AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bonjour ,
  Tu as posté messages.
    Dernière visite le .

Partagez | 

Forgeons ensemble, dit le frère } Sigrid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 3 Avr 2018 - 23:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Forgeons ensemble, dit le frère × Jarða × Orrosta, 603


La chaleur étouffante lui emplissait les poumons, sa peau perlait, ses sourcils et ses cils alourdis peinaient à abriter sa vue tandis qu’il frappait, frappait et frappait encore le métal. Celui-ci ployait sous ses coups, se modelait selon son bon vouloir et ce simple constat enivrait le forgeron. Il œuvrait déjà depuis plusieurs heures mais c’était une intense sensation de plénitude qui l’habitait, et lui rappelait pourquoi il avait choisi cette voie : peut-être n’était-il pas le plus doué, peut-être ne serait-il jamais aussi aguerri que les grands maîtres de cet art… Mais cela lui plaisait, et il tirait une satisfaction pleine, pure, dans l’exercice de la forge.

Tandis qu’il chauffait et aiguisait ses lames plus rien ne comptait, ou plutôt, tout devenait limpide et signifiant. Il discernait mieux les obstacles, et son esprit semblait s’affuter au fur et à mesure qu’il travaillait le fil de son épée… C’était un exercice délicat : s’il martelait trop, l’arme deviendrait fragile et se fendrait. Si à l’inverse il se montrait trop timoré, elle ne serait pas plus efficace qu’un vulgaire couteau à beurre. Cet équilibre était exigeant, et le poussait à la concentration, chose que notre rêveur invétéré négligeait, lui qui avait si souvent la tête dans les étoiles…

Penché sur son ouvrage il réfléchissait avec plus d’acuité à ce qui le tracassait, le peinait et obscurcissait son esprit. Il entrevoyait son manque de clairvoyance, et quelques fois son immaturité. Ainsi c’est dans l’intimité de ses fourneaux qu’il reconnaissait que sa jalousie envers Hagen n’avait pas de sens, ou du moins, pas celui qu’il lui donnait. Sa clairvoyance s’arrêtait toutefois aux portes de sa gêne et de sa honte, il refusait d’admettre qu’il puisse ressentir autre chose que du mépris ou de l’indifférence pour le chasseur, tellement plus doué que lui pour s’attirer les sourires de Sigrid.

L’alchimiste avait beau être son amie depuis de nombreuses années, il était irrémédiablement gauche et timide en sa présence. Bien sûr, il se détendait systématiquement après quelques heures en sa compagnie… Mais une fois séparés, c’est un tout nouveau cycle qui reprenait et il ne savait soudainement plus comment se comporter, et comment la considérer. En témoignait cette fois où il avait lamentablement essayé de lui dire qu’elle était belle et n’avait pas à se cacher : il avait fini par bégayer qu’il était dommage qu’elle se « saucissonne ». Élégant.

Désespéré par sa propre stupidité, il s’était tu. Le fait est que les circonstances de sa rencontre avec l’alchimiste ne cessait de lui revenir à l’esprit, et le paralysait quand il était question de se montrer plus familier à son égard. Il se rappelait très bien le jour où il avait franchi les portes de son échoppe, en pensant se retrouver nez-à-nez avec son oncle Hrothgar. En voyant apparaître sa nièce, une jeune et jolie femme, il ne s’était pas dégonflé et avait exposé son… problème. Problème qu’il devait régler s’il ne voulait pas être la risée de la première Tveirbinda à laquelle il comptait participer – contraint et « forcé ».

Entre deux raclements de gorge, fuyant son regard, il avait exposé sa situation en essayant d’en dire le moins possible… Et Sigrid… Elle ne s’était pas moquée. Il avait beau retourner son souvenir dans tous les sens, elle avait été… Professionnelle. Et pourtant, se remémorer ce moment était cuisant et honteux, et il n’arrivait pas à comprendre pourquoi. Même dans le cœur de sa forge, alors qu’il frappait machinalement le vitriol ramené par Wiland. Il n’avait pas les moyens de se payer une telle roche, et pas le talent pour la miner sans faire de dégât… Surtout qu’il fallait abattre un troll pour se la procurer, non merci. Maintenant, il fallait qu’il la chauffe sans la maltraiter, et ce n’était pas gagné…

Réussite : Il parvient à forger une lame en vitriol.
Échec : La lame se fend.

Et pourtant… Un sourire victorieux orna les traits fatigués, mais comblés du forgeron tandis qu’il plongeait son ouvrage dans un bain d’eau froide. La lame était juste… Parfaite. Cela ferait une épée superbe. Bien sûr, elle ne lui appartenait pas : dans la mesure où il l’avait fabriqué à partir des ressources de Wiland, elle était sienne de droit, et Gabriel ne pouvait que jouir de la pensée d’en être l’auteur. Mais peu importe. Pour cette fois, ça lui allait, il était trop heureux d’avoir réussi à son premier essai pour revendiquer quoique ce soit.

Les victoires n’étaient pas si nombreuses et il savourait celle-ci, expirant un profond soupir de bien-être. Celui-ci résonna dans l’alcôve, jusqu’aux oreilles d’un ami qu’il n’avait pas entendu arriver… Harald. Les mots ne suffisaient pas à décrire à quel point les deux hommes étaient différents et pourtant, inexplicablement, c’est une franche amitié que le forgeron éprouvait à l’égard de l’un des frères aînés de Sigrid. Une amitié qui n’était pas intéressée le moins du monde et dont il allait malgré tout récolter « les lauriers »… Apercevant du coin de l’œil la silhouette du guerrier, Gabriel se redressa et lui adressa un franc sourire. Il n’était pas si commun de voir cet homme-là aussi épanoui, à dire vrai, il fallait s’enfoncer dans cette fournaise pour le voir aussi détendu et heureux, prêt à tout entendre. Et il faudrait bien cela pour qu’il entende sans avoir l’impression de rêver…

« Bonjour, Harald ! » D’un revers de l’avant-bras, Gabriel s’essuya le front. « Ça fait longtemps. » Il abandonna momentanément ses outils pour se rapprocher d’un tonneau percé, qui dégorgeait une bière tiède mais parfumée. Gabriel y plongea une choppe et la proposa à son ami, sans faire attention à ses mains et bras noircis, encore brûlants et suintants. « Ce n’est tous les jours que tu descends dans cet antre. »

©️icons VOCIVUS
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com
Message posté : Mar 3 Avr 2018 - 23:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Jarl de Kolmen Kirosi
Infos de base∞ Nombre de messages : 1453
∞ Nombre de messages RP : 200
∞ Âge du personnage : 62 ans
∞ Caste : Nobles
∞ Métier : Jarl de Kolmen Kirosi
∞ Statut : Veuf
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
0/0  (0/0)
Niveau de renommée:
0/0  (0/0)
Description sommaire:
Le membre 'Gabriel Brynjolfson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Jugement du Destin' :
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 5 Avr 2018 - 14:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Ces dernières semaines avaient été assez mouvementées et Sigrid savait qu'elle avait pas mal de choses à « racheter » aux yeux de son père. Pour commencer, elle lui avait désobéi en partant sur Fálki avec un inconnu et n'était revenue qu'après plusieurs longues journées – pour ne pas dire une semaine entière. Ensuite, elle l'avait harcelé jusqu'à ce qu'il accepte qu'elle l'accompagne sur Bjǫrn pour le tournoi organisé par le Jarl et, là aussi, lui avait désobéi en partant à l'aventure dans les villes environnantes. Bon, hormis cela, la blonde s'était montrée relativement sage, mais elle savait bien que son amitié avec Hagen n'arrangeait pas les choses et que son père semblait toujours contrarié dès qu'il lui adressait la parole. Elle avait donc décidé de se montrer docile et douce avec lui, sachant très bien que même s'il disait le contraire, Hakon l'avait toujours traitée différemment de ses fils. Oh, elle se détestait pour agir ainsi, se donnant l'impression de minauder, mais c'était la seule idée qui lui semblait viable....

Tous ses efforts avaient malheureusement été ruinés par son horrible et égoïste grand-frère. Harald – pour changer – lui en voulait toujours d'avoir mêlé Dieter à leur rixe fraternelle et il s'était naturellement vengé sur Njall. Le jeune homme ne se défendait jamais et même après qu'Harald se soit montré particulièrement odieux avec lui, il n'avait pas bronché. Malheureusement pour eux, Sigrid était entrée dans la maison au même moment et avait entendu les horreurs que son aîné balançait au visage de Njall et à partir de ce moment, elle n'avait plus répondu de rien. Furieuse, pour ne pas dire hystérique, l'alchimiste avait copieusement insulté Harald en l'abreuvant de tous les mots les plus horribles qu'elle connaissait. Cela ne provoqua bien sûr qu'un rire dédaigneux chez le guerrier et Sigrid se laissa porter par sa colère en se jetant sur lui. Il fallut l'intervention d'Hakon pour les séparer et au vu de la colère de son père, la blonde avait préféré disparaître quelques temps, faire profil bas en se réfugiant dans la boutique de son oncle.

Ce qu'elle ignorait, c'était qu'après cette dispute, Hakon avait sérieusement parlé avec son fils qui lui avait raconté que Sigrid n'avait pas apprécié qu'il parle – une fois de plus – de mariage. Totalement faux bien évidemment, mais Hakon le crut sur parole et lui donna finalement l'autorisation de se renseigner un peu plus sur d'éventuels prétendants. Oh, ce n'était rien de bien grave, il s'était juste laissé convaincre par Harald que ce serait une bonne idée d'offrir une situation plus sérieuse à Sigrid qui ne semblait pas réussir à trouver sa place. De l'altruisme à l'état pur en somme !

Sauf qu'Harald avait déjà une idée derrière la tête et c'était pour cette raison qu'il prit le chemin de la forge de Wiland. Il le connaissait bien puisque Dieter était lié au maître forgeron, mais cette fois-ci le guerrier cherchait à rencontrer un autre de ses amis. Il fut plutôt satisfait de voir Gabriel disponible et seul lorsqu'il pénétra dans le bâtiment et son sourire en témoignait. Il salua aussitôt son ami avant de saisir la bière qui lui fut tendue.

« Il faut bien que je vienne ici si je veux te voir, tu y passes tout ton temps. » Le ton était léger, mais taquin. Harald savait comment présenter les choses. « Je me suis laissé dire que tu redoublais d'efforts ces derniers temps, tu aurais rencontré une dulcinée que tu chercherais à impressionner ? C'est vrai que la fille du Jarl est encore célibataire... tu l'as rencontrée lorsque tu étais au tournoi ? »

L'air de rien, Harald s'assurait que Gabriel était bel et bien libre comme l'air. Oh, il savait que le jeune homme avait une fille d'une Fálkidóttir, mais ça ne comptait pas vraiment, pas à ses yeux. Sirotant sa bière d'un air détendu, il laissa passer quelques instants de silence avant de finalement reprendre la parole.

« Je ne te cache pas que je suis venu te voir pour te parler de quelque chose... tu passes beaucoup de temps avec ma sœur et tu es son ami, alors je me disais que tu étais le mieux placé pour m'aider. » Il soupira légèrement, semblant tout à coup très soucieux. « Je m'inquiète beaucoup... elle traîne toujours avec ce chasseur et la situation devient de plus en plus compliquée à la maison. Mon père le sait bien, mais il pense que les choses vont s'arranger toutes seules. Sauf que je n'y crois pas, je trouve cette relation malsaine et j'ai besoin de savoir si je me fais des illusions ou si quelqu'un partage mes inquiétudes pour Sigrid. »

Bien sûr, il savait parfaitement que Gabriel ne portait pas le chasseur dans son cœur et il espérait bien titiller son côté chevaleresque pour le pousser à vouloir protéger sa sœur, quitte à lui passer la bague au doigt pour en arriver là.
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 8 Avr 2018 - 2:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Pas une seconde Gabriel ne se demanda ce qu’Harald pouvait bien lui vouloir. Garçon plutôt naïf, et en confiance en compagnie de son ami, son esprit ne cherchait pas désespérément la raison de sa visite et il ne s’en inquiétait pas le moins du monde : le visage du guerrier était avenant, tranquille, il ne transportant de mauvaise nouvelle qui viendrait perturber sa journée. Confiant, le forgeron prit une deuxième chope pour se servir à son tour une bière et de sa main libre, sortit la lame de son bain pour la déposer précautionneusement sur l’enclume.

« Je suis obligé de travailler d’arrache-pied, je ne voudrais pas qu’Ivar me surclasse en virilité et en forge. »


Bien sûr, Gabriel connaissait toute la famille de Sigrid, du plus âgé de ses demi-frères à la plus jeune de ses nièces. Il ne les avait pas tous longuement côtoyé, mais il avait rompu le pain avec sa fratrie à de nombreuses reprises. Il ne partageait pas grand-chose avec Wulfric et Leif, mais ne comptait plus le nombre de fois où il avait conversé avec Ivar sur la meilleure façon de frapper l’obsidienne ou de monter une lance – ou de veiller sur Sigrid, mais cela, ils le faisaient à voix basse quand la jeune femme leur tournait le dos. Geralt impressionnait énormément le forgeron qui restait généralement coi en sa présence. Il était bien plus volubile avec Njall, et bien sûr Harald qui, tout en étant très différents l’un de l’autre, avaient sans doute sa préférence.

« Invite-moi donc à manger, si tu veux me revoir autrement que suintant et noirci. »

Un sourire vola sur ses lèvres avant qu’il ne les humidifie d’une longue lampée de bière. Il soupira de plaisir, la tiédeur de la boisson produisant l’effet d’un rafraîchissement sur son corps en surchauffe. En plein milieu d’une gorgée, Harald lui posa une question à laquelle il ne s’attendait pas. S’il aurait tenté de rire, l’intonation de son ami laissait croire qu’il attendait tout de même une réponse. Sous l’effet de la surprise, Gabriel avait suspendu son geste et un mince filet de bière vint s’échouer sur son menton, et coula à l’intérieur de son haut en lin à moitié ouvert. Un sursaut plus tard, il abandonnait sa chope sur le plan de travail et, nerveusement, ne sachant qu’en faire, frottant ses mains l’une contre l’autre.

