AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bonjour ,
  Tu as posté messages.
    Dernière visite le .

Partagez | 

Le plus grand respect est dû à l'enfant ▬ Edda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 4 Mar 2018 - 15:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 603
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:



Le plus grand respect est dû à l'enfant

Edda Gunvaldottir et Sigrid Hakondóttir


Sigrid avait décidé de profiter de son passage sur Fálki afin de récolter quelques plantes propres à cette île. Oh, bien sûr, elle savait que son oncle, le propriétaire de la boutique où elle travaillait, pouvait se les procurer autrement, mais disons que c'était une question de fierté. Elle voulait lui prouver qu'elle était capable de se débrouiller seule et de lui apporter des ressources sans qu'il n'ait besoin de passer par un marchand. La jeune femme restait toutefois consciente du fait qu'elle n'était pas sur un terrain connu. Fálki n'avait rien à voir avec Snákr et même si elle ne s'inquiétait pas vraiment à l'idée de rencontrer la faune locale – elle était bonne chasseuse – Sigrid préférait réunir le plus de chance possible en se renseignant un peu avant de se lancer dans une quelconque expédition.

Très naturellement, la blonde avait donc décidé de demander conseils auprès d'alchimistes locaux. Elle s'était renseignée auprès d'Astrid qui les avait aimablement accueillis chez elle, puis avait pris la direction de l'établissement en question. La ville de Þoka était impressionnante, surtout pour quelqu'un qui avait grandi à Jarða ! La ville natale de la jeune femme était quasiment invisible de l'extérieur puisqu'elle s'enfonçait sous terre, mais la capitale de Fálki était tout l'inverse : les bâtiments étaient aériens et Sigrid ne pouvait s'empêcher de lever la tête pour admirer chaque détail.

C'est pour cette raison qu'elle mit largement plus de temps que prévu avant d'atteindre son objectif. Il s'agissait d'une boutique apparemment tenue par un couple. Astrid n'en avait pas dit davantage, mais Sigrid n'était pas intimidée par la situation : elle était dans son élément et discuter d'herbes, de potions ou d'alchimie de manière générale suffisait amplement à la satisfaire !
Après quelques détours, elle parvint finalement devant le bâtiment en question et frappa à la porte avant de la pousser. Il n'y avait personne dans la pièce principale et, l'espace d'un instant, la jeune femme se demanda si elle n'aurait pas dû repasser. Elle savait toutefois qu'elle-même restait rarement dans la boutique lorsqu'il n'y avait pas de client, elle préférait se réfugier dans l'arrière-boutique pour s'occuper de la préparation de potions et cataplasmes – ou simplement pour étudier un peu les plantes nouvelles acquises par son oncle. Elle décida donc de signaler sa présence en se râclant la gorge avant de lancer un petit appel d'une voix posée :

« Bonjour, il y a quelqu'un ? »

Le temps d'obtenir une réponse, la Snákrdóttir s'écarta de la porte d'entrée, qu'elle avait pris soin de refermer, puis s'approcha des étagères disposées dans la pièce. Elle contempla les bouteilles et autres éléments exposés en essayant de comparer tout ça à ce qu'elle trouvait dans la boutique de son oncle. C'était assez inhabituel pour elle de découvrir de nouveaux horizons et elle se sentait étrangement enthousiaste. Pourtant, Sigrid savait parfaitement que son père allait certainement l'écharper quand elle rentrerait sur Snákr. Elle avait quitté l'île sans avoir son autorisation et s'il apprenait qu'elle avait été jusqu'à l'île des femmes, il risquait de frôler l'arrêt cardiaque.

Cette pensée la refroidit un peu et elle poussa un profond soupir, mâchonnant machinalement sa lèvre inférieure comme à chaque fois qu'elle sentait le stress l'envahir. À quoi bon se gâcher la vie et son séjour ici alors que le résultat serait le même ? Prenant la décision d'oublier ses tracas et ce qui l'attendait chez elle, la blonde secoua légèrement la tête pour chasser ses craintes.

Perdue dans ses pensées, la blonde avait pratiquement oublié où elle se trouvait et manqua de sursauter en entendant un bruit derrière elle. Faisant volte-face, elle fut presque surprise de se retrouver face à une jeune fille qui semblait avoir l'âge de certains de ses neveux. Machinalement, un sourire ourla ses lèvres et elle prit la parole d'un air légèrement contrit.

