AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

L'ego de l'homme et de la femme sont égaux ▬ Dieter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Alchimiste

avatar
Alchimiste
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 262
∞ Nombre de messages RP : 35
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Lun 15 Jan 2018 - 12:08 Message | (#)




L'ego de l'homme et de la femme sont égaux

Dieter Giptson et Sigrid Hakondóttir


Si Hakon, le père de famille, acceptait plutôt bien le côté volage d'Harald, il ne voyait pas d'un aussi bon œil que ce dernier étale ses nombreuses fréquentations à la vue de tous. Lorsque l'un de ses amis, un chasseur réputé de Snákr, était venu le voir pour lui annoncer que sa fille attendait peut-être le bâtard du jeune homme, Hakon avait compris qu'il devait prendre les choses en main. En fait, cela signifiait surtout qu'il allait lui faire brièvement la morale en lui conseillant de prendre ses précautions la prochaine fois ! Sauf que le jeune homme n'était pas rentré de la nuit – qu'il avait certainement passée dans les bras d'une autre fille – et que le reste de la fratrie était occupé. Hakon avait donc demandé à ses deux derniers de retrouver la trace d'Harald, mais Sigrid savait parfaitement que son frère aîné pouvait se montrer horrible avec Njall, le dernier des garçons. C'est pour cette raison qu'elle décida de se charger de cette tâche qui n'avait rien d'agréable.

Quittant la demeure familiale, la jeune femme prit la direction de la surface. Elle savait que son frère traînait souvent près des drakkars lorsqu'il n'était pas en train de conter fleurette à une demoiselle esseulée, ses chances étaient donc assez élevées de lui mettre la main dessus en un temps record. Sauf que les choses ne se réglèrent pas aussi rapidement qu'elle l'aurait espéré : aucune trace d'Harald dans le coin.
Après un soupir impuissant, la jeune femme fouilla ses souvenirs pour essayer de trouver une autre solution. Après quelques secondes de réflexion, elle repensa à une personne qui pourrait éventuellement l'aider : Dieter. Le jeune homme était non seulement un excellent combattant, mais aussi un... proche d'Harald. Elle ne savait pas si le terme était très adapté à la situation, mais le jeune homme parlait si souvent du combattant qu'elle avait du mal à ne pas l'imaginer comme tel.

Une ultime hésitation plus tard, la demoiselle prit finalement la direction de la zone où les guerriers se réunissaient généralement. Elle n'aimait pas aller dans cette direction, parce que les individus qu'on y croisait avaient souvent tendance à la rabaisser. Avec une pointe d'inquiétude, la blonde songea que si Dieter était ami avec Harald, il risquait d'avoir la même vision des femmes que lui, mais elle se rassura tant bien que mal en se disant que Gabriel aussi était proche de son frère alors même qu'ils ne se ressemblaient pas du tout.

Priant pour que le jeune combattant soit plus ressemblant à Gabriel qu'à Harald, elle repéra finalement plusieurs silhouettes présentes non loin de la zone d'entraînement. Assez rapidement, elle reconnut Dieter – qu'elle avait déjà aperçu en compagnie de son frère – et se dirigea machinalement vers lui. Alors qu'elle se rapprochait en silence, plusieurs regards se posèrent sur elle et les remarques désobligeantes débutèrent, mais elle les ignora. Concentrée qu'elle était sur Dieter, Sigrid se posta juste à ses côtés avant de l'aborder d'un ton aussi posé et neutre que possible.

« Dieter ? Je suis désolée de te déranger, mais j'ai besoin de te parler. C'est par rapport à mon frère, Harald, je me demandais si tu savais où il se trouve. Je sais que vous traînez souvent ensemble... »

Elle mâchouilla nerveusement sa lèvre inférieure, scrutant le visage du jeune homme. Il avait un air assez... normal. Son visage était étonnamment doux pour celui d'un guerrier et elle espérait donc que cela signifiait qu'il avait le caractère qui allait avec.
Mais d'un autre côté, c'était un ami d'Harald !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Guerrier

avatar
Guerrier
Infos de base
Aucun

∞ Nombre de messages : 53
∞ Nombre de messages RP : 5
∞ Âge du personnage : 17 ans
∞ Caste : Guerriers
∞ Métier : Homme d'armes
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Dim 21 Jan 2018 - 22:00 Message | (#)