« Ne dis pas de bêtises. » Il racla sa gorge d’un air absent, ses yeux clairs soudainement absorbés par les braises qui rougeoyaient dans l’âtre. « Je ne cherche qu’à impressionner Wiland, et il me faudra davantage que les bonnes grâces de Fagr pour que le bougre m’offre un chaton. » Cette vision des enfers avait pour unique objectif de détourner l’attention d’Harald de sa propre question. Gabriel était en vérité un peu honteux : bien qu’il ne souffre point de son célibat, il avait conscience que son statut de célibataire à son âge posait question. Surtout lorsque l’on se prénommait Harald et collectionnait les conquêtes. Ne supportant soudainement plus le silence dans ces conditions, il fit mine de chercher son marteau, comme si on ouvrage ne pouvait plus attendre. Ce fut un soulagement lorsque son ami prit de nouveau la parole, même si…

Le sujet abordé le fit froncer des sourcils. Harald n’évoquait pas souvent sa sœur en sa compagnie, sans doute parce qu’il nourrissait pour elle des projets auxquels Gabriel ne souscrivait pas. Sigrid, il l’aimait libre et souriante, et elle ne ressortait que rarement – jamais ? – avec cet état d’esprit suite à une entrevue avec son aîné. L’accord tacite qui les unissait tous les trois était de ne pas aborder l’un en présence de l’autre… Il en était de même avec Hagen, d’ailleurs. Sigrid évitait de prononcer ce prénom quand elle était avec lui, et il faisait de même, soucieux d’oublier son existence. Aussi, il fut surpris qu’Harald évoque le chasseur… A force d’exclure ce dernier de ses pensées, avait-il raté quelque chose d’important ? Le souci barra le front du fils Brynjolf et son regard s’obscurcit, tandis qu’il observait le vide fixement, cherchant à se remémorer les derniers moments qu’il avait passé en compagnie de Sigrid. Avait-elle prononcé quelques paroles qui laisseraient penser qu’Hagen lui causait tourment ? Ou qu’il prenait une autre place dans sa vie ? Il n’en avait pas souvenir, ce qui l’angoissait d’autant plus.

Il renonça à son activité et se rapprocha d’Harald, le cœur encore incertain. Il ne voulait pas causer d’ennuis à Sigrid, mais peut-être était-elle elle-même en danger… ? « Sigrid a des mots gentils pour lui. Il est son ami, le meilleur sans nul doute. » L’amertume lui écorcha la langue mais il tenta de ne rien montrer. Sa mâchoire crispée le dénonçait malgré tout, il eut d’ailleurs du mal à desserrer les dents pour poursuivre. « Je ne l’apprécie pas, mais tous les amis de Sigrid… N’ont pas vocation à être les miens. C’est un homme…différent, ils semblent très attachés l’un à l’autre. J’ai tendance à faire davantage confiance au jugement de Sigrid qu’au mien… » La jeune femme avait un esprit vif, mais elle était également aimante dans la démesure. La relation qu’elle entretenait avec Hagen était fusionnelle, serait-elle en mesure de repérer les signes, mêmes faibles, de sa nocivité… ? « Néanmoins… J’imagine que tu ne me dis pas ça sans raison. Leur relation est…Malsaine, dis-tu ? Pourquoi ? »

Quelque part, Gabriel s’en voulait. Il était son premier juge, et savait bien qu’il essayait seulement d’alimenter sa rancœur et son dégoût forcé, provoqué à l’égard du chasseur. Voilà ce qui, réellement, n’était pas sain. Toutefois ce besoin nauséeux ne masquait pas la réalité et la sincérité de son inquiétude : chacun abritant une forêt noire en son cœur, il n’était pas impossible qu’Hagen réserve sa part sombre à celle qui lui était la plus proche.

« La situation devient compliquée chez vous… Que voulais-tu dire ? Est-ce qu’elle parle de partir ? Avec..lui ? »

Il repassait en boucle la poignée de mots prononcés dans sa tête, comme un souffrant ressassant inlassablement ce qui lui fait du mal. Il n’aimait pas être ainsi, à creuser, et décortiquer jusqu’à s’assécher l’âme.

« Il va l’emmener, c’est ça ? »

L’acidité de cette question ne cachait pas la peur, discrète mais incontrôlable qui faisait vibrer sa voix.
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 8 Avr 2018 - 12:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Si Sigrid s'entendait si mal avec son frère aîné, c'était notamment à cause de sa tendance très prononcée à essayer de manipuler les gens. Elle n'était pas naïve et savait que la majorité des habitants de cette île faisaient de même – bien que certains préféraient simplement la force brute – mais de là à imaginer jusqu'à où Harald était prêt à aller....

Ce dernier devait s'avouer ravi. Il releva sans trop de mal les changements qui s'opéraient dans l'expression de Gabriel, constatant qu'il semblait en proie au doute, notamment en ce qui concernait la relation de sa sœur et de son meilleur ami. Dissimulant sans mal le sourire victorieux qui lui vint aux lèvres, le guerrier attendit quelques instants après la dernière question du forgeron. Il voulait faire monter la pression. L'animosité – la jalousie ? – que Gabriel éprouvait pour le chasseur était presque palpable et en bon manipulateur qu'il était, Harald savait que c'était un filon à exploiter.
Après avoir laissé passer un – trop ? – long silence, il répondit enfin.

« Je ne sais pas. Pour le moment, non, ils n'en parlent pas. Mais tu sais qu'elle a quitté Snákr sans l'accord de notre père ? Tu sais aussi que ce chasseur n'a pas la même vision que nous des femmes. Que les hommes de Snákr j'entends. Il n'est pas très compliqué d'imaginer qu'il pourrait lui proposer de partir pour Fálki ou pour Bjǫrn afin d'y vivre une vie plus paisible. Honnêtement, s'il le faisait, crois-tu qu'elle refuserait ? »

Même si sa sœur ne lui avait jamais laissé entendre qu'elle songeait à quitter l'île, il savait parfaitement qu'elle était très attachée à son ami et que ce dernier pourrait certainement la persuader de s'en-aller pour recommencer sa vie ailleurs. Peut-être en embarquant Njall au passage – ce dernier s'entendait bien avec Hagen – mais Gabriel ne ferait pas partie du voyage, c'était un fait.
Après ces quelques mots, Harald sirota tranquillement se boisson, détournant brièvement ses prunelles azur pour observer les environs, puis il reprit la parole d'un ton qui se voulait badin. Mais pas trop.

« Tu sais que ce type essaye de la pousser à assumer sa féminité ? Je les ai entendus chez nous lorsqu'ils parlaient. Honnêtement, venant de la part d'un célibataire qui n'a pas encore pris femme et à qui on ne connaît aucune relation, on est d'accord que c'est suspect ? » Il posa les yeux sur Gabriel. « Ta relation avec elle est différente. Déjà, tu ne viens pas de Snákr et en plus, tu n'essayes pas de l'éloigner des siens. Lui, à chaque fois qu'il passe du temps avec elle, il l'isole. Soyons honnêtes : à cause de ce type, il n'y a plus vraiment de place pour les autres. Même Njall se sent à l'écart quand ce chasseur est avec Sigrid, c'est dire. »

Il exagérait, surtout que sa relation avec le plus jeune des frères Hakonson ne lui permettait pas d'en savoir autant sur ses sentiments ou ses impressions ! Mais Harald comptait sur le trouble de son ami pour le pousser à gober ce qu'il disait et, potentiellement, à accepter la proposition qu'il comptait lui faire.

« Je t'avoue que j’ai vraiment peur qu'il finisse par réussir à l’éloigner vraiment de nous et à l'embarquer ailleurs. Je me disais qu'il faudrait trouver une solution pour qu'elle puisse se sentir heureuse, tout en restant auprès de nous. Tu es d'accord avec moi ? »

Difficile de dire le contraire et c'était justement là que le trentenaire cherchait à arriver...
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 9 Avr 2018 - 0:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Ce silence l’angoissait. Il était à deux doigts de se jeter sur Harald pour lui secouer les puces et lui faire cracher le morceau. Au doute avait succédé l’angoisse, et voilà maintenant que l’énervement lui courrait sur l’épine dorsale. Il se sentait à cran, il avait besoin de savoir, il devait prendre Hagen dans ses bras et gifler Sigrid… Non !! L’inverse. C’était compliqué… Il expira bruyamment et quand, enfin, son ami ouvrit la bouche Gabriel darda ses yeux clairs sur son visage. Et pour une fois, sans prendre le temps de la réflexion, il répondit à son tour sur le champ et coupa presque la parole au guerrier – comble de l’impolitesse, ce qui ne lui ressemblait pas du tout.

« Je sais qu’elle est allée sur Fálki sur un coup de tête, mais pas avec lui. »
Avec un autre homme, Logan, qui lui paraissait également de plus en plus proche de l’alchimiste… Tous les beaux jeunes hommes de Snákr allaient-ils s’éprendre l’un après l’autre de la jolie blonde ? À lui qui se croyait raisonnable et mesuré, cette pensée tordit l’estomac. « Et qu’elle s’y est fait au moins une amie… La mère de ma fille… » Le destin n’était-il pas malin, facétieux, et un peu cruel ? Cette maudite île du faucon, après lui avoir arraché son enfant, lui prendrait-elle également sa plus chère amie ?

« Honnêtement… Si j’étais une femme… Peut-être que je quitterai cette île, si j’en avais l’occasion. » Et rien que de prononcer ces mots le rendait terriblement triste. « Le climat et les mentalités sont rudes… C’est la dernière fille d’un remariage… Et qui n’a pas le cœur à prendre époux, pour sa part. Qu’est-ce qu’elle peut bien attendre ici ? »

Pas grand-chose. Même si elle était attachée à ses proches, elle ne ferait, in fine, que les décevoir avec ses aspirations en décalage avec les mœurs de Snákr. Pourquoi, alors, est-ce qu’il lui en voulait par anticipation ? Lui avait quitté les siens et son île d’origine devrait savoir, mieux que quiconque, ce qu’elle pouvait ressentir… Et pourtant il n’arrivait pas à accepter cette hypothèse qu’Harald brandissait avec tant de justesse. Quand ce dernier précisa la nature des relations qui unissaient le chasseur et sa sœur, les joues du forgeron se teintèrent et il se défendit vivement avant même que son ami ait pu poursuivre.

« Je n’ai jamais rien fait d’inconvenant, je te le promets ! »
S’exclama-t-il en présentant ses paumes ouvertes.

Conscient qu’une défense aussi soudaine le rendait peut-être étrangement suspect, il se rembrunit et racla sa gorge, écoutant, sans regarder Harald dans les yeux. Ainsi donc, cet homme parvenait même à tenir le favori de Sigrid à l’écart… Njall était un garçon adorable et qui aimait sa sœur, il n’y avait que la passion qui pouvait séparer cette fratrie… Une passion entre une alchimiste et un chasseur ?

« Peut-être que tu devrais lui parler… À Hagen. Hakon pourrait s’en charger, mais il a parfois le verbe… Un peu rude. Tu saurais, toi, y mettre les formes. » Il redressa doucement la tête et plongea ses grands yeux clairs et mélancoliques dans ceux, azur et malins, de son ami. « Peut-être qu’il tente de l’éloigner parce qu’il se sent mal avec vous… Sigrid est peut-être tiraillée entre son, son… Lui, et vous, sa famille. »

Un soupir passa ses lèvres puis il déglutit lentement. Il était d’accord avec Harald, mais savait fort bien que sa solution n’était pas idéale. En existait-il une qui exauce tous leurs souhaits ? Gabriel en doutait…

« Je peux aussi m’entretenir avec elle, si tu le souhaites. Mais je n’ai aucune prise sur Sigrid, nous sommes amis, mais je ne pense pas qu’elle s’intéresse à mes conseils. Mon palmarès familial et sentimental ne joue pas en ma faveur. » C’était poliment dit.
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 9 Avr 2018 - 11:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Harald était au courant des détails de la virée de sa sœur et il savait effectivement qu'elle n'était pas partie avec son grand ami, mais avec un parfait inconnu. Selon lui, c'était une preuve supplémentaire de l'idiotie de la jeune femme : comment pouvait-on accepter de monter à bord du navire d'un type dont on ne savait qui et qui pouvait profiter du voyage pour nous détrousser, nous égorger et nous jeter par-dessus bord ? Le jeune homme ne s'en faisait pas vraiment pour sa sœur, mais il considérait que son rôle d'aîné lui donnait tous les droits sur elle – et notamment celui de diriger sa vie. Que Sigrid soit devenue l'amie de la partenaire de Tveirbinda de Gabriel ne remettait rien en question. Ce n'était pas comme si une femme de Fálki avait son mot à dire sur ses projets !

Il fit donc son possible pour conserver un ton calme et compréhensif, même lorsque son ami laissa entendre qu'une femme avait la vie rude sur Snákr. Des sottises ! Les femmes n'étaient, de toute manière, bonnes qu'à enfanter et s'occuper de la maison, pour quelle raison iraient-elles voir ailleurs ? Il n'y avait pas d'hommes sur Fálki, ou très peu, ce qui signifiait qu'elles menaient des vies sans intérêt. En tous les cas, c'était ainsi qu'il voyait les choses et tous les arguments de Gabriel n'y changeraient pas grand-chose.