« Désolée, je ne vous avais pas entendue ! Je ne sais pas si la boutique est fermée, la porte était déverrouillée alors je suis entrée. Je ne voudrais pas vous déranger, mais j'aurais besoin de parler à un alchimiste qui connaît bien la région, est-ce que c'est possible ? »

Qu'elle ait affaire à une enfant ne changeait rien à son comportement : elle avait toujours été victime de préjugés, elle n'allait certainement pas se comporter de la même manière !
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 8 Mar 2018 - 18:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Falki - Citoyen
Infos de base
Aucun

∞ Nombre de messages : 49
∞ Nombre de messages RP : 7
∞ Âge du personnage : 12
∞ Caste : Citoyens
∞ Métier : Herboriste (en herbe?)
∞ Statut : Celibataire
∞ Liens rapides :
Présentation
Relations
Liste des RPs
Défis
Aptitudes et Compétences
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
2/10  (2/10)
Niveau de renommée:
1/10  (1/10)
Description sommaire:


LE PLUS GRAND RESPECT EST DÛ À L'ENFANT
Sigrid & Edda, herboristerie de Lind et Gunvald.
Ce matin, Edda aurait voulu aller courir la forêt, retrouver ce coin à champignons, couper d’autres feuilles et fleurs pour son herbier et prendre quelques heures à les dessiner… Mais voilà, son père avait eu besoin d’elle à la boutique ; sa mère était fiévreuse et il lui avait demandé de garder le lit. Et à Edda, de rester auprès d’elle pendant qu’il partait livrer quelques commandes à ses clients les plus âgés, aux quatre coins de la ville. Et ça pouvait bien lui prendre une bonne partie de la journée…
Sans rechigner, Edda avait accepté et elle s’était occupée de sa mère qui, elle, avait généreusement pesté contre ses propres faiblesses. Lind allait tout de même un peu mieux maintenant, après le breuvage d’écorce de saule que son mari lui avait donné à boire avant de partir. Toutefois, elle était restée couchée, et au chaud, pour laisser le temps aux remèdes de faire tout à fait disparaître sa fièvre.
Et elle s’était rendormie en écoutant sa fille lui parler de ses trouvailles en forêt…

Edda était alors descendue dans la boutique ; elle savait ce qu’il y avait à y faire. Qu’il s’agisse de passer le balai, de remettre un peu d’ordre sur l’établi, préparer ou surveiller une infusion ou encore recevoir les clients, s’il en venait, Edda n’était pas désœuvrée. Et elle commença par passer le balai ; les ouvertures fréquentes de la porte et les bottes crottés laissaient entrer feuilles mortes et paquets de terre qui s’étalaient ensuite dans toute la boutique.
Ça ne dérangeait ni Edda, ni son père mais sa mère préférait que leur devanture ne donne pas l’impression à leurs clients d’être encore un peu plus le pas de la porte de la forêt… mais pour les mauvaises raisons !
L’atelier aussi avait souvent besoin d’être nettoyé et ordonné pour qu’aucun composant ne se mélange à un autre au moment d’une préparation ou ne compromette la qualité d’un autre par une négligente proximité…

Le tas de poussière rassemblé, Edda ouvrit la porte de l’arrière boutique pour balayer le tout à l’extérieur et frotter les branches du balai contre le mur avant de revenir à l’intérieur, un peu essoufflée. Quand elle revint à l’intérieur, il lui sembla distinguer la silhouette d’une personne dans la boutique. Sa mère s’était-elle levée ?

Edda déposa son balai à côté de la porte et revint dans la boutique où une femme observait patiemment le contenu des étagères.

"Bonjour", salua poliment Edda.

Une jeune femme blonde fit volte face vers elle ; elle avait un visage volontaire mais bienveillant qui aurait donné à Edda envie de sourire. Et sa couronne de cheveux d’or lui donnait un air noble un peu intimidant. Peut-être l’était-elle, d’ailleurs !