L'ego de l'homme et de la femme sont égaux

Dieter Giptson et Sigrid Hakondóttir


La nuit avait été difficile, une nouvelle fois sorti du sommeil avant même l'aube, torturé par les mêmes rêves qui se répétaient inlassablement depuis plus d'une année déjà, tu avais tout de même pris le chemin de la zone d'entrainement comme tous les autres jours, assis dans un coin à attendre ton tour, à essayer d'ignorer l'épuisement des nuits d'insomnie cumulées, à essayer de faire taire les souvenirs de la nuit passée, les réminiscences des cauchemars, les images du miroir, du verre brisé, cette nuit il y avait même eu un autre visage que le tien, le sien, celui de ton père, sans surprise aucune, si ce n'est celle qu'il ne soit pas apparu plus tôt pour te hanter lui aussi à son tour, comme si tout le reste ne suffisait pas déjà.
Le seul avantage à passer la journée en compagnie des guerriers était qu'ils avaient toujours eu l'habitude de ton silence, même avant ça, même avant les rêves, ils t'avaient toujours connu silencieux, parlant seulement lorsque tu jugeais que ton intervention était suffisamment pertinente, jamais simplement pour te faire entendre, jamais simplement pour montrer que tu existes, tu n'avais pas besoin de ça, tu n'avais jamais eu besoin de ça, une arme à la main suffisait amplement à leur rappeler qui tu étais, alors personne ne voyait jamais les variations dans tes silences, personne ne savait que si tu étais silencieux aujourd'hui c'était parce que tu étais perdu loin dans tes pensées, perdu dans des conflits intérieurs que personne ne soupçonnait et qui de toute façon n'intéresserait pas, partir, rester, choisir, entre le besoin et le devoir, tu en revenais toujours là et le temps qui passait n'apportait toujours pas plus de réponses, de solutions.

Tu étais tellement perdu dans les couloirs de ton propre esprit que tu ne réagis qu'à peine en entendant les remarques déplacées de tes pairs qui fusaient, ce n'était pas non plus exceptionnel il faut dire de les entendre s'agiter ainsi et la plupart du temps tu n'y accordais pas le moindre intérêt.
Ce fut seulement lorsque tu entendis ton prénom, à quelques centimètres de toi seulement, que tu fis l'effort de relever les yeux vers la personne qui s'adressait à toi, ne te retenant pas de la scruter en détails, de haut en bas, des vêtements au visage alors même que tu savais pertinemment que les gens avaient horreur que tu fasses ça, que tu portes un regard si direct sur eux mais c'était plus fort que toi.

C'était une femme, une blonde, au visage et à la silhouette vaguement familière, peut-être que tu l'avais déjà croisée, ou peut-être que tu la confondais avec une autre, à tes yeux elles étaient si peu digne d'intérêt, digne de recevoir ne serait-ce qu'un peu de ton attention qu'elles se ressemblaient toutes, tu te demandais ce qu'elle faisait là, ce qu'elle pouvait bien te vouloir pour être venu ici au milieu des guerriers au lieu d'exécuter son rôle, rester à la maison, s'occuper des enfants si elle en avait.
Ce fut seulement quand elle commença à parler que tu finis par comprendre et faire les liens qui s'imposaient, elle était la sœur d'Harald, évidemment, qui d'autre, celle dont il te parlait constamment, la femme qui se prenait pour un homme, qui s'acharnait, persistait dans cette voie même, probablement une des seules personnes de l'île que tu jugeais comme étant plus une erreur de la nature que tu ne l'étais toi-même.
Immédiatement ton regard sur elle changea, tu cessas de la scruter avec surprise et curiosité pour afficher un profond mépris avant de détourner le regard vers l'horizon, même d'un de tes regards elle n'en était pas digne.

« Je suis pas payé pour surveiller ton frère. »

Le ton était glacial, presque cassant, cela dit tu ne mentais aucunement, tu avais beau être proche d'Harald, ni lui, ni aucun autre n'était tenu de te dire où il se rendait, quand, ni avec qui, ce n'était pas le genre de relations que vous entreteniez.
Tu soupiras, d'autres mots déjà brûlaient tes lèvres, tu savais en ton fort intérieur qu'ils n'étaient pas nécessaires, qu'ils étaient même inutilement cruels, mais tu ne pus les retenir, déjà ils glissaient hors de ta bouche, méprisants

« Tu devrais pas être là, c'est pas la place d'une femme. Pars.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alchimiste

avatar
Alchimiste
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 262
∞ Nombre de messages RP : 35
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Lun 22 Jan 2018 - 11:44 Message | (#)

Sigrid en venait presque à prier pour que le jeune homme soit plus semblable à Gabriel qu'à Harald, mais elle comprit rapidement que c'était un fol espoir en voyant son expression changer. Il l'avait scrutée pendant quelques instants seulement avant de devenir aussi froid qu'un glaçon et elle eut beaucoup de mal à retenir le frisson qui lui vint tout à coup. Décidément, Gabriel ne côtoyait que des individus détestables ! Peut-être qu'elle le jugeait un peu trop rapidement, mais vu la manière dont ce Dieter la dévisageait et lui répondait, il était fort probable que leur conversation finisse par tourner au vinaigre.