Il n'y avait qu'une seule chose qu'Harald ne remettait pas en doute concernant le forgeron : le fait qu'il n'ait jamais eu de geste inconvenant à l'encontre de sa sœur. Le trentenaire trouvait ça assez stupide, mais si cela avait été le cas, Sigrid l'aurait certainement émasculé ou refuserait de lui parler, du moins si elle comprenait ses intentions, ce qui résumait assez bien la nature de leur relation : navrante et sans intérêt. Du point de vue du séducteur qu'il était du moins. Patiemment, Harald attendit que le forgeron en arrive aux conseils sur la manière dont ils pourraient résoudre ce problème, puis secoua la tête en signe de dénégation.

« Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. Comme tu l'as dit, mon père ne se gênerait pas pour lui faire comprendre qu'il n'a pas sa place aux côtés de Sigrid et ça ne ferait qu'aggraver la situation. Moi-même je ne suis pas certain de pouvoir être aussi diplomate qu'il le faudrait. Et je soupçonne ce type d'être prêt à tout pour nous empêcher de les éloigner. » Il eut un profond soupir. « En fait, si je viens te voir c'est parce que j'ai eu une idée... une idée approuvée par mon père. »

Ce dernier avait longuement rejeté l'idée de son fils, arguant que Sigrid se débrouillerait bien toute seule et que lui-même, âgé d'une trentaine d'années, était encore célibataire. Il ne pouvait donc pas exiger que sa sœur soit mariée à qui que ce soit alors qu'il n'appliquait pas ce précepte à sa propre vie. Mais bien sûr, il avait fini par céder à force d'arguments relativement logiques de la part de son fils en qui il avait placé une grande confiance.
Après une pause de rigueur, Harald reprit :

« Pour nous, le meilleur moyen de l'éloigner de la mauvaise influence des autres hommes, c'est de la placer entre des mains dignes de confiance. Si quelqu'un est là pour... assurer sa sécurité et faire comprendre aux autres qu'elle n'est plus accessible, la situation se calmera. Bien sûr, il faut que ce soit quelqu'un de digne de confiance et que la famille apprécie. » Il plongea son regard dans celui de Gabriel. « Avec mon père, on voudrait que tu épouses ma sœur. Vous vous entendez bien et on sait que tu es quelqu'un d'honorable. En plus de cela, toute la famille t'apprécie, tu es certainement la seule personne avec qui elle pourrait accepter une telle union. »

Harald savait que la bombe qu'il venait de lâcher risquait de pas mal perturber le forgeron, mais d'un autre côté il n'allait pas tourner encore des heures autour du pot... Restait à voir ce que Gabriel penserait de son plan. Qu'il n'en ait pas parlé à Sigrid n'était qu'un détail, ils verraient tout ça en temps et en heure !
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 25 Avr 2018 - 19:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
La naïveté de Gabriel connaissait peu de limites, et pouvait même devenir exaspérante lorsqu’il se trouvait en bonne compagnie. Il n’ignorait pas les défauts d’Harald mais l’homme avait sa confiance, il était son ami, et ainsi le forgeron ne prenait guère la peine de soupeser les allégations du guerrier. Si Hagen exagérait et dépassait les bornes avec Sigrid, cela devait être vrai. Il se figurait également fort bien le patriarche de la famille considérer d’un mauvais œil ce chasseur indépendant, trop indépendant, et écervelé dans son genre. Tout paraissait fort crédible dès lors qu’il ne s’intéressait qu’à la surface des choses, ce que son ego, sa jalousie, et sa sensiblerie favorisaient beaucoup. La version qui lui était présentée le confortait dans ses ressentiments, ses aprioris et ses amertumes, il n’y avait donc aucune raison de lutter contre les mots d’Harald, son ami. L’un des seuls sur cette île âpre et glacée.

« J’imagine que tu as raison. » Concéda-t-il d’un ton faussement prudent, qui était ainsi pour masquer son ravissement malsain à entendre du mal de son ‘rival’. Être ainsi le rendait nauséeux, mais il ne pouvait s’empêcher de ressentir un plaisir sans joie, cru et déjà coupable, à l’idée que celui qui plaisait autant à l’alchimiste était en vérité un salaud, un égoïste, quelqu’un qui abusait de la gentillesse de Sigrid. Quelqu’un qu’il était raisonnable de haïr et de rejeter.

« Je me rangerai à votre avis, vous connaissez la situation mieux que moi. »

Ce qui était faux, mais tellement plus rassurant !
Ce n’était pas lui qui clochait, qui vivait mal une situation naturelle et qui n’assumait pas ses pensées sournoises, non, c’était eux, la majorité, qui percevaient le danger avec clairvoyance. Il n’était plus un ami esseulé et perdu, seul dans son désarroi, il faisait partit maintenant partie du camp familial, du clan de la raison. Ils ne pouvaient pas se tromper, on ne pouvait pas lui en vouloir. Se berçant de ces illusions noires, il était prêt à se noyer dans l’idée d’Harald et de son père – homme fort qu’il admirait en silence depuis des années.

Pourtant, la fameuse idée ne lui apporta pas la tranquillité d’esprit qu’il espérait.

Il ne le vit absolument pas venir non plus. Il sirotait sa bière en observant son ami parler, cherchant une contenance tandis qu’il s’appuyait nonchalamment contre le fût débordant de houblon. Il le regardait, lui souriait, appuyait de temps à autres ses propos d’un hochement de tête approbateur. Il crut tout d’abord qu’Harald souhaitait s’investir plus en profondeur dans la vie de sa sœur. Ceci ne plairait sans doute pas à la principale concernée, mais Gabriel songea furtivement que ce serait peut-être pour eux l’occasion de se rapprocher. Il avait le sentiment de vivre une relation plus douce avec ses sœurs que celle qu’Harald et Sigrid entretenaient, et cela le peinait sincèrement. Ensuite… Il eut l’impression qu’Harald avait en tête autre chose, une tierce personne… Et alors qu’il laissait passer une gorgée de bière dans son œsophage échaudé, le couperet tomba. Gabriel déglutit, mira son ami avec surprise puis… Un mince sourire dessina ses lèvres, s’agrandit, puis se transforma en rire plein. Ah, ce bon Harald !

« Oh, oh, j’en connais un qui n’en perd pas une ! Je commençais à angoisser un peu, mais tu trouves toujours les mots pour détendre l’atmosphère ! Ah ! Sigrid et moi, j’imagine déjà, le malaise ! Le… » Dans la fournaise de la forge, il eut soudain l’impression d’être le seul à s’amuser. Ses prunelles jusqu’alors humidifiées par le rire et virevoltant de sa choppe à son environnement, se posèrent avec intensité sur Harald. Il n’y avait que du sérieux en lui. « Non… ? » Son sourire s’effaça et ses yeux étincelant se voilèrent d’une panique sourde. « Non ?! »

Sa gorge soudainement devenue sèche et sa langue plus rêche qu’une feuille de verre, il regarda autour de lui avec désespoir, comme si brutalement un témoin allait surgir des murs pour hurler « Objection ! » Il fit quelques pas dans l’atelier, espérant peut-être que la foudre viendrait le frapper s’il priait assez fort puis, brusquement il fit volte-face et pointa un index accusateur sur son pas-encore-beau-frère.

« Est-ce que tu… Est-ce que tu es devenu fou ? Sigrid, et moi ? Nous… Nous sommes amis depuis des années, elle, elle me voit davantage comme un espèce de…frère maladroit et attachant ! Je pourrais être une femme elle n’aurait pas une attitude différente à mon égard, ça ne peut pas marcher Harald, comment tu as pu y penser ne serait-ce qu’une seconde ? Par tous les dieux… » Il passa une main sur le bas de son visage, raclant ses doigts contre sa barbe de quelques jours. « Oh non… Tu disais que c’est votre idée… Ça veut dire que tu en as vraiment parlé à Hakon ? Le vrai Hakon, votre père ? Et il a dit oui… ?! » Il n’arrivait pas à y croire, c’était insensé. « Pourquoi ? Bon sang, je suis… Je ne suis même pas de Snákr ! »

Dans sa panique passagère, il en oubliait que les deux hommes avaient certainement pesé le pour et le contre d’une telle union. Qu’est-ce qui pouvait les intéresser ? Certes, Gabriel était de Bjǫrn, ce n’était pas terrible mais il n’avait aucun parent issu du Faucon… Plus favorable, il était forgeron, un métier valorisé sur l’île et il exerçait en compagnie de l’homme le plus respecté en la matière, Wiland, le maître-forgeron. Tout portait à croire qu’il reprendrait un jour les commandes de sa forge, et d’aucun murmurait que le maître devait enseigner à son apprenti ses techniques les plus élaborées et secrètes… Vu comme cela, il pouvait sembler un bon parti. Chose à laquelle Gabriel ne croyait pas une seconde, et qu’il voulait démonter le plus vite possible. Sans bien identifier pourquoi, il avait une peur panique de se retrouver dans cette situation… Pourquoi ? Lui qui tenait tant à Sigrid, devrait sauter sur l’occasion de l’épouser… Pourquoi avoir si peur ? Et supporterait-il pour autant qu’Harald propose un autre homme ?

« Regarde, je ne suis pas du tout ce qu’il faut pour elle et pour… Cette mission. Regardons les choses en face, un homme de mon âge, toujours pas marié, et puis avec une seule gosse – de Fálki, en plus ! – après, ouf, au moins cinq ou six Tveirbinda, non, non, franchement je ne veux pas entrer dans les détails Harald mais… Tu dois bien sentir, et savoir au fond de toi, que ce n’est pas, vraiment pas une bonne idée, pas vrai ? Je n’ai jamais vécu avec une femme, je n’ai pas souvenir de mon père, je ne saurai même pas quoi faire avec une épouse ! Bon, d’accord, tu m’obliges à le dire mais… » Personne ne l’obligeait, mais il était parti tout seul dans cet enfer. « La première fois que j’ai rencontré Sigrid, c’était dans la boutique de votre oncle, là, à l’angle de… Mince, comment ça s’appelle ? Mh, peu importe, la même boutique qu’aujourd’hui, je suis rentré avec les idées claires sur ce que je voulais, sur, sur mon problème tu vois ? Je pensais avoir affaire à votre oncle, l’alchimiste, on m’en avait dit du bien et, mh, je me suis retrouvé nez-à-nez avec elle pour lui parler de, de… Et bien, de ça » Il désigna dans un geste éloquent son entrejambe. « Parce qu’à ma toute première Tveirbinda ça n’a pas été… Fameux, tu vois, il n’a pas pu se passer grand-chose et par je ne sais quelle bonté d’âme la fille n’a rien dit et je savais qu’il faudrait que je participe à une autre Tveirbinda, et ce n’était pas possible que ça, et bien, que ça ne marche toujours pas. Bref, je ne te fais pas de dessin mais voilà ce que j’ai expliqué à ta sœur la toute première fois que je l’ai rencontré ! Voilà ! Tu vois bien que tout ça, ça n’est pas possible, pas du tout… »

Essoufflé, épuisé, il posa ses mains sur ses hanches et ses yeux sur son ami, avec l’air fatigué de quelqu’un venant de faire une démonstration particulièrement éprouvante.
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 26 Avr 2018 - 11:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
La situation aurait presque été comique si les projets d'Harald n'avaient pas encourus le risque de tomber à l'eau face au manque de confiance de Gabriel. C'était d'ailleurs en partie pour cette raison que l'homme avait jeté son dévolu sur le forgeron, en plus de leur bonne entente et de ses talents d'artisan, bien sûr. Une personne qui manquait de confiance en elle appréciait généralement de se faire guider, quoi de plus normal que de penser que Gabriel serait ravi de se voir proposer une épouse toute prête ? Enfin toute prête, façon de parler....

Toutefois, en voyant le forgeron faire les cent pas en adoptant une expression peu engageante, Harald commença à se demander s'il ne s'était pas trompé. Cela dit, il ne baisserait pas les bras aussi facilement, sachant qu'il avait bien trop à gagner en se lançant dans cette « mission » qu'il s'était confiée. Avant de répondre aux multiples interrogations de son ami, Harald le laissa exprimer tout ce qui avait sur le cœur et il fallut avouer qu'il était un peu... étonné. Comme tous les hommes de l'île, Harald avait entendu parler des « problèmes » de Gabriel, mais il n'y prêtait pas vraiment d'attention, surtout vu la femme qu'il s'apprêtait à lui coller dans les bras.

Un léger soupir lui échappa après que le forgeront eut terminé, il sirota une nouvelle gorgée de sa bière, puis s'essuya la bouche d'un revers de la main avant de répondre – enfin.

« Je sais que les rumeurs laissent entendre des choses de ce genre, mais tu as réussi à avoir un enfant, c'est bien la preuve que tout espoir n'est pas perdu, non ? » Lui-même n'avait jamais eu ce problème, mais il imaginait que ça ne devait pas être réjouissant. « Et très franchement, sans vouloir manquer de respect à la gueuse qui t'a fait cet enfant, c'est des femmes de Fálki. Est-ce que tu as déjà essayé avec une Snákrdóttir ? Je peux t'assurer que ce n'est pas la même chose : je le sais, j'ai testé. » La discussion devenait un peu plus graveleuse, mais Harald ne s'en émouvait pas. « Elles sont tellement frigides ou hostiles aux hommes qu'elles arrivent presque à te décourager de les toucher rien qu'en te regardant ! Les femmes de notre île ne sont pas les mêmes, tu devrais essayer, tu le verrais par toi-même. »

Une chose était sûre, Harald avait de l'expérience dans ce domaine ! La rumeur disait qu'il avait plusieurs bâtards à son actif, mais vu qu'aucune de ses anciennes conquêtes n'était venue frapper à sa porte pour lui larguer un moutard dans les bras, il y avait aussi de fortes chances pour que ce ne soit que des rumeurs malveillantes – ou jalouses. De toute manière, Harald ne comptait pas lâcher l'affaire aussi facilement.