"Désolée, je ne vous avais pas entendue !" dit-elle à Edda qui se sentit rougir ; elle non plus n’avait rien entendu !
Mais elle ne dit rien car la jeune femme continuait sans attendre de réponse :

"Je ne sais pas si la boutique est fermée, la porte était déverrouillée alors je suis entrée."

"La boutique est ouverte", confirma Edda. "Vous avez besoin de quelque chose ?"

Les clients entraient rarement dans une boutique — et leur boutique — par curiosité mais c’était une manière d’inviter la personne à exprimer sa demande.
Edda se mit à hauteur du comptoir et s’efforça à autant d’assurance qu’elle voyait chaque jour son père et sa mère avoir derrière celui-ci. Elle s’occupait rarement de servir la clientèle seule — si rarement, en fait, qu’il ne devait s’agir que de la deuxième fois depuis qu’elle était en âge d’aider aux tâches dans cette partie de la maison aussi. Et il n’était pas question de ternir la réputation difficilement acquise du commerce de ses parents !

"Je ne voudrais pas vous déranger", continua la jeune femme. "Mais j'aurais besoin de parler à un alchimiste qui connaît bien la région, est-ce que c'est possible ?"

Retenant une grimace embarrassée, Edda réfléchit un instant ; son père lui avait dit de s’occuper de la boutique… Il lui faisait cette confiance ! Et elle pourrait avoir la réponse, selon quelle était la demande.

"Mon père est absent pour le moment", expliqua-t-elle simplement. "Mais je peux peut-être vous aider ?"

Sa confiance en elle vacilla, surprise de s’entendre elle-même prononcer ces mots et elle tortilla ses doigts contre son tablier avant de bredouiller un son, puis une phrase :

"Sinon, je peux monter réveiller ma mère, si vous préférez."

Même si, hélas, sa mère connaissait bien moins la région que son mari ou sa fille ; c’était Edda qui accompagnait presque toujours Gunvald en forêt lors de ses cueillettes.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas


Serpolet
Plante vivace s'étendant sur le sol en nombreux rameaux formant d'épaisses touffes. Elle est commune sur les côteaux secs. Le jus frais exprimé de cette plante est utile contre les piqûres d'insectes et les brûlures d'orties. Blóðberg.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 8 Mar 2018 - 20:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 603
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:



Le plus grand respect est dû à l'enfant

Edda Gunvaldottir et Sigrid Hakondóttir


La jeune fille semblait un peu gênée ou embarrassée. L'espace d'un instant, Sigrid ne put s'empêcher de se demander si son interlocutrice était au courant de ses origines et qu'elle cherchait comment lui dire qu'ils ne voulaient pas divulguer leurs connaissances à une femme de Snákr et qu'elle était priée de s'en-aller. La blonde était déjà en train de se faire une histoire catastrophe dans son esprit lorsque la jeune fille reprit la parole pour lui proposer son aide, mais avant qu'elle ne puisse répondre, celle-ci lui proposa de chercher sa mère. Monter la réveiller ? Elle devait certainement être alitée et malade, donc pas en état de tenir la boutique. Certes, la jeune fille avait l'air relativement jeune, mais Sigrid avait appris à utiliser les plantes dès son plus jeune âge, autant dire qu'elle n'était donc pas surprise de demander des conseils à quelqu'un qui aurait presque pu être son propre enfant !

Un sourire ourla les lèvres de la blonde qui secoua la tête en signe de dénégation.

« Oh, non, c'est inutile ! Vous connaissez la région je présume ? Vous travaillez ici avec votre père ? »

Ce serait assez logique : en général les enfants succédaient à leurs parents et s'ils changeaient de voie en cours de route, ils conservaient tout de même leurs connaissances. Après tout, elle-même avait bien décidé de devenir alchimiste alors que son propre père était un chasseur ! Cela dit, Sigrid ignorait si ce genre de tradition fonctionnait aussi sur Fálki où les femmes dirigeaient tout. Peut-être que la demoiselle face à elle suivait un autre enseignement ?

Le mieux était de demander directement ! Après quelques secondes de silence, la Snákrdóttir reprit la parole.