Lorsqu'il la remballa simplement, Sigrid s'estima chanceuse et imaginait encore avoir une chance de s'en tirer avec une réponse si elle insistait un peu, mais la suite arriva rapidement, la laissant aussi choquée qu'à chaque fois qu'on lui adressait de tels mots. Elle n'était pas gênée par le fait qu'on considère les femmes comme des poules pondeuses ou des personnes juste bonnes à s'occuper de la maison – sa mère et ses belles-sœurs agissaient ainsi après tout – mais elle était véritablement choquée par le fait qu'il la classe dans la catégorie des femmes.

Avant qu'elle ne puisse ouvrir la bouche pour répondre, plusieurs rires moqueurs se firent entendre autour d'eux et malgré tous les efforts dont elle pouvait faire preuve, Sigrid sentit ses joues rosirent sous le coup de la honte. Pourquoi devaient-ils toujours l'humilier ainsi ? ! La voir comme une stupide femme alors qu'elle faisait tout son possible pour être un homme ? Oh, Sigrid n'était pas naïve, elle savait que même en bandant sa poitrine et en portant des vêtements amples, elle ne pourrait jamais avoir l'air d'un homme. Son visage était trop féminin et sa voix aussi. Mais ce n'était pas une raison pour lui arracher ses rêves avec autant de cruauté !

Serrant les dents sous le coup de la honte, Sigrid sentit bientôt la colère la submerger. Elle se serait gonflée comme un poisson-globe si elle l'avait pu, au lieu de quoi elle se contenta de darder ses prunelles bleues sur le visage de celui qu'elle pensait être un peu moins stupide que son frère. Son cœur s'accéléra malgré elle alors qu'elle desserrait enfin les dents pour l'admonester, sentant les regards des autres personnes autour d'eux peser sur elle. Le moindre faux-pas lui coûterait cher.

« Mais pour qui tu te prends ? » Elle savait parfaitement qui il était, mais peu importe. « Qui es-tu pour décider d'où est ma place ? Personne. Ce n'est pas parce que tu as la chance d'être né avec un peu de talent et quelque chose entre les jambes que tu peux me dire ce que j'ai à faire, compris ? »

Sigrid sentait qu'elle était en train de faire une grosse bêtise, mais si elle reculait maintenant, tous ses efforts des dernières années tomberaient à l'eau. Au lieu de reculer comme elle en avait l'envie, la blonde se rapprocha encore de Dieter et leva la main avant d'enfoncer son doigt dans le torse du jeune homme.

« Ce n'est pas parce que les autres guerriers te lèchent les bottes à cause de ton talent que tu peux te permettre de me donner des ordres. » Le ton de sa voix se voulait ferme, mais elle craignait qu'elle tremble un peu. « Peut-être que je suis née comme étant une femme, mais j'ai été élevée comme un homme et je me conduis comme tel depuis le jour de ma naissance, alors je ne te permets pas de me reléguer au rôle de la femme stupide ! »

Sigrid déversait tout ce qu'elle avait sur le cœur, lui laissant à peine le temps d'entendre ce qu'elle venait de dire avant d'embrayer sur la suite. Le malheureux n'aurait pas eu le temps de répondre et cela même s'il en avait eu l'envie. Avant qu'il ne la remette à nouveau à sa place et qu'elle perde tout son courage, Sigrid termina sur une note légèrement plus ferme qu'avant :

« Alors, même si tu n'es pas payé pour le surveiller, je sais très bien que tu es au courant de l'endroit où il se trouve. Dans le lit d'une stupide femme qui ne serait pas à sa place ? Je ne comprends pas que tu le laisses agir comme ça si tu ne te gênes pas pour dire aux femmes qu'elles ne sont pas à leur place. Le privilège du sexe j'imagine ? »