« En plus de ça, on ne peut pas dire que Sigrid soit vraiment.... intéressée par ces choses. Je me demande si elle a côtoyé un homme un jour, elle n'a jamais voulu répondre quand je lui ai demandé. » Inutile de préciser de quoi il parlait. « Je suis sûr qu'elle ne se rendrait pas compte d'une hésitation ou d'autre chose. » Il haussa les épaules. « Qui plus est, vu que c'est elle qui t'a aidé à avoir ta gamine, ça me semble logique de penser qu'elle est la mieux placée pour que tu puisses en avoir d’autres, non ? »

Il eut un sourire encourageant, parlant de ça comme s'ils étaient en train de converser de la pluie et du beau temps. Après quelques instants de silence, il eut un dernier profond soupir et enchaîna pour essayer de convaincre son ami. S'il ne réussissait pas aujourd'hui, il comptait remettre le couvert plus tard.

« Qui plus est, est-ce que ma sœur t'a donné l'impression qu'elle était du genre à se moquer des problèmes des autres ? Je suis sûr qu'elle s'en ficherait pas mal. » Peut-être qu'elle ne voudrait même pas qu'il la touche, allez savoir. « En plus de cela, j'en ai effectivement parlé avec mon père et il trouve que tu colles parfaitement au gendre qu'il voudrait. Mais si tu refuses, il finira par en trouver un autre tu sais. Et tu as réfléchi à ce que ça pourrait donner ? » Il haussa les épaules. « En plus, on sait tous les deux à quel point Sigrid n'aime pas qu'on lui rappelle qu'elle est une femme. Tu penses que ça se terminerait comment si un autre mari essayait de la faire remplir son devoir conjugal ? Au moins si c'était toi, les choses pourraient se passer en douceur, tu ne crois pas ? »

Il avait pris un ton neutre, mais il semblait évident qu'il espérait toucher le point sensible de son ami ! L'air de rien, il termina sa boisson.
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 30 Avr 2018 - 18:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Cette conversation était gênante… À de multiples égards.
Il aurait sans doute mieux fait de s’abstenir avant d’évoquer son entrejambe et ses (non)performances, mais dans la panique, il n’avait pas vu une meilleure porte de sortie pour échapper à une « proposition » qui le mettait dans tous ses états. Après tout et contrairement à lui, Harald était connu pour ses multiples conquêtes : il n’était pas rare que les femmes s’émeuvent sur son passage la nuit, et que les hommes sifflent ses exploits le matin venu. Gabriel s’était donc illusionné en pensant qu’à l’évocation de son palmarès grotesque, son ami rebrousserait chemin bien sagement. Que nenni ! Il dégotta même des arguments qui laissaient penser que son appétit sexuel modeste était un atout.

Le forgeron déglutit et noya son échec dans sa bière, écoutant bon gré mal gré l’Hakonson vendre ce mariage déraisonnable. Gabriel avait toute confiance dans le jugement d’Harald quant aux prouesses et aux charmes des Snákrdóttir et, comme il l’avait deviné, il n’avait jamais saisi l’occasion de vérifier la véracité de ces propos. Il ne prit pas la peine de le confirmer, c’était inutile et ça le mènerait sur des chantiers particulièrement intimes, et méconnus de lui-même, qu’il n’avait pas envie d’explorer. Ses envies, ses désirs, c’était un territoire qu’il ne comptait pas aborder mais la tournure de la discussion l’y poussait lentement, inexorablement, jetant des sueurs froides sur sa peau échaudée.

« Si elle a côtoyé un… Nous sommes vraiment en train de parler de ta sœur et ses… Sa couche ? » Il se sentit brutalement gauche et pataud, et sa langue devint du plomb.

En tout cas sur ce tableau, il semblerait que lui et Sigrid soient proches, pour des raisons sans doute différentes. L’un et l’autre n’étaient pas en confort dans ce genre de discussions, Gabriel avait toujours connu son amie mal-à-l’aise avec son corps et sa féminité. Ce qu’il n’arrivait pas à savoir, c’est si cette réaction était un rejet par rapport aux attentes de la société, de sa famille et la pression de ses frères, ou bien si elle désirait, au plus profond d’elle-même, être née homme plutôt que femme. L’un comme l’autre, quoiqu’il en soit, ne facilitait pas des projets de mariage…

« Harald… Harald attends. » Il posait trop de questions, et les hypothèses s’accumulaient, s’amoncelaient, sans qu’il n’ait l’occasion de réellement y réfléchir. « Tu vas trop vite, je ne sais plus quoi penser. »

Il abandonna sa choppe, ce qui ne pouvait que concourir à ce qu’il ait les idées plus claires. Dans un profond soupir, il se laissa lourdement tomber sur une chaise et contempla d’un air absent les flammes qui rougeoyaient dans l’âtre de sa forge. Etait-il réellement en train de faire cela… ? Réfléchir à la possibilité de se lier à Sigrid, en son absence, et pour quoi ? Pour l’éloigner d’un homme qu’elle aimait… ? Une bouffée de dégoût lui remonta dans la gorge, que même la perspective de faire ça pour le bien de la jeune femme et celui de sa famille ne parvint pas totalement à faire disparaître.

« Votre père désire vraiment marier Sigrid à tout prix ? » Ses yeux clairs se levèrent à la rencontre de ceux de son ami, plein de l’espoir d’être contredit. « C’est une solution… Mais peut-être pas la seule. Que ce soit avec moi ou un autre, j’ai peur de la réaction de Sigrid. Et si la contraindre précipitait son départ ? Et si elle demandait à Hagen, ou à… un autre. » Il pensait à Logan mais ne cita pas son prénom, de crainte de l’impliquer dans une histoire qui ne le concernait pas. « De lui faire quitter l’île ? » Il marqua une pause, contemplant ses phalanges et ses articulations gonflées par le labeur de la journée. « Je ne me le pardonnerais pas. »

Là-dessus, il prit sa décision. Inspirant profondément en basculant la tête en arrière, il fit le point – autant que faire se peut – sur ses idées. Il n’était pas au clair, mais il savait ce qu’il devait… Par égard pour son amie, et sa propre tranquillité d’esprit. Comptant sur son accès de courage il bascula sur ses pieds et se rapprocha d’Harald, dardant son regard redevenu calme dans celui du grand frère.

« Je vais à sa rencontre. »

Il ne lui demandait pas de le suivre. Seul ou accompagné, il ne savait pas ce qui était le mieux… Ni ce qui le mettrait le plus mal-à-l’aise. Décidé malgré tout, il se débarrassa de son haut trempé de sueurs froides et l’abandonna sur un tas de linges pour se glisser dans un autre, en coton sans prétention. Il n’était pas le mieux vêtu pour une demande en mariage… Toutefois, ce n’était pas non plus, pas encore – peut-être… ? – son intention. Après un regard vers le brasier qu’un aide à la forge viendrait bientôt alimenter, Gabriel quitta les lieux en essayant de faire abstraction de ses jambes cotonneuses. Il eut beau retourner les phrases dans sa tête, dans tous les sens, il n’était pas sûr des mots qu’il prononcerait en franchissant la porte de l’échoppe de Sigrid et de leur oncle… L’atelier n’était pas bien loin de la forge, mais il avait le sentiment qu’il aurait pu marcher et réfléchir des heures, qu’il en serait toujours au même point.

« Sigrid… ? » Appela-t-il de sa voix qui lui parut trop hésitante. « Tu es là ? » Voilà qui était mieux, plus convaincu. Son timbre était grave, il portait, même si les traces de la fatigue et l’inquiétude n’avaient pas totalement disparus. « J’aimerais te parler. »
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 30 Avr 2018 - 21:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Gabriel avait l'air gêné de la tournure que prenait la discussion et cela amusait sincèrement Harald. Ce dernier ne connaissait pas vraiment la définition du mot « pudeur » et lui devait le peu qu'elle connaissait de « la chose » ! La malheureuse était tombée plus d'une fois sur son frère en tenue plus que légère alors qu'il était en train de concevoir un futur bâtard, autant dire que cette vision ne lui donnait pas spécialement envie de l'imiter....

Il ne se formalisa pas de la timidité, de la gêne ou de ce que Gabriel pouvait bien éprouver. Lui-même trouvait ça ridicule et inutile – les vrais hommes devaient s'imposer ! – mais il avait une forme de respect pour son ami et ne souhaitait pas le mettre mal à l'aise. Même si c'était déjà fait.
Soucieux de ne pas le pousser à bout, le jeune homme préféra laisser Gabriel ruminer tout ce qu'il venait d'entendre et attendit en silence que son ami se décide. Malheureusement, il semblait avoir trop de respect pour Sigrid et n'envisageait pas d'accepter immédiatement. C'était ridicule, Hakon avait été hors de lui après que sa fille se soit envolée pour Fálki sans le prévenir et Harald savait que son père la surveillait de très près, elle n'avait donc que très peu de chances de s'enfuir à nouveau ! Il n'eut toutefois pas le temps de préciser ça au forgeron que ce dernier se relevait déjà pour annoncer qu'il allait discuter avec la concernée. Mauvaise idée, mais il ne se voyait pas le retenir.

« Si tu veux. Mais je pense que c'est inutile. »

Il décida de ne pas suivre son ami, conscient que sa sœur ne prendrait cette discussion très bien, autant éviter qu'il soit dans les parages pour aggraver la situation. De toute manière, il aurait tôt fait d'apprendre ce qu'elle pensait de cette histoire étant donné qu'elle débarquerait certainement comme une furie à la demeure familiale une fois que leur discussion serait terminée.

De son côté, la jeune femme était loin de se douter de ce qui se passait dans son dos. Elle travaillait tranquillement dans la boutique de son oncle, chantonnant tranquillement en profitant de l'absence de Hrothgar qui ne serait pas la pour la raille gentiment. Quelques instants plus tard, alors qu'elle se tenait dans l'arrière-boutique à préparer une commande, un bruit de porte se fit entendre, rapidement suivit d'une voix qu'elle reconnut aisément. Un sourire ourla ses lèvres tandis qu'elle terminait de transvaser sa potion dans un autre contenant. Elle l'entendit reprendre la parole, mais cette fois-ci quelque chose l'interpella. Il avait un ton étrange... la jeune femme fronça les sourcils avant de poser ses affaires pour se diriger vers le magasin.

« Gabriel ? »

Elle déboucha dans la salle, posant ses yeux clairs sur le visage de son ami. Il avait l'air... tracassé ? En tous les cas, il n'était clairement pas tranquille, c'est un fait ! Sigrid ne le connaissait pas aussi bien qu'Hagen dont elle était capable de comprendre toutes les émotions, mais ils étaient suffisamment proches pour qu'elle comprenne que quelque chose clochait vraiment. Soupirant profondément, elle croisa ses bras sur sa poitrine bandée, haussant un sourcil.

« Laisse-moi deviner, tu t'es à nouveau ouvert la main ? Ou alors tu as décidé de t'inscrire à la prochaine Tveirbinda ? » Elle eut un profond soupir. « Ne fais pas cette tête, on dirait que tu as vu une Wyverne dans la rue ! Dis-moi donc ce qui te pose tant de tracas. » Ses yeux se posèrent brièvement sur la chemise qu'il portait et un sourire ourla ses lèvres. « Tu as mis une chemise propre juste pour me voir ? »

Elle le taquinait bien évidemment, il semblait ne pas avoir eu le temps de se laver avant de venir ici, mais son linge était propre, de quoi surprendre. Cependant, Sigrid n'oubliait pas que Gabriel venait de Bjǫrn, peut-être que le savoir-vivre était plus développé qu'ici tout simplement ?
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Mai 2018 - 1:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Planté au milieu de la boutique tel un corbeau porteur de nouvelles lugubres, Gabriel se sentit seul et désemparé et soudainement, c’était lui qui devenait inutile. Il n’était plus certain de ce qu’il venait chercher ici, si ce n’est des reproches et une dispute… Comment faire autrement ? Il ne pouvait pas accepter la proposition d’Harald et de son père sans en avoir discuté avec Sigrid – et avec lui-même, au passage. Il ne pouvait pas non plus refuser de but en blanc, car sa décision précipiterait les choses pour son amie qui se retrouverait dans les bras d’un candidat inconnu au bataillon… Est-ce qu’il cherchait à se rassurer sur la légitimité de son entreprise ? Il ne savait plus quelle démarche était la bonne, et là, maintenant, aurait simplement préféré qu’Harald ne songe pas à lui.

« Je suis là. » Malgré tout, oui, il était bel et bien là.

Le tracas avait beau bouleverser son visage, il offrit un sourire à la jeune femme et baissa modestement les yeux lorsqu’elle approcha, certain que si elle avait le malheur de s’attarder dans son regard, elle devinerait tout de son trouble et des manigances d’il y a quelques minutes. Lorsqu’elle prononça le mot « Tveirbinda », cela lui fit l’effet d’un coup de tonnerre : ses yeux s’écarquillèrent et il la dévisagea, secoué par la panique. Comment avait-elle deviné, comment approchait-elle de si près l’objet de ses craintes ? Ce n’était pas exactement ça, mais…

« Non, non, rien de tout ça… » Bégaya-t-il maladroitement, tâchant de rassembler ses idées. Par la suite il posa ses mains sur sa chemise propre et avec nervosité il la lissa de ses paumes, tel un enfant pris en flagrant délit et rassemblant son courage pour susurrer ce qu’il avait sur le cœur. « Oui… J’ai passé la journée à la forge, je ne pouvais pas venir te voir comme ça… Mais il fallait quand même que je te vois, maintenant. »

Avant qu’Harald et leur père ne changent d’idée, avant que sa bravoure ne s’évapore et qu’il fuit, s’emmurant dans un confortable silence… Alors même qu’il était face à elle et qu’elle l’observait, souriante et amicale, il se sentait déjà au bord du lâcher prise.