« En fait, je ne suis pas originaire de Fálki. Je suis alchimiste sur mon île et je voulais profiter de mon passage ici pour ramasser quelques plantes rares... ou même des plantes plus communes qu'on ne trouve qu'ici. » Que ce soit pour des raisons économiques ou simplement pas curiosité scientifique. « Je voulais donc parler avec quelqu'un qui connaît un peu la faune et la flore locale... je chasse aussi, alors je peux me protéger en cas de besoin, mais j'ignore s'il y a d'autres choses dont il faut se méfier. »

La jeune femme avait pris soin de ne pas préciser qu'elle arrivait tout droit de Snákr, craignant toujours que son interlocutrice change de comportement en apprenant qu'elle avait affaire à une étrangère. Les relations entre Fálki et Snákr n'avaient jamais été cordiales et parfois les gens avaient du mal à passer la barrière des origines. Humectant ses lèvres d'un air légèrement stressé, Sigrid constata qu'elle devait avoir l'air bizarre à se comporter comme une adolescente timide devant la jeune fille.

Essayant d'arrêter de triturer son vêtement, l'alchimiste lisant sa tunique tout en reprenant d'une voix qui se voulait plus tranquille.

« Sinon, je peux repasser plus tard, jusqu'à ce que votre père revienne. Je ne veux pas ennuyer votre mère.... Mais si vous travaillez ici, vous pourriez peut-être me renseigner ? » Elle marqua une pause avant de soupirer légèrement. « Sauf si vous n'en avez pas le temps. »

Elle retint « ou l'envie », craignant d'avoir l'air un peu trop bizarre. Déjà qu'elle devait dégager une impression étrange à se triturer les vêtements, si elle pouvait éviter d'avoir l'air totalement idiote....
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 17 Mar 2018 - 17:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Falki - Citoyen
Infos de base
Aucun

∞ Nombre de messages : 49
∞ Nombre de messages RP : 7
∞ Âge du personnage : 12
∞ Caste : Citoyens
∞ Métier : Herboriste (en herbe?)
∞ Statut : Celibataire
∞ Liens rapides :
Présentation
Relations
Liste des RPs
Défis
Aptitudes et Compétences
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
2/10  (2/10)
Niveau de renommée:
1/10  (1/10)
Description sommaire:


LE PLUS GRAND RESPECT EST DÛ À L'ENFANT
Sigrid & Edda, herboristerie de Lind et Gunvald.
Edda n’eut pas à attendre longtemps une réponse à sa suggestion.

"Oh, non, c'est inutile !" s’empressa de répondre la jeune femme. "Vous connaissez la région je présume ? Vous travaillez ici avec votre père ?"

Edda ne savait pas si l’on pouvait appeler ce qu’elle faisait vraiment travailler mais elle espérait être utile, en tout cas.

"Oui", répondit-elle alors. "Je pourrais peut-être vous renseigner. De quoi avez-vous besoin ?"

Sauf s’il était question d’opérer un certain type de mélange, Edda pourrait tout à fait donner le nom des plantes, et cela en fonction de leurs propriétés curatives — avec encore plus d’assurance pour les maux courants — et le prix en fonction de la quantité.

"En fait, je ne suis pas originaire de Fálki. Je suis alchimiste sur mon île et je voulais profiter de mon passage ici pour ramasser quelques plantes rares... ou même des plantes plus communes qu'on ne trouve qu'ici."

De quelle île venait-elle pour que certaines variétés lui soient rares ou seulement moins abondantes ?
Si elle devait s’en remettre à son apparence, Edda ne lisait aucun indice. Excepté peut-être que toute son attitude était agréable et toujours teintée de ces airs de noblesse que lui avait trouvé Edda. Mais elle avait dit être alchimiste, et voyageait…
De ce fait, elle venait certainement de Bjǫrn.
Si Edda en croyait son père — et Edda faisait toute confiance à son père… surtout lorsqu’il s’agissait de dire du mal de Snákr — les femmes, là bas, ne possédaient pas de commerce, ni n’avaient le droit de voyager seules… Il lui était difficile d’imaginer qu’elle puisse venir de cette île que ses parents avaient laissé derrière eux avec tant de soulagement.

"Je voulais donc parler avec quelqu'un qui connaît un peu la faune et la flore locale... je chasse aussi, alors je peux me protéger en cas de besoin, mais j'ignore s'il y a d'autres choses dont il faut se méfier."