Une « vraie » femme était à la maison, chez son époux ou son père, Sigrid ne comprenait donc pas que son frère ait autant de facilités à trouver de nouvelles conquêtes. À croire que les hommes avaient réellement tous les droits sur cette île !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Guerrier

avatar
Guerrier
Infos de base
Aucun

∞ Nombre de messages : 53
∞ Nombre de messages RP : 5
∞ Âge du personnage : 17 ans
∞ Caste : Guerriers
∞ Métier : Homme d'armes
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Mar 23 Jan 2018 - 22:45 Message | (#)




L'ego de l'homme et de la femme sont égaux

Dieter Giptson et Sigrid Hakondóttir


Dès l'instant où les mots avaient glissé hors de ta bouche tu les regrettas et les rires moqueurs autour de vous ne firent qu'accentuer ton malaise, tu pensais ce que tu avais dit, là n'était pas le problème, la zone d'entraînement n'était pas un lieu pour les femmes et elle n'y avait pas sa place mais tu n'étais pas obligé de le lui faire remarquer ainsi, à haute voix...Ce n'était pas un comportement qui te ressemblait, tu n'avais jamais aimé humilier les autres, les faire se sentir mal, honteux, tu n'avais jamais aimé attirer les railleries sur eux, c'était même une des raisons pour laquelle on te jugeait encore et toujours comme trop honorable mais c'était plus fort que toi, tu n'éprouvais pas le moindre plaisir à blesser gratuitement des innocents, à rabaisser sans la moindre compassion, tu jugeais que c'était bon pour ceux qui ne savaient pas s'élever autrement pourtant c'était ce que tu venais de faire, encore une fois, et tu pouvais accuser la fatigue, l'épuisement, la lassitude autant que tu le voulais, ça ne retirait rien à la cruauté de ce que tu faisais.

Mordant nerveusement ta lèvre inférieure, tu essayas de lui adresser discrètement un regard désolé, ne pouvant décemment adresser tes excuses oralement à une femme comme elle, pas publiquement tout du moins, mais c'était déjà trop tard, si ses yeux avaient pu te tuer nul doute que tu aurais été foudroyé sur place par le regard qu'elle te lançait

« Mais pour qui tu te prends ? »

Prêt à lui rappeler qui tu étais, tu entrouvris la bouche mais les mots n'eurent même pas le temps de franchir tes lèvres que déjà elle reprenait, se laissant emporter dans un monologue enflammé, elle te déballait là devant tout le monde tout ce qu'elle avait sur le cœur et toi, tu restais muet.
Même si tu l'avais voulu tu n'aurais pas eu le temps de répondre, tu n'aurais même pas su par où commencer.

Tu avais envie de te mettre en colère à ton tour, envie de lui dire à quel point elle se trompait sur toi, à quel point tout le monde se trompait sur toi et à quel point ça te rendait malade de l'entendre parler de toi comme d'un gamin quelconque à qui on léchait les bottes parce qu'il était un peu talentueux, comme si ça avait été simple pour toi d'en arriver là, comme si tout t'avais toujours été dû, comme si ton père n'était pas mort juste sous tes yeux, comme si avant d'être recueilli tu n'avais pas été condamné à errer dans les rues, ça te rendait malade de voir à quelle vitesse ils oubliaient, à quelle vitesse elle oubliait qui tu avais vraiment été.
Tu avais envie de lui dire à quel point tu la haïssais aussi, de ne même pas réaliser la chance qu'elle avait de pouvoir être qui elle était, de pouvoir le revendiquer, tu avais envie de la secouer, de lui dire d'ouvrir les yeux, de regarder autour d'elle avant de se plaindre, certes elle était moquée, mais elle, elle pouvait exister quand toi tu devais te conformer.
Evidemment, même quand le calme revint, même quand le silence se fit, tu ne dis rien de tout ça, à l'inverse et sans te départir de ton air froid, distant que tu avais réussis à maintenir malgré la tempête qui avait fait rage en toi, tu te saisis de son poignet, le serrant avec un peu trop de force avant de repousser sa main de ton torse.

« En tout cas pour ce qui est de trop parler et se laisser emporter par les émotions, tu es bien une femme, aucun doute là dessus. »

Un léger sourire sur les lèvres, probablement moqueur aux yeux des autres personnes alentour mais en réalité plutôt sincère, tu finis par lui accorder un regard, posant tes yeux clairs sur son visage

« Je le répète, je ne sais pas où est ton frère. De toute évidence pour lui la place d'une femme est dans son lit, que veux-tu que j'y fasse ? »