« Je suis tracassé… Parce que j’ai peur de tout foutre en l’air, mais je n’ai pas le droit de ne rien te dire. » La malheureuse devait se demander quel nouveau imbroglio s’abattait sur lui, il ne semblait pas se passer une lune sans que Gabriel ne transporte la misère de son existence à ses pieds. Il aurait voulu qu’il en soit autrement, la rendre fier… Attirer son regard pour autre chose que réparer ses bévues. « Sigrid, as-tu l’intention de quitter Snákr ? Ou Jarða ? »

Il avait conscience de la soudaineté de sa question, de son incongruité. Pourquoi paniquer maintenant, et mettre les pieds dans le plat ? Il devait savoir quelles étaient ses intentions… Il devait savoir si elle lui mentirait… Lentement il s’avança, chaque pas faisait craquer le parquet et le rapprochait inexorablement de l’alchimiste. Bientôt il fut si proche qu’il put saisir ses mains graciles, abimées par la pratique de l’arc et les herbes sauvages qu’elle cueillait, dans les siennes, calleuses et chaudes, comme si elles transportaient avec elles le souvenir de la forge. Il ne les serra pas, se contentant de les soulever dans les siennes avec douceur et précaution, et maintenant, il fallait oser…

« Je ne veux pas que tu partes. » Il racla sa gorge, chercha courage dans la contemplation de l’une de ses boucles blondes et sauvages, s’échappant de son chignon improvisé… « Ton père non plus. Pas plus qu’Harald, qui l’exprime sans doute avec une absence totale de tact… Ont-ils déjà évoqué avec toi… Un mariage ? Ton… mariage ? »

Il n’y avait plus qu’à espérer désormais qu’elle ne s’échappe pas de son étreinte en trombe pour faire pleuvoir sur sa maisonnée une pluie de cris et de reproches, car le meilleur était encore à venir…
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Mai 2018 - 15:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Il fallait qu'il la voit maintenant ? Sigrid ne pouvait pas s'empêcher de hausser les sourcils d'un air étonné et aussi chargé d'incompréhension. Elle savait que Gabriel n'était pas d'une nature très confiante, mais là il semblait à deux doigts de se liquéfier ! C'était bien la première fois qu'elle le voyait aussi anxieux, à croire qu'il comptait lui annoncer que, finalement, il ne voulait plus de leur amitié. L'espace d'un instant, elle se demanda si quelque chose était arrivé à Hagen et que le jeune homme était dans un état tel qu'il ne pouvait plus venir la voir. L'anxiété de son ami se justifierait assez bien étant donné que les deux hommes ne s'entendaient pas spécialement, mais elle écarta cette possibilité en relevant le fait qu'il avait pris soin de se changer.

Relativement perdue, la jeune femme resta silencieuse et le scruta avec attention. Lorsqu'il lui parla de « tout foutre en l'air » elle était totalement larguée, mais la suite l'éclaira rapidement. Enfin, plus ou moins. Une expression de stupeur se dessina sur le visage de la blonde qui ne comprenait pas où Gabriel pouvait bien avoir pêché cette idée-là ! Peut-être que sa dernière expédition pour Fálki l'avait effrayé ? Ce serait assez surprenant puisque lui-même voyageait souvent entre les différentes îles, mais bon. Parfois, les hommes étaient étranges.

Lorsqu'il se rapprocha pour lui saisir les main, l'alchimiste ne se dégagea pas. Même si les contacts physiques n'étaient pas très fréquents sur Snákr – ou alors uniquement avec les poings – la jeune femme avait toujours apprécié la proximité des gens qu'elle appréciait. Mais Gabriel n'était pas aussi familier en temps normal, il devait s'être passé quelque chose d'anormal pour qu'il agisse ainsi.

Attendant qu'il termine de dire ce qu'il avait sur le cœur, la blonde réfléchissait déjà à sa réponse afin de la rassurer aussi rapidement que possible, mais elle était loin de s'attendre à la bombe qu'il lâcha en dernier. Sigrid manqua de s'étouffer en l'entendant parler de mariage et, inconsciemment, elle retira ses mains de celle de Gabriel.

« Mon mariage ? Mais de quoi est-ce que tu parles ? » La jeune femme agita la main comme pour chasser quelque chose. « Non, bien sûr que non ! Enfin si, mais... » Elle soupira profondément. « Tout le monde ne fait que me parler mariage depuis que je suis née, mon père, mes frères, mes oncles et j'en passe. Même le clochard du bout de la rue le fait. » C'était presque obligatoire lorsqu'on était une femme célibataire. « Mais, non, ils n'ont plus parlé de ça depuis longtemps. Pas sérieusement en tous les cas. Mon père sait très bien que je refuse de me marier, il a accepté l'idée. »

Croisant ses bras sur sa poitrine, la demoiselle fronça les sourcils en dévisageant son ami d'un regard suspicieux. Que croyait-il au juste ? Qu'elle allait s'envoler pour Fálki ou Bjǫrn et se marier avec le premier venu ? Sigrid n'arrivait pas à comprendre le lien entre son éventuel mariage et son départ – qui n'était pas d'actualité de toute manière. Secouant légèrement la tête, la blonde reprit.

« Gabriel, je ne comprends rien à ce que tu me racontes. Déjà, je n'ai aucune intention de partir d'ici. Ma vie est sur Snákr, ma famille aussi et même s'ils sont insupportables, je n'ai pas envie de les quitter. Ce n'est pas parce que je suis partie une semaine sur Fálki que je compte m'enfuir. Sinon, je ne serais pas revenue. »

Lors du marché qui avait précédé le festin à Hjarta, Sigrid avait été abordée par un drôle de continental qui lui avait proposé de l'aider à quitter Snákr avec Njall, mais la jeune femme avait refusé en bloc et il était évident qu'elle n'allait pas changer d'avis sans raison valable – même très valable.

« Alors, dis-moi donc pour quelle raison je serais censée partir, ou encore ce que tu dois foutre en l'air ? Que tu prononces le nom d'Harald ne me dis rien qui vaille. Je t'ai déjà dit que tu ne devrais pas le fréquenter, il est imbuvable, menteur et manipulateur. »

Le ton de sa voix était un peu agacé et Gabriel sentirait certainement la pointe de reproche qu'elle avait glissé dans ses mots. Malgré tout, la jeune femme ne pouvait pas lui en vouloir, même si elle se demandait ce qui avait bien pu se passer pour qu'il débarque ainsi dans la boutique.
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Mai 2018 - 19:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Le simple mot prononcé, le mot maudit et honnis de « mariage », et la voilà qui s’envole loin de lui. Gabriel laissa lentement couler ses mains le long de son corps tout en observant son amie, plus que certain à présent que sa « mission » était vouée à l’échec et que l’alchimiste n’avait pas le moins du monde changé d’avis. Ils n’abordaient pas le sujet tous les quatre matins – Gabriel ne tenait pas à se faire poignarder des yeux chaque lune – et il n’y en avait pas besoin, Sigrid restait sur sa position. Ce qu’elle semblait ignorer, c’est que sa famille avait elle évolué sur le sujet… Il avait lui-aussi cru qu’Hakon se satisfaisait du célibat de sa fille et ne prenait pas ombrage de la voir poursuivre une existence indépendante, mais d’après Harald, il s’était trompé… Et Sigrid aussi, ce qui était d’autant plus troublant.

« Il a pu changer d’avis... » Murmura Gabriel, pas trop fort, quelque peu intimidé par la posture de la jeune femme. Bras croisés, bouille sceptique, il avait soudainement l’impression d’être analysé dans ses moindres détails. S’il avait su, il aurait pris la peine de tailler sa barbe… Par réflexe nerveux, il passa sa main sous son menton. « Ce n’est pas ma faute. » Chouina-t-il à l’instar d’un gamin pris à défaut, son regard biaisa même sur le côté pour éviter le sien, comme si elle pourrait y lire des choses qu’il préférait qu’elle ignore.

Par quel bout prendre le problème ?
Il lui semblait que tous les embranchements étaient bouchés ou dangereux, mais il n’était plus question de revenir en arrière. Il devait choisir la voie la moins… Merdique, somme toute. Car s’il n’avait aucune envie que Sigrid quitte Snákr, bien au contraire, cela l’aurait quand même bien arrangé qu’elle confesse cette envie. Maintenant, il n’avait plus d’arme, plus d’argument et plus de langue, ainsi il la regarda benoîtement, dans l’attente d’une intervention divine qui ne viendrait jamais.

Il ne retrouva l’usage de la parole qu’à l’attaque viscérale de Sigrid à l’encontre de son frère, qui avait bien fait de se porter malade pour cette discussion. Sourcils froncés et regard peiné, il secoua doucement la tête.

« Ne dis pas ça Sigrid, tu sais que je tiens à lui. »

Jusqu’à aujourd’hui il n’avait pas eu à le regretter, même s’il était le premier à reprocher à Harald son comportement souvent abrupt avec sa cadette. Il prenait ça pour un instinct protecteur mal calibré, à l’instar de son propre petit frère qui avait pu avoir des gestes et des mots durs envers ses frères et sœurs, mais Gabriel était persuadé qu’il les adorait malgré tout. Ces hommes-là ne savaient pas le montrer, voilà tout.

« Écoute… Je ne sais pas comment te le dire, alors je vais seulement t’expliquer ce qu’il s’est passé. Tout à l’heure Harald s’est présenté à mon atelier, lui et ton père ont… Discuté à ton sujet, je ne veux ni déformer leurs propos ni me faire le porte-parole de leurs inquiétudes, mais toujours est-il qu’ils trouvent… » Devait-il évoquer Hagen ? C’était parti de là, mais il était bien loin d’être objectif lorsqu’il était question du chasseur. Si Sigrid entendait son prénom, elle risquait de croire qu’il réagissait étrangement à cause de lui… « Que tu devrais te marier. Je sais… » Il leva doucement ses deux mains en signe de paix, espérant qu’elle le laisserait continuer jusqu’au bout. « Je sais que tu ne veux pas, mais… Ils ont l’air décidé sur le sujet. Je sais que c’est injuste, mais… C’est comme ça. »

Que pouvait-il dire d’autre ? Dans tout Kolmen et sans doute sur une bonne partie du continent, les hommes et les femmes étaient mariés par leurs familles et n’avaient pas droit au chapitre. Ces dames étaient sans doute encore plus malheureuses, car elles n’avaient pas le loisir de s’évader dans d’autres activités que celles de s’occuper de leurs logis, et de la progéniture que leur époux forcé voudrait bien leur offrir.

« Et si Harald m’en a parlé, c’est parce que… » Il crevait de chaud, mais n’avait plus l’excuse de la forge pour le justifier. Déglutissant, il chercha son regard, dans quel état d’esprit était-elle… ? Et comment réagirait-elle… ? « C’est parce qu’ils ont proposé que ce soit moi. »

Il baissa ses mains avec lenteur et ne sachant quoi en faire, les laissa devant lui. Après un court silence, il précisa d’une voix blanche.

« Je n’ai rien répondu. » Et pourquoi cela ? Il ne savait plus trop bien, maintenant. Cela avait beau s’être passé il y a une poignée de minutes, ses sentiments avaient été si vifs qu’il n’avait pas eu le temps de les absorber. « Parce que… Je ne sais pas quoi répondre. Je tiens beaucoup à toi, je ne veux pas que tu sois malheureuse, surtout pas par ma faute. Si c’est ce que veut ton père, peut-être… Mais la seule chose qui était claire, c’est que je devais t’en parler. »
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Mai 2018 - 21:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Il avait pu changer d'avis, en effet. Sigrid savait bien que la décision de son père n'était pas ferme et immuable. Il avait déjà revu sa position sur divers sujets par le passé, il pouvait donc parfaitement décider que, finalement, sa fille unique devait se sacrifier pour le bien de la famille. Ajoutez à cela qu'Hakon lui en voulait encore d'avoir voyagé sur Fálki, puis d'être partie à la chasse à l'ours lors de leur passage sur Bjǫrn et vous aviez deux excellentes raisons de changer d'avis. Sauf qu'il se trompait s'il pensait que la jeune femme allait se laisser faire !

Sa colère allait crescendo et elle éprouvait de plus en plus de difficultés à conserver une expression neutre. Gabriel n'y était pour rien, elle le savait bien et c'était pour cette raison qu'elle se montrait aussi posée alors qu'elle n'avait qu'une envie : hurler et s'indigner ! Mais bien sûr, le trentenaire ne résista pas à l'envie de défendre Harald. Sigrid avait réellement du mal à comprendre que son frère et son ami puisse aussi bien s'entendre et elle ne put s'empêcher de lui décrocher une œillade maussade.

« Dans de très rares moments. »

Elle mentirait si elle disait qu'elle détestait Harald. Elle gardait d'assez bons souvenirs de lui durant leur enfance, mais il devait toujours les gâcher en se montrant infecte dans la foulée. Alors, oui, par moment Sigrid sentait son cœur se gonfler d'un amour fraternel inattendu, mais la majorité du temps, c'était des torrents de colère qui se déversait dans son esprit chaque fois qu'ils étaient amenés à se parler. Gabriel était bien placé pour savoir qu'un lien fraternel ne suffisait pas à apaiser la situation.

Soupirant profondément, Sigrid serra les dents en apprenant que son père avait autorisé Harald à opérer dans son dos. Il était osé aller parler à quelqu'un d'autre de ses projets au lieu de venir la mettre au courant ! Et bien sûr, même si le jeune homme était bravache, la blonde savait qu'il n'irait jamais tenter le diable en se lançant dans une telle histoire sans avoir l'approbation de leur père. Il ne lui pardonnerait pas, c'était donc qu'Hakon était au courant de cette histoire et qu'il avait certainement donné son approbation.