Edda non plus ! Surtout parce qu’elle devait avoir eu de la chance. Ou peut-être parce qu’elle n’était pas allée dans ces recoins les plus sombres de la forêt… Pourtant, elle avait entendu beaucoup d’histoires, d’autres rumeurs et les noms de créatures de cauchemars comme le ulfhedinn avec lesquels les adultes soulignaient leurs mises en garde aux plus jeunes, et que les plus jeunes s’imaginaient pourfendre dans l’arène d’entrainement de Runa.

"Sinon, je peux repasser plus tard, jusqu'à ce que votre père revienne. Je ne veux pas ennuyer votre mère.... Mais si vous travaillez ici, vous pourriez peut-être me renseigner ?"

Pendant un instant, il sembla à Edda que la jeune femme était nerveuse…
Elle reconnaissait en elle quelques signes qu’elle savait trahir elle-même quand elle était allée trop loin en forêt, qu’elle était rentrée trop tard et qu’elle présentait justifications ou excuses à ses parents qui s’étaient fait tant de soucis pour elle.
Désobéissait-elle à quelqu’un, elle aussi ?

"Sauf si vous n'en avez pas le temps", ajouta-t-elle, face au silence pensif d’Edda.

"Oh non, j’en ai le temps !" s’empressa-t-elle de répondre, cette fois. "Je ne sais pas quand rentrera mon père, cela dit… Mais je peux répondre à vos questions… ou même vous accompagner, en forêt, si vous pouvez vous permettre d’attendre et revenir plus tard. "

Et Edda espéra ne pas surestimer ses propres capacités de guide, ni de commerçante.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas


Serpolet
Plante vivace s'étendant sur le sol en nombreux rameaux formant d'épaisses touffes. Elle est commune sur les côteaux secs. Le jus frais exprimé de cette plante est utile contre les piqûres d'insectes et les brûlures d'orties. Blóðberg.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 24 Mar 2018 - 12:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


avatar

Snakr - Artisan
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 603
∞ Nombre de messages RP : 89
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Sigrid était en train de s'imaginer le pire, se demandant si la jeune fille n'avait pas compris qu'elle avait affaire à une Snákrdóttir et qu'elle cherchait une solution pour se débarrasser d'elle sans avoir l'air mesquine ou désagréable. Après tout, elle semblait en charge de la boutique en l'absence de ses parents, il était donc normal qu'elle doive conserver un certain savoir-vivre, mais la blonde savait qu'il était parfois difficile de se montrer civiliser avec certains clients. Elle en avait de beaux sur Snákr, certains la considéraient comme une simple potiche incapable de confectionner un baume particulièrement basique et refusaient donc qu'elle s'occupe d'eux, allant jusqu'à exiger qu'elle aille chercher son oncle – le propriétaire de la boutique. Alors oui, elle comprendrait que cette jeune gille cherche comment lui faire comprendre avec diplomatie qu'elle ne voulait pas s'occuper d'elle ou de ses problèmes.

Mais au lieu de se retrouver confrontée à un refus, Sigrid eut la surprise d'avoir droit à une réponse encore plus encourageante que ce qu'elle avait espéré. La jeune fille était prête à l'accompagner en forêt pour lui montrer les fameuses plantes ? C'était.... inespéré ! Elle savait que certains alchimistes étaient très hostiles à l'idée même de montrer leurs coins de récolte, alors qu'on lui propose une telle chose...
Un sourire ourla machinalement les lèvres de la blonde qui acquiesça finalement d'un hochement de la tête, se rendant compte qu'elle était restée silencieuse un peu trop longtemps.

« Je dois avouer que je n'en espérais pas tant... Je sais que tous les alchimistes n'acceptent pas de dévoiler leurs secrets ou les endroits où ils récoltent leurs ressources, alors je vous avoue que votre proposition m'a surprise. » Elle ne pouvait pas s'empêcher d'être honnête, surtout qu'elle se sentait mal à l'aise de cacher ses origines. « Est-ce que vous avez l'autorisation de quitter la boutique ? J'ai conscience que c'est risqué d'accompagner une inconnue dans les bois, je ne vous en voudrais pas de revenir sur votre décision... ou de vous faire accompagner. Je pense être en mesure de nous protéger efficacement, mais je ne vous reprocherais pas d'avoir des doutes à ce sujet. »

Elle avait été baignée dans une monde où les femmes étaient considérées comme des incapables, il n'y avait donc rien de surprenant à ce qu'elle pense que n'importe qui la penserait incapable de chasser un lapin. Pourtant, Hakon – son père – avait été un excellent instructeur et elle lui en était encore redevable aujourd'hui.