Malgré toi le ton était réprobateur, tu n'approuvais pas le comportement d'Harald c'était un fait mais tu ne te pensais vraiment pas en position de lui faire la morale à ce propos, n'ayant pas besoin d'un autre sujet de discorde entre vous. Tant qu'il gardait les filles dans son lit et n'essayait pas de les pousser vers le tien, tu préférais ne rien dire et le laisser faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alchimiste

avatar
Alchimiste
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 262
∞ Nombre de messages RP : 35
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Sam 27 Jan 2018 - 12:00 Message | (#)

Sigrid était habituée à ce que les hommes règlent leurs différents de manière brutale. Elle n'avait jamais été victime d'un déferlement de violence, mais ses frères l'avaient déjà frappée plus d'une fois. Pas au point d'avoir le cuir résistant cela dit. Autant dire que la demoiselle s'inquiétait donc de la potentielle « réponse » violente que le guerrier face à elle pourrait lui faire, mais elle refusait de reculer ou de le supplier malgré l'hostilité évidente qu'il semblait éprouver pour elle. Humectant ses lèvres malgré elle, Sigrid ne parvint pas à retenir le léger sursaut qu'elle eut lorsqu'il lui saisit le poignet pour le serrer. L'espace d'un instant, la jeune femme se demanda s'il allait lui briser, notant que ce serait là un bon moyen de l'empêcher de continuer à exercer son métier d'alchimiste. Est-ce que son frère en serait réjoui ? Certainement !
Fort heureusement, Dieter se contenta de la repousser et elle récupéra sa main non sans un certain soulagement, la glissant dans l'autre comme pour la protéger.

Sa crainte ne dura toutefois que quelques instants, dès que son interlocuteur recommença à la seriner et à l’humilier, la blonde sentit ses jours rosirent, mais sous le coup de l'irritation cette fois-ci. Les femmes étaient incapables de contrôler leurs émotions ? Et puis quoi encore ! Hakon, son père, était du genre passionné, à s'énerver en un instant et pourtant Sigrid ne connaissait pas plus « masculin » que lui ! Une moue contrariée se dessina sur le minois de la blonde tenace, mais elle releva quelque chose qui l'interpella dans la suite du discours de Dieter : il n'avait pas l'air d'approuver le comportement d'Harald.

La réprobation, Sigrid connaissait bien ça ! Elle avait entendu ce ton dans la voix de tous les hommes qu'elle côtoyait – ou presque – autant dire qu'elle n'avait donc aucune peine à sentir que le guerrier face à elle n'était pas satisfait du comportement de son ami. Mais pourquoi ? Est-ce qu'il avait réussi à attirer une donzelle qui lui plaisait aussi ? Ne pouvant pas lui demander aussi clairement, l'alchimiste décida de tenter sa chance autrement :

« Et apparemment tu n'es pas d'accord avec ça. Écoute, je vais être honnête avec toi : je ne vais pas te lâcher. Tu es le seul qui connaisse vraiment mon frère et mon père m'a ordonné de le ramener à la maison. Si je ne le fais pas, je serai encore raillée parce que je ne suis pas à la hauteur de mes frères, alors si ma seule chance de retrouver Harald est de te suivre comme ton ombre, je le ferai. »

Histoire de prouver qu'elle était sérieuse, la jeune femme se décala pour venir se placer aux côtés de Dieter, appuyée contre le muret en pierre, croisant ses bras sur sa poitrine bandée.

« Apparemment, tu as une piètre opinion de moi, j'en déduis qu'Harald n'a pas dû se priver de me descendre auprès de toi. Peu m'importe, je ne te demande pas de m'aimer, juste de m'aider. Mais s'il t'a bien parlé de moi, il t'a peut-être dit que je suis très tenace comme personne. » Elle posa un regard presque calme sur lui. « Et cesse de me taxer de femme. Je n'en suis plus une. Et je ne suis pas émotive, je suis passionnée, c'est différent. Je m'attendais à ce que tous les guerriers le soient, mais toi tu as plus l'air de te laisser vivre sans aimer ce que tu fais. » Elle fronça légèrement le nez. « Je préfère encore être trop émotive. » Elle soupira légèrement. « Tu n'as donc vraiment aucune idée de l'endroit où il peut être ? »

Le ton était faussement innocent. Elle se demandait jusqu'à quel point il allait pouvoir la supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Guerrier

avatar
Guerrier
Infos de base
Aucun

∞ Nombre de messages : 53
∞ Nombre de messages RP : 5
∞ Âge du personnage : 17 ans
∞ Caste : Guerriers
∞ Métier : Homme d'armes
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Jeu 1 Fév 2018 - 3:18 Message | (#)




