au-delà.

À la mort du roi, tous voulurent sa place, et tous s’étaient préparés à la prendre par la force. Un terrible conflit éclata, ravageant la nation et décimant des milliers de familles. On raconte que les terres abreuvées le jour, transpiraient le sang la nuit tombée et que le vent ne transportait plus que l’odeur de la mort. Ses ondées parvinrent jusqu’aux dieux, et Heimr, le plus puissant d’entre eux, décida d’intervenir dans les affaires des mortels.

Puisqu’ils ne pouvaient ni s’entendre ni se départager, alors aucun n’était digne de régner. Il leur infligea une terrible malédiction : à chaque venue de la lune, ils se transformeraient en monstrueuses bêtes.
Brynleifr, dont sa force n’avait d’égale que sa cupidité, devint un ours gigantesque et violent. Pourchassé par ceux qu’il avait un jour cru pouvoir gouverner, il s’abrita dans les sombres et épaisses forêts. Hjörvarr aimait la mer, ce qui n’avait pas échappé au dieu qu’il avait omis de prier. Heimr lui donna l’apparence écailleuse et repoussante d’une wyverne. Cet animal, connu pour son appétit et sa brutalité, fut chassé par le fidèle équipage du soldat et il se cacha dans les eaux froides. Sigrún subit le même sort sitôt la nuit tombée : sa formidable chevelure blonde tomba et laissa place à un plumage doré. Bec acéré, serres tranchantes, on tenta de capturer ce rapace pour le vendre à quelconque souverain des îles du Sud mais déployant ses ailes grandioses, elle s’échappa dans les nuages.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Toutefois, les enfants de Heimr en décidèrent autrement. Au nombre de trois eux aussi, ils se prirent chacun d’affection pour ces malheureux maudits. Ils les conduisirent loin de ce royaume saigné et perdu, jusqu’à trois îles qui étaient semblables à eux : proches et distinctes à la fois.

Miðgarðr, divinité de la terre, emmena Brynleifr sur la plus large et verdoyante des trois îles. Celui-ci la baptisa Bjǫrn, l’Ours, et fit ainsi la paix avec sa nature.

Hjörvarr, sous la protection de la divinité des eaux, Vatn, rejoignit une île rocailleuse et gorgée de minerais. Snákr, le Serpent, devint son nom.

Quant à Sigrún, elle fut guidée par Stjarna, l’étoile, et prit résidence sur un territoire escarpé qui dominait en hauteur les deux autres îles. Fálki, le Faucon, était un nom naturel.

Les trois dieux soutinrent et protégèrent leurs élus, leurs champions, qui peu à peu, fondirent leurs cités. Ils jurèrent alors de vivre en paix les uns avec les autres et par le biais d'un accord, le Ráðfriðr, ils promirent de ne jamais tenter d'envahir le territoire de l'autre. Les Îles prospérèrent jusqu’à nos jours, bien après la mort de leurs fondateurs, les Trois Maudits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com


Signature



Contexte : Légende de Kolmen Kirosi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...
» Quelque vilains dans la Légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kolmen Kirosi :: Table des Lois et encyclopédie :: Tables des Lois-