Sigrid se détendit légèrement avant de détourner le regard pour en balayer la boutique. Il n'y avait pas foule, mais ce n'était peut-être que provisoire. La jeune femme lui avait proposé de l'accompagner, mais ce n'était pas forcément pour tout de suite. Reportant ses yeux clairs sur la demoiselle, Sigrid reprit du même ton qu'auparavant.

« Vous pensiez que c'était possible immédiatement, ou préféreriez-vous qu'on repousse ça à plus tard ? Je me doute que vous devez avoir d'autres choses à faire que vous promener en forêt. Mais nous pourrions éventuellement en profiter pour récolter de quoi subvenir aux besoins de cette boutique. » Autrement dit, elle ne garderait rien pour elle. « Je cherchais principalement des fleurs de Ronceflamme. J'ai cru comprendre qu'il y en avait beaucoup dans les forêts de Fálki, mais les endroits où j'ai cherché n'en avaient pas. J'imagine qu'ils se bornent à quelques endroits bien précis ? »

Ce n'est qu'à ce moment que la jeune femme remarqua qu'elle faisait preuve d'un manque flagrant de savoir-vivre. Elle ne s'était même pas présentée, trop inquiète qu'elle était à l'idée de se faire démasquer comme étant originaire de Snákr. Pas étonnant que les gens considèrent que les habitants de ces îles n'étaient que des barbares si même les plus polis omettaient de faire les présentations les plus élémentaires !
Secouant la tête pour elle-même, Sigrid reprit une dernière fois :

« Et je m'excuse, j'ai totalement oublié de me présenter. Je m'appelle Sigrid. »

C'était amplement suffisant pour le moment, elle espérait bien ne pas avoir à en dire davantage. Pas qu'elle avait honte de ses originaires, mais elle savait comment les Fálkidóttir étaient traitées sur Snákr, l'inverse était peut-être de rigueur.

______________________________

La jeune fille se montra très avenante et agréable puis, de fil en aiguille, proposa de l'accompagner en personne dans les environs de Fálki. Au départ, Sigrid hésite, non parce qu'elle doutait des capacités de l'enfant – elle-même avait débuté son apprentissage au même âge, elle savait ce que c'était – mais parce qu'elle ne voulait pas lui faire courir de risques. Logan avait manqué d'être tué en allant traîner autour de la ville, les harpies avaient été à deux doigts de le tuer, elle ne tenait donc pas à se retrouver dans le même cas de figure avec une enfant qui voulait simplement l'aider !

En fin de compte, la jeune femme finit par accepter. Edda savait ce qu'elle faisait et il aurait été irrespectueux de prétendre qu'elle n'était pas capable de savoir quelles étaient ses limites ! C'est ainsi que le duo improbable prit le chemin des environs de la ville. Sigrid laissa la jeune apprentie lui servir de guide, écoutant tout ce qu'elle avait à lui dire avec un intérêt non feint. Elle dût s'avérer impressionnée par les connaissances de l'enfant et s'estima heureuse, pour ne pas dire chanceuse, d'avoir croisé sa route !

L'expédition dura un bon moment et Sigrid ne vit pas le temps passer. Ce n'est finalement qu'en voyant le soleil décliner que la Snákrdóttir se réveilla et remercie Edda. Elle la raccompagna bien évidemment jusqu'à la boutique de sa famille et lui offrit une petite somme d'argent en remerciement du temps passé à lui enseigner tout ce qu'elle savait. Tout travail mérite salaire, c'était ce que son oncle lui avait appris et elle s'y tenait depuis tout ce temps !
Revenir en haut Aller en bas



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie



Le plus grand respect est dû à l'enfant ▬ Edda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Un Peu Plus de Respect Pour les Bienfaits Reçus !
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Le mal d'Haiti: le non-respect de ses semblables

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kolmen Kirosi :: Les Airs :: Les boutiques dans les arbres-