L'ego de l'homme et de la femme sont égaux

Dieter Giptson et Sigrid Hakondóttir


Lorsque Sigrid souligna et à juste titre le ton réprobateur que tu avais pris malgré toi en parlant des agissements de son frère, tu ne fis même pas l'effort de nier, haussant simplement les épaules sans rien ajouter, elle n'avait aucunement besoin d'en savoir plus sur les raisons pour lesquelles les rapports que tu entrenais avec Harald pouvaient parfois être conflictuels, et tu n'avais en tous les cas aucune envie ni de lui en parler, ni de t'attarder sur le sujet, préférant plutôt te concentrer sur le reste de son discours et la seule question qui te vint alors à l'esprit fut : Pourquoi ?
Tu n'arrivais pas à saisir pour quelle raison il était si important pour elle, ou même pour son père puisque c'était lui qui l'envoyait, de retrouver Harald, ils devaient pourtant se douter qu'il finirait bien par revenir de lui-même après avoir terminé ses affaires, il était bien assez âgé pour être libre de ses mouvements sans que toute sa famille ne lui court après.
Tu la regardais sans cacher un air de profonde incompréhension mais ne dis rien, préférant finalement garder le silence, tu ne savais que trop bien le genre de réponses auxquelles tu aurais pu te confronter si tu avais demandé, tu ne savais que trop bien qu'on t'aurait à nouveau mis face au fait que tu ne connaissais rien à la famille, puisque toi tu n'en avais pas vraiment, et même si encore une fois tu n'aurais pas pu nier, tu n'avais pas réellement envie d'entendre ces vérités, tu avais appris avec le temps à ne pas poser de questions lorsque tu ne voulais pas entendre les réponses, toutes les réponses.

Lorsqu'elle prit place à tes côtés, appuyée elle aussi contre le muret en pierre, les bras croisés sur la poitrine, tu te passas une main sur le visage d'un air las, épuisé d'avance, elle avait au moins eu raison sur un point, son frère t'avait bien dit qu'elle était une personne très tenace, mais même sans ça tu l’aurais deviné, il fallait une certaine détermination pour continuer à affirmer être un homme après toutes ces années et tu savais pertinemment que tu n'allais pas avoir d'autre choix que de l'aider à moins de vouloir supporter sa présence éternellement ce qui pour quelqu'un qui aimait la solitude autant que toi s'apparentait plus ou moins à une forme de torture subtile.
Soupirant doucement et n'ayant pas envie de céder dès à présent, tu préféras plutôt écouter la suite de ce qu'elle avait à te dire, ce qu'elle racontait sur cette supposée passion qu'avaient tous les guerriers selon elle, cette impulsivité, cette rage, que toi tu n'avais pas, ce qu'elle interprétait comme une tendance à se laisser vivre sans aimer ce que tu faisais.
Étrangement, ce fut un sourire franc qui se dessina sur tes lèvres en écho à ses mots, alors on y était à nouveau, dans ce sempiternel débat ?
Son interprétation avait au moins le mérite de changer des autres, pour une fois tu n'étais pas jugé trop rêveur, trop honorable, mais trop passif, toujours aussi fausses c'était tout de même rafraîchissant de se confronter à de nouvelles théories quant à ton comportement, et pour la première fois, peut-être, probablement parce que Sigrid ne représentait pas une très grande menace à tes yeux, parce que tu avais moins l'impression de devoir lui prouver quoique que ce soit qu'à tes autres détracteurs, tu fis l'effort de t'expliquer, de prononcer des mots, de sortir de ton silence obstiné pour plonger tes yeux clairs dans les siens.

« Ils le sont tous, passionnés, émotifs, appelle ça comme tu veux, moi aussi je le suis, mais j'en fais un usage différent. Ce qui ne veut pas dire que je me laisse vivre pour autant, ni quoique ce soit d'autre. Considère simplement qu'un combat ne se gagne pas qu'avec les armes qu'on a dans les mains. »

En d'autres termes, tu n'étais pas différent d'eux, toi aussi tu ressentais cette passion, cette colère, probablement même plus souvent qu'eux, tu avais constamment envie de la libérer, d'exploser, tu avais eu envie de frapper la femme en face de toi, d'être gratuitement violent et plus humiliant encore envers elle mais tu ne l'avais pas fait, parce que et ce malgré ton jeune âge, tu avais compris qu'utiliser son esprit, observer était tout autant, si ce n'est plus efficace et dangereux que vociférer et frapper à tort et à travers, tu avais compris que si un homme était redoutable avec une arme entre les mains, il l'était d'autant plus lorsqu'il faisait preuve d'un peu de réflexion.