Partagée entre divers sentiments, elle fut à deux doigts d'agresser verbalement son ami lorsqu'il lui déclara que « c'était comme ça ». Et puis quoi encore ? Il croyait sérieusement qu'elle allait baisser les bras aussi simplement ? Cette histoire était tellement étrange qu'elle n'avait même pas eu l'occasion de se demander pourquoi Harald avait parlé de tout cela à Gabriel alors qu'il n'appartenait pas à la famille, mais lorsqu'il souleva la question, la jeune femme posa un regard interrogateur sur lui. Autant dire qu'elle ne vit pas venir son annonce et, sous le coup de la surprise, ses yeux s'ouvrirent de stupeur. Elle resta muette durant les secondes qui suivirent, entrouvrant légèrement ses lèvres avant de finalement secouer la tête comme si elle essayait de se réveiller. Décroisant les bras, elle porta sa main à son visage dans un geste à la fois lassé et gêné.

« Oh, Gabriel, je suis vraiment désolée. » Soupirant profondément, la jeune femme passa ses doigts sur ses yeux. « Mon frère est un imbécile. Il pense que parce que nous sommes amis, tu n'oseras pas refuser. Je l'ai souvent entendu dire qu'un forgeron serait utile dans la famille, mais je ne pensais pas qu'il pousserait le vice jusqu'à essayer de te piéger. »

À ses yeux, il était évident que Gabriel ne verrait ce potentiel mariage que comme un piège. Il pourrait trouver n'importe quelle femme et l'épouser sans la moindre difficulté, il n'aurait donc aucune raison de s'intéresser à cette gueuse qui n'assumait pas sa féminité ! Gênée, elle l'était, mais pas par l'idée qu'ils puissent s'unir. C'était surtout le fait qu'Harald ait pu indisposer Gabriel qui la mettait autant mal à l'aise.
Laissant retomber son bras, elle s'approcha légèrement de lui.

« Je tiens aussi à toi, tu le sais bien ! Je te remercie de m'en avoir parlé et je te prie de les excuser. Je suis sûre que c'est Harald qui a poussé notre père à changer d'avis, je peux le persuader que son point de vue n'est pas le meilleur et il finira par laisser tomber cette histoire. » Elle sourit d'un air gêné. « Oh, je me sens tellement ridicule. Quel imbécile ! J'espère qu'il n'a pas été trop pressant ou trop ennuyant. Tu as dû te sentir mal à l'aise, je ne sais pas comment il peut avoir de telles idées ! »

À dire vrai, elle préférait éviter de savoir ce qui se passait dans le cerveau de son frère.
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 2 Mai 2018 - 0:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Etait-ce le calme avant la tempête ? Trouvait-elle cela si ridicule que même les mots ne parvenaient pas à exprimer son profond désarroi ? Son regard avait beau balayer toute sa physionomie, il était bien incapable de dire ce qu’elle pouvait penser, et ressentir. Il n’était pas dans son corps, ni dans son esprit, il n’était pas femme parmi les fils d’Hakon. Ses parents ne viendraient jamais lui proposer une épouse – un souci de moins… ! Pas de quoi se réjouir non plus.

Il attendit, envahi d’une crainte et d’une appréhension inexplicables. Il vit son geste, difficile à interpréter : était-elle agacée ? Ennuyée ? Abasourdie ? Gênée ? Il ne sut le dire, pas plus qu’il ne comprit ses excuses. Il fut stupéfait d’entendre sa version de l’histoire, en tout cas, car pour elle tout n’était qu’une manipulation d’Harald. A quelle fin, il ne saurait le dire, car l’hypothèse que son ami se serve de lui était trop insupportable pour qu’il y songe sur la durée. Tout comme son avis était vicié lorsqu’il s’agissait d’Hagen, il avait tendance à ne pas croire complétement les sentiments de Sigrid quand il était question de son aîné : elle ne pouvait pas être objective. Au fond, il était naturel qu’elle voie le mal, là où il n’y avait que la préoccupation d’un frère… Les errances d’un aîné, Gabriel connaissait bien cela.

« Je ne pense pas que ce soit un piège… » Souffla-t-il, presque timidement. Il n’était pas capable de raisonner Svein et de se faire entendre de lui, il avait peu de chance d’éveiller les bons sentiments de son amie.

La réaction de Sigrid, au final, était plus inattendue. Elle ne paraissait pas en colère, ni contre eux, ni contre lui, il transparaissait en elle plutôt une forme d’embarras. Il pouvait le comprendre, lui-même n’en avait pas mené large face à Harald… Néanmoins, il se sentait… Etrange. Dérangé. Vexé ? C’était curieux, il aurait dû être soulagé que cette histoire se termine rapidement, mais un poids lui pesait sur l’estomac, et il ne parvenait pas à desserrer sa mâchoire. Pourquoi se sentait-il si contrarié ?

« Cela te paraît si invraisemblable… ? »

Ce qui était invraisemblable, c’est qu’il ose poser la question. Evidemment qu’elle était surprise qu’Harald ait eu cette idée ! Ils étaient amis depuis des années, la romance n’avait jamais empoisonné leur relation. Un homme comme Harald ne pouvait pas imaginer une amitié sincère entre les sexes opposés, mais c’était ainsi… Cette amitié existait. Gabriel la croyait dénuée de vices, et pourtant… Il ne parvint pas à se retenir. Se rapprochant lentement, calmement, il pencha légèrement la tête pour plonger son regard dans les yeux clairs de Sigrid.

« Tu préférerais un autre ? »

Hagen, par le plus grand des hasards ?
C’était stupide de ressentir cette amertume, il le savait, mais elle contaminait son esprit. La jalousie, l’envie, des poisons qui l’enserraient, l’emprisonnaient dans de sombres pensées… Harald ne savait probablement pas qu’il l’animerait d'une telle rancœur, ou peut-être que si. Peut-être qu’il savait… ? Mais Sigrid ne devait pas en être victime. Elle n'y était pour rien, et le fait qu'elle laisse entendre qu'il était gênant de l'épouser était injuste. Et faux. S'il ne devait faire que cela, au moins pouvait-il le lui souffler...

« Sigrid… Tu n’as pas à te sentir ridicule. Si j’avais un père et une mère qui veillaient sur les miens, je serais venu également aujourd’hui, et j’aurais eu un chaton dans les bras. »

Il n’avait jamais songé au mariage pour de multiples raisons. S’il prenait la peine d’y penser plus avant, il devait reconnaître qu’il n’avait guère pris le temps de charmer, et d’être charmé. Focalisé sur ses frères et sœurs, sur la forge, sur son intégration sur Snákr, il y avait eu bien à s’occuper, ce qui avait laissé toute place à sa timidité naturelle de s’exprimer. Si sa mère vivait encore, elle aurait probablement incité son aîné à s’ouvrir… Mais elle ne respirait plus depuis longtemps, et le temps avait fait son œuvre.

« Avec un peu de chance, tu n’aurais pas jeté la pauvre bête. » Il esquissa un sourire modeste puis inclina légèrement le buste, comme s’il s’apprêtait à disposer après avoir été congédié. « Si c’est ce que tu souhaites, j’espère que tu parviendras à les faire changer d’avis. Tu as su être persuasive jusqu’à présent… » Et sinon… ? Il n’osa pas poursuivre dans cette direction, car il en avait déjà trop dit, sans prendre le temps de bien réfléchir et peser le pour et le contre. Il avait réagi sur l’instant, par instinct, et s’il ne regrettait pas les mots qu’il avait prononcé… Qui pourrait dire ce qu’il adviendrait ensuite ?
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 2 Mai 2018 - 21:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Sigrid était toujours agacée lorsqu'elle entendait Gabriel défendre son frère et surtout, lui prêter des intentions louables ou altruistes alors qu'il n'était que manipulation. Oh, elle avait conscience que son point de vue était certainement tronqué par leurs disputes quasi incessantes, mais tout de même ! Il s'était mal comporté avec elle pour le coup et si Harald avait préféré en parler directement à Gabriel plutôt que d'en faire part à sa propre sœur, ce n'était pas sans bonne raison. Cependant, la jeune femme ne souhaitait pas se disputer avec son ami et elle savait qu'il était inutile de soliloquer à ce sujet. Elle préféra donc rester silencieuse et hausser des épaules pour toute réponse.

De toute manière, ils avaient des choses bien plus importantes à aborder et Sigrid fut assez surprise d'entendre son ami lui demander si elle trouverait cette proposition invraisemblable. Bien évidemment ! Elle devait être le pire parti de toute l'île, voire de Kolmen Kirosi, tandis que Gabriel avait une position plutôt enviable et qu'il était relativement bel homme. Deux détails qui semblaient avoir leur importance aux yeux des autres femmes, mais qui la laissaient insensible. Même si elle savait reconnaître qu'une personne était belle, ce n'était pas vraiment important pour elle. Elle-même savait qu'elle n'avait rien de très attrayant, alors comment aurait-elle pu s'arrêter à des détails aussi triviaux ?

Soupirant profondément, elle releva la tête pour contempler son ami avant d'arborer une expression de surprise lorsqu'il lui demanda si elle aurait préféré un autre. C'était idiot. Elle préférait ne pas songer à cette idée, mais si elle avait été contrainte de se marier, il était évident qu'elle aurait préféré que ce soit avec quelqu'un qui la comprenait et l'appréciait, comme Hagen ou Gabriel par conséquent. Mais elle ne souhaitait pas y penser.

« Là n'est pas la question, c'est le simple fait de songer à me marier qui me pose problème. »

À ses yeux, dès l'instant où elle envisagerait de « peut-être » se marier avec quelqu'un, la guerre serait perdue. Son frère comprendrait qu'il y avait un filon à exploiter et ne se gênerait pas pour en faire part à leur père. Qui plus est, même si Sigrid ne se l'avouait pas, bien d'autres choses la mettaient mal à l'aise dans cette situation. Déjà, elle savait bien ce qu'un mariage impliquait et elle n'avait aucune envie d'avoir ce genre de relation avec qui que ce soit. En plus de cela, elle savait ce qui liait Gabriel à Astrid qu'elle considérait comme son amie, autant dire que la perspective de se voir comme sa potentielle épouse la mettrait particulièrement mal à l'aise vis-à-vis de la Fálkidóttir.

Un bref sourire ourla malgré tout ses lèvres lorsqu'elle l'entendit parler du fameux chaton. Le seul qu'elle ait possédé avait été un cadeau de son père qui avait trouvé la bête dans un caniveau à la surface. Elle aimait bien les animaux, mais moins la signification de ce présent.

« Si tu tiens tellement à m'offrir quelque chose, tu peux opter pour un chat adulte tu sais. J'aime beaucoup ces animaux, ils sont très doux. Ils me font un peu penser à toi. »

Elle profita du fait qu'il était encore assez proche pour se rapprocher encore davantage et se hisser sur la pointe des pieds pour déposer une rapide bise sur la joue mal rasée de son ami. Ce genre de démonstration affective ne la gênait pas du tout et elle ne s'en privait pas.

« Je te remercie d'être venu m'en parler et encore une fois, je m'excuse que tu aies été mêlé à toute cette histoire. Je vais éclaircir les choses, sois-en certain, Harald viendra s'excuser chez toi. » Le ton était ferme et assuré. « J'espère que ça ne changera rien, je ne voudrais pas que les idées stupides de mon frère te mettent mal à l'aise vis-à-vis de moi. »

Une fois de plus, l'alchimiste se sentait ridicule à l'idée que son frère ait pu émettre une telle idée. Gabriel avait dû se creuser la cervelle pour trouver comme décliner et l'éconduire dans trop l'humilier. Une chance qu'Harald n'ait pas eu l'idée d'en parler à quelqu'un d'autre, les dégâts étaient normalement minimes !
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 9 Mai 2018 - 0:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Un sourire qu’il n’assumerait pas vint fleurir ses lèvres, passager clandestin de sentiments complexes et nombreux. L’étrange vexation qui lui avait enserré le cœur laissa sa place à une forme de soulagement, et il se sentit idiot : il connaissait Sigrid mieux que ça. Bien sûr qu’elle ne souhaitait pas se marier, ni avec lui, ni avec aucun autre, comment avait-il pu considérer sérieusement une autre hypothèse ? Soulagé, quoiqu’un peu honteux de l’être, que cet épisode soit clôt, il renvoya la silhouette d’Harald dans les tréfonds de son subconscient. Frère et sœur auraient à parler, mais le forgeron ferait l’effort, pour une fois, de ne pas s’en mêler.

La douceur qu’elle lui prêtait voilait d’autres inclinaisons, obscures et malsaines, qu’il ne souhaitait pour rien au monde lui révéler. Il espérait que son amie n’aurait jamais à le voir comme autre chose qu’un homme modeste et attentif, car il lui serait insupportable de perdre la face. Astrid avait malencontreusement et avec le concours de son frère, effleurait la surface de ses traumas et il n’espérait plus qu’une chose : que plus personne ne s’en approche. Future femme ou non.

« Un chat, c’est aussi une bête caractérielle qui ne fait que ce qui lui plaît. » Énonça Gabriel en haussant un sourcil. « C’est plutôt à toi que tu devrais penser, avec ces animaux. »

Gabriel, une taquinerie des plus directes ? Une risette joueuse ourla ses lèvres tandis qu’il la toisait avec une certaine provocation. Il n’avait pas coutume de côtoyer des animaux, et était de fait plutôt timide en leur compagnie, mais aucun mensonge n’était trop beau pour se sortir de la chape de malaise qu’il craignait de voir s’abattre sur eux. Aussi accueillit-il son baiser avec plaisir, penchant légèrement le buste quand ses lèvres touchèrent sa joue.

