AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bonjour ,
  Tu as posté messages.
    Dernière visite le .

Partagez | 

Fier pour lui plaire } Wiland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Mai 2018 - 2:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1122
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Fier pour lui plaire × Jarða × Tré, 603


Existait-il en ce monde une envie plus dévorante et insatiable que celle de plaire ?
Tandis que Gabriel frappait, frappait et refrappait le minerai qui refusait de ployer sous ses coups, il était difficile d’en douter. Sous les yeux du maître en la matière, indépassable et jalousé dans tous les Kolmen et au-delà, l’apprenti refusait le repos et la perspective d’un échec. Dans la solitude de son travail, quand la forge n’était léchée que par les flammes et à l’abri de tous les regards, il se montrait moins pusillanime, plus prudent, précautionneux, parfois même indulgent. Il ne pouvait pas réussir à tous les coups, et puis, il ne maîtrisait pas encore toutes les techniques de cet art subtil. Comment s’en vouloir ? Wiland œuvrait depuis tant d’années, il ne pouvait être que meilleur…

Pourtant, sous son regard, il déployait des trésors d’obstination. Par fierté, par peur de décevoir, parce qu’il serait meurtri au plus profond de lui-même si un jour, l’homme admiré lui avouait regretter son choix initial. Il était si jeune quand il l’avait pris sous son aile, mais déjà trop vieux pour être un apprenti. Quelques œillades s’étaient levées, et des index rieurs s’étaient pointés sur lui lorsque Wiland l’avait ramené sur Snákr, cette terre rude et glacée, l’arrachant au confort rassurant de Bjǫrn, l’île qui l’avait vu naître. Trop vieux, trop hésitant, timoré, discret, il n’avait rien pour plaire… Toutefois, c’était lui que le maître-forgeron avait choisi. Et de cela, le jeune homme qu’il était autrefois en avait tiré une fierté immense, qui le rendait invincible et imperméable aux critiques. Cette protection s’était étiolée avec les années, mais Gabriel en avait moins besoin.

Il était certes loin d’être aussi doué que Wiland, mais il n’avait pas à rougir de son travail de forgeron. Il travaillait dur dans l’espoir d’approcher son niveau, de l’égaler, voire même de le dépasser… Un jour, peut-être. Il n’était pas impatient pour autant, car il appréciait, et recherchait la compagnie de cet homme qui représentait beaucoup à ses yeux, sans qu’il en définisse clairement les contours. Un père de substitution ? Un frère ? Un ami ? Un rival ? Un homme, qui un jour quitterait ses forges et le laisserait là. Non, il n’était pas impatient.

Pourtant, il y avait des jours où il rêverait d’étrangler Wiland avec son propre marteau, et fantasmait à l’idée… Si seulement il ne craignait pas que le bougre ne lui broie le crâne d’une seule main ! Ils n’étaient pas toujours d’accord, loin de là ! Si la technique et le plaisir de la forge les réunissaient, le « quoi faire » du produit de leurs efforts était un sempiternel débat. Le maître-forgeron portait l’île de la Wyverne dans son cœur et jusqu’au plus profond de ses os, il lui était inconcevable que ses armes, ses trésors, soient salies par des mains d’étrangers. Le fer de Snákr aux Snákrson !

Gabriel, plus commerçant, plus roublard sur cet aspect, voyait les choses autrement. Il ne manquait pas la moindre occasion de pointer du doigt la perte de profit qu’engendrait l’exclusivité, et de déplorer leur manque d’audace en la matière. Si déjà vendre des armes au Jarl paraissait inconcevable… Quand il avait émis l’hypothèse qu’ils exportent leurs armes à Gamall, Gabriel sut immédiatement qu’il prenait le risque d’être renvoyé chez lui à coups de pied. Toutefois, il persistait. C’était un garçon terriblement opiniâtre et persistant, ce qui, quelque part, l’avait peut-être rendu attachant ?

Il n’en savait rien, mais leurs chamailleries incessantes avaient le don de mettre vie à cette forge brûlante, où le feu ne s’éteignait jamais. La fournaise était telle que Gabriel avait depuis longtemps laissé tomber l’idée de porter un haut, quand bien même il était pudique de nature. Son dos et ses épaules étaient contractés sous l’effort et la sueur perlait, ruisselait sur son visage et son torse rougi. Il manquait de souffle, mais refusait toujours d’abdiquer, ses yeux clairs fixés sur la pierre de sang qui rougeoyait telle une braise incandescente…

« Je vais réussir. » Murmura-t-il, son souffle chaud égratignant ses lèvres desséchées.

      Forge, niveau 4, Dé 100
      Résultat : 68
    De 1 à 5 je suis en réussite critique : Le résultat de l'action est mieux que ce que je désirais.
    De 6 à 40 je suis en réussite simple : Je réussis ce que je souhaitais faire.
    De 41 à 50 Je suis en échec partiel (marge de 10) : Le résultat de l'action n'est pas tout à fait ce que je souhaitais.
    De 51 à 95 Je suis en échec : Je ne parviens pas à faire ce que je voulais.
    De 96 à 100 Je suis en échec critique : L'action a des conséquences que je n'imaginais pas et qui me mettent en difficulté.

Il frappa et la vibration de son coup remonta le long de son bras jusqu’à épine dorsale, telle une déflagration, il ne put résister à la surprise et à la douleur qui suivit. Il lâcha son marteau, dont le manche s’était fissuré à force de maltraitance. Le minerai, lui, avait gardé sa forme originelle. Il le narguait.

« Par Miðgarðr… » Dépité et honteux, il se rapprocha d’un bac d’eau et y plongea sa main douloureuse. Son regard avait fui celui de son maître et il s’était éloigné vivement de sa silhouette massive, mortifié par son échec, certain d’être moqué, ou pire, ignoré. « Pourquoi je n’y arrive pas… ? » Il secoua la tête, songeant quelques secondes à la plonger dans l’eau et s’y abandonner… « Non. » Il se retourna soudainement pour plonger ses yeux dans ceux de Wiland, il rassembla toute l’assurance dont il était capable et affirma d’un ton presque impérieux. « Je veux recommencer. »
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com
Message posté : Mar 1 Mai 2018 - 2:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Jarl de Kolmen Kirosi
Infos de base∞ Nombre de messages : 1453
∞ Nombre de messages RP : 200
∞ Âge du personnage : 62 ans
∞ Caste : Nobles
∞ Métier : Jarl de Kolmen Kirosi
∞ Statut : Veuf
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
0/0  (0/0)
Niveau de renommée:
0/0  (0/0)
Description sommaire:
Le membre 'Gabriel Brynjolfson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de 100' : 68
Revenir en haut Aller en bas





Fier pour lui plaire } Wiland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Il faut tomber pour mieux se relever
» Je ne suis plus fier d'etre Haitien!
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kolmen Kirosi :: Les souterrains :: Les forges-