Sans la lâcher du regard, tu finis par conclure

« Je vais venir avec toi, mais je te préviens, il est hors de question que j'aille le chercher directement dans le lit de sa conquête du moment, on l'attend devant la porte »

Il serait capable de te demander de les rejoindre si tu faisais une telle chose...Rien qu'à l'idée tu en frissonnais d'horreur



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alchimiste

avatar
Alchimiste
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 262
∞ Nombre de messages RP : 35
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Jeu 1 Fév 2018 - 11:39 Message | (#)




L'ego de l'homme et de la femme sont égaux

Dieter Giptson et Sigrid Hakondóttir


Le geste plein de lassitude de Dieter ne dérangea guère Sigrid : elle était habituée à ce genre de manifestation, surtout de la part de ses frères aînés – et principalement d'Harald. Elle attendit donc patiemment qu'il accepte finalement d'ouvrir la bouche pour lui répondre, que ce soit pour la chasser d'ici ou pour lui accorder ce qu'elle demandait – il n'y avait pas d'autre possibilité de toute manière, non ? C'est donc avec une certaine surprise qu'elle le vit sourire. Et bien, avait-elle dit une telle sottise ? Ou commençait-il à la trouver sympathique ? Autant dire qu'elle ne croyait pas du tout à la deuxième possibilité, mais sait-on jamais.... parfois les miracles se produisaient ! Peut-être qu'elle parviendrait à convaincre son frère de la suivre gentiment si la journée continuait sur cette lancée ?

Mais non. Dieter souriait apparemment à cause de sa remarque sur le manque de passion qu'il semblait avoir. Au fond, Sigrid ne le connaissait absolument pas, elle avait répondu ça uniquement parce qu'elle s'était sentie humiliée à le voir se moquer d'elle en la prétendant émotive. À ses yeux, la passion revêtait plusieurs formes. Il n'y avait qu'à voir Njall, son frère dont elle était le plus proche, il était véritablement passionné par de nombreux sujets, mais il restait très effacé et en retrait. Mais il n'était pas guerrier. Bah, de toute manière, ça n'avait pas réellement d'importance, elle n'était pas ici pour devenir la nouvelle meilleure amie de Dieter.

Un sourire satisfait et enthousiaste ourla finalement ses lèvres lorsque le jeune homme accepta enfin de l'accompagner. Excellent ! Cela dit, elle partageait ses réticences à trouver Harald en pleine action... si elle pouvait éviter de voir son frère, les fesses à l'air, elle remercierait Vatn !
Une légère moue se dessina sur ses traits alors qu'elle répondait d'un ton légèrement impatient.

« Parce que tu crois que j'ai envie de le voir en pleine action ? C'est mon frère je te rappelle, j'en soupe déjà assez à l'entendre raconter ses exploits à la maison, je n'ai aucune envie d'avoir les illustrations avec cette fois-ci. »

Inutile de préciser que ces histoires la dégoûtaient au plus haut point. Certains la taxeraient de prude ou de coincée, mais Sigrid n'avait jamais eu le moindre attrait pour les « choses de la chair » et même si elle ne l'avait jamais dit aussi clairement, elle soupçonnait que son père soit satisfait de cet état de faits. S'il pouvait éviter de se retrouver avec une fille en cloque, il ne s'en plaindrait certainement pas.
Un léger soupir lui échappa.

« Mais laisse-moi te dire que si tu crois qu'il se dépêchera juste pour nous faire plaisir, tu te trompes. S'il sait que c'est moi qui le cherche, il fera exprès de prendre son temps. » Une nouvelle moue contrariée apparue sur son visage. « Alors, soit on devra beaucoup patienter, soit il faudra que l'un de nous entre. »

Et vu son expression, il était aisé de comprendre qu'elle n'avait pas l'intention de se sacrifier !
D'un geste de la main, elle invita Dieter à le suivre et s'assura qu'il ne la planterait pas avant de s'éloigner de la zone où ils étaient. Tous ces yeux posés sur eux la mettaient réellement mal à l'aise. Mais étrangement, pas le jeune homme. Il donnait pourtant l'impression de la détester, mais malgré ses remarques désobligeantes, Sigrid ne parvenait pas à le trouver désagréable. Après quelques instants de silence, elle posa ses yeux sur lui.