Ce simple geste de tendresse lui était devenu étranger, lui qui auparavant n’en avait jamais manqué. Il était de nature tactile, aimait enlacer, embrasser, et ne s’en était pas gardé dans son heureuse vie de frère aîné. Maintenant qu’ils étaient tous si loin, il n’osait songer à la raréfaction des contacts humains qu’il vivait… S’il était honnête et cru envers lui-même, il reconnaitrait que les Tveirbinda avaient au moins ce mérite.

« Ni toi ni Harald n’avaient à vous excuser. »

C’était la simple vérité. Bien que son ami l’ait mis dans une position délicate, il aurait du mal à lui en vouloir… Toutefois cela avait éveillé en lui des questions, questions qu’il examinerait plus tard, si Sigrid lui en laissait l’occasion.

« J’ai gagné une bise après tout, même s’il est malheureux d’avoir à inventer de telles histoires pour que tu m’en donnes une… » Il pencha légèrement la tête sur le côté, ses traits doux arborant à présent une expression facétieuse. « J’avais pourtant changé de chemise. »

Il s’éloigna d’un pas, comme si elle pouvait avoir la fougue de le secouer pour le punir, mais en profita en réalité pour contempler les étagères qui se déployaient devant lui. Fioles et ingrédients en pagaille, serrés les uns contre les autres, s’étalaient sous ses yeux clairs et curieux. Il connaissait bien peu de choses dans cet art, mais en savait suffisamment pour reconnaître qu’il fallait avoir la même exigence et pugnacité pour maîtriser la forge et l’alchimie. Mais cette dernière, contrairement à son domaine de prédilection, apportait son lot d’avantages…

« Tu sais, dans la panique, j’ai dit à ton frère que tu avais volé à mon secours pour les Tverbinda. » À y repenser, il se maudissait. « Il y en aura bientôt une autre… » Cette simple perspective le fit soupirer de dépit. Il ne devait pas y avoir beaucoup de Snákrson qui traînaient les pieds à l’idée d’y participer, mais Gabriel n’arrivait pas à s’y faire, et s’y rendait sous contrainte morale. « Est-ce que tu aurais encore de ta potion de vigueur, par hasard… ? »

Sa question en suspens, il fut intrigué par un huissement strident, lointain, mais qui se rapprochait à vive allure. Un cri d’alarme, à n’en pas douter. En plein cœur de Jarda ? Ce n’était pas forcément étonnant, ces cavernes bouillonnaient d’activité, le chaos régnait, mais il était courant que des créatures plus ou moins menaçantes se mélangent aux hommes… Intrigué, mais prudent, Gabriel se rapprocha de la porte de la boutique et la poussa légèrement, se penchant pour observer l’extérieur… Quand soudain, brutalement, une silhouette s’écrasa sur la fenêtre. Dans un gros sursaut Gabriel sursauta et recula, buta contre le comptoir et grogna de douleur tandis que son échine percutait le bois. Toutefois sa peine fut brève et c’est avec horreur qu’il contempla le sinistre spectacle : contre la vitre de l’antre de Sigrid, un malheureux faucon subissait l’assaut acharné de trois Arachnomorph impatientes d’en faire leur repas.
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 9 Mai 2018 - 13:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Sigrid avait arboré une expression faussement outrée lorsque son ami l'avait comparée à un chat, mais elle devait admettre qu'il avait raison. Elle était caractérielle et n'avait que faire de ce qu'on lui disait, mais jusqu'à présent, ça lui avait toujours bien réussi ! Pinçant les lèvres d'un air faussement contrarié, la jeune femme haussa finalement les épaules avant de répondre d'un ton fier.

« Peut-être, mais tu noteras que sur nos îles il a l'air de symboliser l'amour étant donné qu'on en offre aux futures mariées. Ça voudrait dire que l'amour est une bête caractérielle. »

Ce n'était pas si faux, là non plus ! Mais Sigrid n'y connaissait pas grand-chose en matière d’amour, sauf si l'on parlait de celui qu'elle éprouvait pour ses frères – certains moins que d'autres – ou encore ses grands amis, Hagen et Gabriel. Pourtant, elle devait admettre que même là, les sentiments qu'elle éprouvait pour chaque personne étaient très différents. Quoi de plus normal ? Ils étaient basés sur des événements différents, il était donc logique que leurs résultats ne se ressemblent pas.

Sigrid se détendait petit-à-petit, même si elle se sentait toujours aussi en colère contre Harald qui n'échapperait pas à une discussion sérieuse. Bon, elle doutait que cela ait le moindre effet, mais c'était plus fort qu'elle. La seule chose qu'elle devait retenir, c'était qu'il fallait qu'elle s'entretienne avec son père : si Hakon s'opposait à un mariage arrangé, elle serait à nouveau tranquille. Mais s'il acceptait et que Gabriel refusait... la jeune femme préférait ne pas imaginer ce qui pourrait arriver. Elle préférait encore envisager de tout quitter que de devoir se plier à une union forcée. Mais ils n'en étaient pas encore là, heureusement.

Lorsque Gabriel lui parla de sa bise, elle ne put retenir un sourire amusé. Sigrid était quelqu'un qui n'avait aucune honte à manifester ses émotions et ses sentiments. Par conséquent, serrer quelqu'un dans ses bras ou l'embrasser était parfaitement naturel, mais elle savait que sur Snákr ce n'était pas forcément très bien vu. Il n'y avait qu'à voir comment étaient interprétés ses gestes à l'encontre d'Hagen : certains prétendaient que ce n'était pas de l'amitié alors qu'elles se contentaient de le serrer dans ses bras ou de lui faire une bise de temps en temps. Définitivement, Gabriel n'avait pas besoin de ce genre de problèmes !

« Tu sais que tu n'as qu'à me le dire pour en avoir une. J'évite d'en distribuer trop souvent, sinon elles perdent de leur qualité et puis... n'oublie pas que nous sommes sur Snákr. Si je te faisais la bise en public, demain nous serions amants et dans deux jours nous aurions un enfant caché sur Bjǫrn. » Elle exagérait à peine. « Et puis je dois bien me faire désirer. »

Ce qui était tout à fait son genre, bien évidemment !
Gabriel enchaîna ensuite sur le sujet de la Tveirbinda et la jeune femme ne put s'empêcher de repenser à Astrid. Parfois, elle se demandait ce qui liait réellement les deux jeunes gens, mais elle n'avait jamais osé leur en parler. Lorsqu'elle apprit qu'il avait peut-être l'intention de recommencer à y participer, la jeune femme en fut un peu surprise. Puis elle se demanda si, finalement, Gabriel ne trouverait pas son intérêt dans un mariage. Malheureusement, Sigrid n'eut pas l'occasion d'en apprendre davantage puisqu'un choc brutal la fit sursauter derrière son comptoir et il lui fallut quelques secondes avant de comprendre ce qui venait de se passer. Des Arachnomorphs ? En plein ville ? Tout d'abord surprise, Sigrid fronça soudain les sourcils.

« Non, pas chez moi ! »

Bon, elle n'était pas exactement chez elle, mais c'était un détail. Sans perdre de temps, la jeune femme se pencha pour saisir un gros bâton sous le comptoir. Il servait habituellement à battre le tapis posé au centre de la pièce, mais il servait aussi pour calmer quelques envahisseurs trop bravaches ! Bien décidée, la jeune femme se dirigea vers la porte de la boutique et sortit dans la rue avant de s’approcher des araignées géantes. Celle qui était la plus proche d'elle semblait assez jeune, car plutôt petite, c'est donc avec assurance que Sigrid leva son bâton pour lui asséner un grand coup dans la derrière. La bestiole émit un bruit de protestation avant de se décaler, tournant ses crocs vers elle d'un air de défi. Qu'à cela ne tienne, la blonde ne se laissa pas démonter.

« Dégage ! Vous n'avez rien à faire ici ! Du vent ! »

Ponctuant ses paroles de coup de bâtons, la jeune femme réussit à les faire battre légèrement en retrait, suffisamment pour se placer entre elles et le malheureux faucon qui protestait encore, signe qu'il n'était pas mort. Malheureusement, contrairement à ce qu'elle avait espéré, cela ne laissa pas les assaillants indifférents puisque les Arachnomorphs s'approchèrent à nouveau d'un air menaçant, apparemment excité par les râles de l'oiseau blessé.
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 10 Mai 2018 - 18:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Les rumeurs allaient bon train sur Snákr, sitôt murmurées dans une oreille opportune elles se diffusaient telle une traînée de poudre, inondant les chaumières et les racontars de taverne. L’on pourrait croire que cette bande de fiers guerriers ne versaient pas dans les ragots, mais c’était bien mal connaître ce peuple souvent rigolard et moqueur. Ainsi il n’y avait pas besoin d’être particulièrement expansif pour que les langues les plus affutées claquent, et que ça caquète dans les rangs.

« Il suffit donc d’en demander ? Je prendrai soin de t’en réclamer au moment opportun. » Souffla Gabriel avec un sourire qui en disait long, mais qui ne l’empêcha pas de prolonger sa pensée avec quelques exemples qui, rien qu’en y pensant, lui tirèrent un sourire amusé. « Au milieu de tes frères, quand tu marchandes avec un client… »

Il n’avait pas évoqué Hakon, ce ne serait pas crédible. Il avait trop peur – enfin, il appelait cela timidement du « respect » – pour s’amuser à titiller la fille en présence de son paternel qu’il ne connaissait pas, à tort peut-être, comme étant un grand plaisantin.

« Je suis assez écartelé comme ça, une fille sur Fálki est bien assez. » Sa Solveig, il ne l’évoquait pas souvent. Il débordait pourtant d’amour et de tendresse pour cette petite blonde au nez retroussé, mais la raviver continuellement dans son cœur et par ses mots provoquait plus de douleur que de douceur, aussi il avait appris à chérir les moments passés auprès d’elle, et à s’en contenter. « Si les dieux m’accordent un jour un autre enfant… J’aspire à le garder près de moi. » Il sourit, et la tristesse avait libéré ses traits. Il semblait plutôt gorgé d’un chaleureux espoir, prompt à balayer ses doutes. Certes l’enfant devrait être un garçon, car il ne pourrait élever aucune fille à ses côtés… À moins qu’il n’en conçoive une en-dehors des Tveirbinda, mais cela était peu probable. « Ne t’avise donc pas de nous faire un enfant dans le dos. »

Sa risette était devenue taquine, mais ils n’auraient pas le temps de profiter de la légèreté de leur échange : une attaque d’arachnomorphs ! Ces sales bêtes aimaient l’obscurité et évitaient les villes, mais les souterrains de Jarða avaient tout pour leur plaire… Humides, serpentés de mines et de boyaux, ils regorgeaient de ressources si bien que les créatures n’avaient pas besoin de se battre pour se nourrir. Tout au plus piégeaient-elles de temps en temps un malheureux enfant dans leurs toiles, elles étaient chassées quelques temps, mais revenaient toujours…

« Sigrid, attends, c’est dangereux… ! » Commença Gabriel, qui aurait plutôt eu comme réflexe de les barricader à l’intérieur et d’attendre qu’elles partent, une fois repues de leur festin d’oiseau.

Sigrid était autrement plus brave et c’est armée de son courage et d’un simple bâton de bois qu’elle s’engagea dans la bataille, prête à dégager les inopportunes manu militari. Impressionné, quoique toujours méfiant, Gabriel rejoignit son amie à l’extérieur et en approchant, manqua de mettre le pied sur le malheureux faucon. À l’approche de sa botte ce dernier avait piaillé en protestation, s’évitant ainsi de justesse une douloureuse rencontre. Ce cri excita les bêtes qui se firent plus menaçantes et bravaches, elles attaquaient de leurs crocs le bâton que Sigrid brandissait toujours.

« Attention ! »

Il fallait faire quelque chose…
Gabriel récupéra dans un bras le faucon blessé et s’engouffra rapidement dans la boutique à la recherche d’une bonne idée. Son regard pressé et inquiet balaya les étagères où s’accumulaient les fioles : et s’il en prenait une ? Mais laquelle ? Le forgeron n’y connaissait rien dans l’art des potions et des associations, il n’avait même pas les idées claires sur ce qu’était capable de produire comme effet telle ou telle mixture…

« Sigrid, je ne sais pas quoi… Il y en a partout !! »

Le faucon claqua du bec et le raclement angoissant des pattes d’araignées sur le sol le poussa à l’action : d’une main ferme il empoigna un flacon aux courbes rondes, où bullait paresseusement un liquide rouge. Il n’avait aucune idée de ce qui allait se produire, mais une couleur sang ne pouvait être annonciatrice que de mort pour ces bêtes, non ?

Il arriva au pas de course dans l’échine de Sigrid, la dépassa, fit barrière de son corps et d’un mouvement de bras souple et brusque il jeta la fiole contre l’une des créatures, bientôt repeinte de rouge. Le liquide éclaboussa dans une moindre mesure ses compagnes, et toutes piaillèrent comme des démentes. Gabriel n’était pas peu fier. Il se tourna vers son amie avec une risette victorieuse des grands jours, et pouffa un :

« À ton service. »

Sauf qu’on ne manipule pas les produits de l’alchimie sans connaissance… Que ce soit la nature du liquide en lui-même, ou son interaction avec ces créatures particulières, l’effet produit fut aussi étonnant qu’inquiétant : la tête de l’arachnomorph visée se mit à enfler, et enfler encore de manière complètement démesurée. Elle se recouvra de plaques et de boursouflures immondes, et ne cessa de croître qu’après avoir atteint quatre fois sa taille initiale. Elle était immonde. Inconsciemment, Gabriel resserra le faucon dans ses bras et recula, butant contre son amie.
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 12 Mai 2018 - 17:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Sigrid aurait aimé avoir son arc en main pour se débarrasser de ces créatures, mais ce n'était malheureusement pas le cas, ils allaient donc devoir se débrouiller autrement ! Il n'y avait pas grand monde dans les environs, donc autant dire qu'ils ne devaient pas compter sur l'aide de qui que ce soit. Où étaient les guerriers lorsqu'on avait besoin d'eux ? Soupirant profondément, la jeune femme fut rassurée d'entendre Gabriel la rejoindre, mais lorsqu'il disparut dans la foulée, elle se demanda s'il n'allait pas l'abandonner. Oh, le forgeron était un vrai ami et elle en serait la première étonnée, cependant la jeune femme avait une si piètre estime d'elle-même qu'elle craignait forcément qu'il ne se lasse d'elle – ou ne considère que le sacrifice était inutile.

Fort heureusement, quelques instants plus tard le jeune homme revint vers elle, sauf qu'il lui réservait une surprise à laquelle elle ne s'attendait pas. En le voyant s'interposer, Sigrid songea qu'il avait trouvé une épée quelque part, mais au lieu de cela, il brandit une fiole qu'il lança sur les malheureuses créatures qui se mirent à hurler. Le cœur de la blonde se serra pendant un bref instant, puis elle leva les yeux vers son ami au moment où l'araignée géante commençait à... buller.

« Oh, Gabriel ! »

Elle grimaça face au spectacle de l'araignée qui se transformait en une sorte de... blob. La pauvre émettait un cri horrible qui aurait normalement dû attirer tous les habitants de l'île, mais la zone restait obstinément déserte. Serrant son bâton contre elle, la blonde passa finalement à côté de Gabriel.

« Recule ! Je ne vais pas la laisser agoniser comme ça ! »

Levant son bâton, elle asséna un violent coup sur le « crâne » de l'araignée. Un bruit mouillé et peu ragoûtant s'éleva tandis que la créature lâchait un nouveau cri hostile. Tirant sur son bâton, la jeune femme constata que des sortes de fils gluants s'étaient accrochés au bois et se tendaient entre l'animal et l'arme. Retenant un haut-le-cœur, Sigrid abattit à nouveau son bâton, puis recommença à nouveau jusqu'à ce que ses bras en deviennent douloureux. Lorsqu'elle eut terminé, les pattes de l'animal s'agitaient de soubresauts, mais il était peu probable que la bestiole se relève ! Essoufflée, l'alchimiste recula, baissant son arme improvisée pour constater que les deux autres créatures se remettaient des gouttelettes qui les avaient touchées... et apparemment elles étaient particulièrement énervées !

« Ton aide est appréciée, mais demande-moi la prochaine fois ! »

Malheureusement, Sigrid n'eut pas l'occasion de lui en parler davantage puisque les deux araignées se lancèrent à l'assaut. Une patte se précipita en direction de la jeune femme qui chercha à l'éviter. En reculant, elle trébucha sur le pied de Gabriel – juste derrière elle – et tomba sur le sol. Son souffle fut coupé durant quelques secondes et lorsqu'elle se redressa, ce fut pour constater qu'une araignée se tenait à quelques dizaines de centimètres d'elle. Cette dernière décida de lancer l'assaut et la Snákrdóttir leva le pied juste à temps pour le placer sur le « visage » de l'araignée qu'elle tenta vainement de repousser. C'était sans compter sur l'autre survivante qui contournait son amie pour décider de s'occuper du cas de l'assassin de leur comparse....
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 12 Mai 2018 - 20:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base∞ Nombre de messages : 1121
∞ Nombre de messages RP : 54
∞ Âge du personnage : 33 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Forgeron
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : × Présentation
× La forge
× Relations
× Sujets
× Inventaire
× Défis
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Dans le chaos qui s’ensuivit, Gabriel songea brièvement que le bien-être de la créature n’était pas la première de ses préoccupations. Il était plutôt en train de se demander comment et si ils allaient survivre à ce carnage, ou s’ils étaient condamnés à être dévorés par des araignées géantes et horriblement déformées. Par sa faute, en plus, mais avec un peu de chance les morts étaient délivrés des remords – s’il n’était pas pétrifié sur place, il aurait sûrement saisi l’occasion de placer ce jeu de mots de haute volée !

Abruti, il fourragea dans ses poches de sa main libre dans l’espoir d’y trouver quelque chose qui viendrait à bout de ces immondes bêtes. Ses doigts rencontrèrent un silex, un quignon de pain et un chiffon, rien de bien probant pour tuer des arachnomorph… A moins qu’il n’utilise le chiffon comme fronde et le pain comme projectile et… Non. Heureusement pour leurs vies, Sigrid fut plus réactive et efficace qu’il ne l’était : toujours parée de son courage et de son bâton, elle se lança dans une opération de haut niveau, à savoir, poignarder une araignée à mort sans être prise dans l’une de ses huit pattes. Avec brio, la chasseuse vint à bout de la plus déformée des créatures en lui enfonçant profondément son bâton de le crâne. Une action peu ragoûtante, et le maladroit en prit d’ailleurs pour son grade lorsque une salve du liquide visqueux et poisseux gicla vers lui, souillant sa poitrine et le malheureux volatile qui piaffa vigoureusement dans son bras.

« C’est… Répugnant. » Se plaignit le forgeron, plus habitué aux crissements d’une forge qu’au dépeçage de bête. Il coula un regard contrit vers son amie et souffla d’une voix timide. « Je suis désolé… Je pensais… »

Personne n’avait cure de ce qu’il pensait, et la suite des événements ne lui laissa de toute manière pas le temps d’exposer ses états d’âme ! Les survivantes n’avaient pas l’intention de fuir et passèrent à l’attaque, crocs et pattes velues en avant ! Sous la surprise et pris d’un coup de terreur, Gabriel cria pile au moment où Sigrid chutait à cause de lui. Il n’eut pas l’occasion de retenir sa chute, ni de la ramasser, les affreuses se précipitaient sur eux.

« Sigrid ! » Cria Gabriel en jetant sans délicatesse le faucon sur le côté, à l’intérieur de l’échoppe. L’oiseau se plaignit bruyamment et atterrit dans un « pof » grave sur le sol, sans grâce mais à l’abri des prédateurs pour le moment. Là-dessus, il assignat de toute ses forces un coup de pied à travers les milliards – oui, des milliards ! – d’yeux de l’araignée.

Réussite : La bête recule.
Échec : La bête l’attrape.

Quelles chances un inadapté en combat et en chasse comme lui pouvait avoir ? Les probabilités qu’il réussisse étaient modestes, et ça ne manqua pas : l’araignée referma ses crocs sur sa botte, qui résista par miracle. La pression le fit grogner et il chuta lourdement au sol, en prise avec l’animal qui refusait de le lâcher.

« Par Vatn… ! » Le dieu des flots eut-il pitié d’eux ? Alors que l’araignée le traînait sur le sol pour le ramener dans sa tanière, le dos de Gabriel rentra en contact avec une pierre particulièrement pointue. Il geignit, sa chemise se déchira mais une fois être passé par-dessus il put saisir cette arme improvisée. Les doigts raidis, il se plia comme un vermisseau et frappa un, puis deux et enfin trois coups dans la gueule de la bête avant qu’elle ne le relâche et batte en retraite. « Tiens bon Sigrid… ! »

Ventre contre terre, il se redressa désordonnément et jeta de toutes ses forces sa pierre dans l’abdomen de l’araignée afin qu’elle relâche Sigrid. Ou au moins pour détourner son attention…
Revenir en haut Aller en bas



Forge until the earth shivers
O, full of scorpions in my mind! What’s done is done.
© Macbeth

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com
Message posté : Sam 12 Mai 2018 - 20:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Jarl de Kolmen Kirosi
Infos de base∞ Nombre de messages : 1453
∞ Nombre de messages RP : 200
∞ Âge du personnage : 62 ans
∞ Caste : Nobles
∞ Métier : Jarl de Kolmen Kirosi
∞ Statut : Veuf
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
0/0  (0/0)
Niveau de renommée:
0/0  (0/0)
Description sommaire:
Le membre 'Gabriel Brynjolfson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Jugement du Destin' :
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 14 Mai 2018 - 13:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 599
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
La jeune femme entendit son ami l'appeler, mais elle ne se donna pas vraiment la peine de répondre : l'araignée géante qui lui faisait face était suffisamment bravache pour ne pas lui donner l'occasion de se montrer trop imprudente ! À la première occasion, elle risquait de lui planter ses crocs dans le corps et vu les effets de leur poison, l'alchimiste n'y tenait pas vraiment. Hrothgar était parti pour un village des environs où une enfant nécessitait des soins et il ne serait pas de retour à temps pour lui éviter d'y passer. Et au vu de ce que Gabriel venait de lui faire comme démonstration, Sigrid préférait éviter de dépendre de lui pour sauver sa vie ! Du moins en matière de soins alchimiques.

Repoussant tant bien que mal son assaillante, elle vit Gabriel abattre son pied sur la face de l'araignée qui ne se laissait pas impressionner. Plutôt que de fuir, elle referma ses crocs sur la botte du forgeron et parvint à le faire chuter à son tour. Décidément, ils avaient toutes les chances pour finir dans l'estomac de ces animaux s'ils continuaient sur cette voie ! Grognant, la blonde expédia un nouveau et violent coup de pied sur la face de l'animal avant de se traîner un peu plus longtemps en donnant des coups de rein pour mieux se redresser. Ce faisant, la jeune femme entendit son ami protester et craignit qu'il ne soit blessé, mais lorsqu'elle tourna la tête dans sa direction, ce fut pour voir l'araignée lui sauter dessus – littéralement. Le poids de l'animal la poussa à nouveau au sol et elle pensa sa dernière heure venue quand le forgeron lui sauva la mise avec sa pierre. L'arachnomorph fut passablement agacée par cette intervention, ce qui laissa à Sigrid le temps de se redresser pour de bon et saisir son bâton laissé plus loin.

« Elles ne laisseront pas tomber, on doit faire vite ! »

L'agitation associée à leurs cris risquaient bien d'attirer d'autres de ces animaux et la jeune femme n'y tenait pas franchement ! Heureusement qu'elle n'avait pas peur des araignées, sans quoi elle aurait fuit depuis longtemps ! Soupirant profondément, la jeune femme balaya les environs du regard et avisa un râteau laissé par son oncle contre le mur du magasin. Esquivant les pattes de l'araignée géante, Sigrid parvint à le rejoindre pour le saisir et s'en servit pour asséner un coup aussi brutal que possible au niveau du « visage » de l'araignée, espérant bien lui crever quelques yeux. Suffisamment pour l'effrayer et la faire fuir, mais rien n'était moins sûr !

    Lancer de dé #1 :
    RÉUSSITE : elle réussit à l'aveugler.
    ÉCHEC : elle n'y arrive pas.

    Lancer de dé #2 : (Si échec au #1)
    RÉUSSITE : l'araignée reste à distance.
    ÉCHEC : elle attaque.

    Lancer de dé #3 : (Si réussite au #1)
    RÉUSSITE : elle fuit.
    ÉCHEC : elle se défend.


Levant ses nombreuses pattes, l'araignée bloqua le râteau, allant jusqu'à essayer de l'arracher à la jeune femme, mais cette dernière serra les dents et lâcha un cri de protestation avant de réussir à dégager son arme improvisée. La bestiole n'enchaîna pas avec une attaque, préférant agiter ses pattes devant elle et bougeant ses crocs comme pour provoquer la chasseuse. Cette dernière jeta un coup d’œil à Gabriel qui avait certainement fort à faire avec l'autre araignée restante. Ils ne pouvaient pas rester ici et s'en sortir seuls et sans armes !

« Gabriel, il faut trouver une autre solution ! »

Contournant « son » araignée, la jeune femme tenta de rejoindre le forgeron pour lui donner son morceau de bâton encore collant des fluides de l'araignée-bulleuse. Ce n'était pas avec ça qu'ils allaient réussir à faire grand-chose ! Pourquoi Harald n'avait-il pas décidé d'accompagner Gabriel ici ? Pour une fois, la jeune femme aurait apprécié de voir son aîné. Il avait beau être détestable et agaçant, il savait se battre !

Soupirant profondément, la blonde avisa l'entrée de la ville souterraine non loin du magasin. Malheureusement, ils allaient devoir passer au travers des araignées s'ils voulaient pouvoir la rejoindre.

« On doit trouver de meilleures armes et de préférence, un abri. Si on se fait mordre, ça fera très mal, surtout si on ne peut pas accéder au magasin. »

Elle décrocha un regard à son ami, espérant qu'il aurait une idée pour les tirer de ce mauvais pas !
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com
Message posté : Lun 14 Mai 2018 - 13:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Jarl de Kolmen Kirosi
Infos de base∞ Nombre de messages : 1453
∞ Nombre de messages RP : 200
∞ Âge du personnage : 62 ans
∞ Caste : Nobles
∞ Métier : Jarl de Kolmen Kirosi
∞ Statut : Veuf
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
0/0  (0/0)
Niveau de renommée:
0/0  (0/0)
Description sommaire:
Le membre 'Sigrid Hakondóttir' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Jugement du Destin' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Destin' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Destin' :
Revenir en haut Aller en bas





Forgeons ensemble, dit le frère } Sigrid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Faisons des trucages tous ensemble
» Haiti-Cuba-Brezil Vont Travailler Ensemble sur la Sante Publique
» Activités dans l'ensemble du Canada ''Ensemble pour Haiti''
» Un frère abusif ? [PV]
» « Toi que j'appellais mon frère, comment peut tu autant me hair ? Est-ce vraiment ton désir ?» •• PV ISRAËL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kolmen Kirosi ::  :: Jarða :: Les souterrains :: Les forges-