« Je me demande comment tu peux être ami avec Harald si tu désapprouves son comportement. Je n'étais pas au courant qu'il avait une autre activité digne de ce nom, je croyais que tu partageais ses occupations vu qu'il nous parle souvent de toi. » Autrement dit, elle le prenait aussi pour un trousseur de jupes en série. « Et désolée si je t'ai vexé en parlant de ton manque de passion. Je ne te connais pas, j'ai dit ça uniquement parce que tu as été désagréable avec moi. » S'excuser ne la dérangeait pas, surtout lorsqu'elle avait tort. « Je dois retrouver Harald parce qu'il a peut-être engrossé la fille de Thorvald, un ami de notre père. Tu sais s'il a d'autres conquêtes en ce moment ? On ne va pas aller toquer à toutes les portes des jeunes femmes célibataires de l'île, non ? » Elle hésita. « Célibataires ou non, pour ce que j'en sais... »

Apparemment, elle était aussi perdue que Dieter en ce qui concernait les motivations d'Harald à collectionner les amantes. Autant dire qu'ils étaient bien partis pour passer la journée sur cette affaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Guerrier

avatar
Guerrier
Infos de base
Aucun

∞ Nombre de messages : 53
∞ Nombre de messages RP : 5
∞ Âge du personnage : 17 ans
∞ Caste : Guerriers
∞ Métier : Homme d'armes
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Lun 5 Fév 2018 - 0:36 Message | (#)




L'ego de l'homme et de la femme sont égaux

Dieter Giptson et Sigrid Hakondóttir


En voyant le sourire satisfait qui se dessinait sur ses lèvres alors que tu cédais finalement, acceptant de l'accompagner chercher son frère, tu te sentis toutefois obligé de la prévenir qu'il était absolument hors de question pour toi d'aller le chercher jusque dans le lit de sa conquête du moment, et à en croire son expression, voir Harald nu en pleine action était tout aussi inenvisageable pour elle que pour toi, tu pensais alors, en toute logique que vous aviez là un accord, attendre sagement et patiemment derrière la porte qu'il termine son affaire puis le ramener chez lui, ce fut sans compter sur le léger soupir qui échappa ta compagne de fortune alors qu'elle te signala, et à juste titre qu'il ne fallait pourtant pas espérer qu'il se dépêche pour vous, loin de là, tu haussas les épaules, lui signifiant par ce geste qu'attendre patiemment ne te dérangerait pas particulièrement, n'étant pas vraiment un homme impatient quand tu remarquas le regard qu'elle portait sur toi

« Quoi ? »

Ce fut tout ce qui sortit de tes lèvres le temps que ton cerveau soit en mesure de faire les liens nécessaires, « Soit on devra beaucoup patienter, soit il faudra que l'un de nous entre. », ce n'était pas là une proposition, un choix à faire, elle ne comptait absolument pas patienter à la porte en attendant que Harald termine de faire son affaire et à en juger par l'expression de son visage, elle ne comptait pas beaucoup plus se sacrifier pour entrer, tu écarquillas les yeux en réalisant ce que cela signifiait.

« Ne me regarde pas comme ça, il est hors de question que je rentre, il serait capable de me demander de les rejoindre, je préfère encore patienter, même beaucoup »

Même toute une vie s'il le fallait même si cette partie là tu ne la dis pas à haute voix, gardant au contraire un ton très calme et mesuré malgré l'horreur qui devait se refléter dans tes yeux, vous étiez encore entourés de tous les autres guerriers et si ne pas vouloir surprendre ses compagnons d'armes dans certaines positions, ne pas vouloir se joindre à eux était tout à fait compréhensible, légitime, tu ne pouvais pas te permettre de montrer un trop grand dégoût, tu ne pouvais pas te permettre d'avoir l'air suspect.

Ce fut donc avec le plus grand des soulagements que tu accueillis la proposition de quitter ces lieux, lui emboîtant le pas rapidement, un soupir de soulagement franchissant tes lèvres une fois à une distance raisonnable alors que tous tes muscles se détendaient et qu'un sourire vint illuminer ton visage, comme à chaque fois que tu te retrouvais seul ou en compagnie de rares personnes chez qui tu ne percevais aucune menace

Ce fut Sigrid qui la première finit par rompre le silence qui s'était installé entre vous sans toutefois être désagréable pour autant, te demandant comment tu pouvais être ami avec Harald si tu désapprouvais à ce point son comportement, te confiant également qu'elle avait cru avant aujourd'hui que tu étais comme lui, que vous partagiez cette tendance à enchaîner les conquêtes

«  Moi ? »

Un rire franchit tes lèvres malgré toi, dans un sens c'était flatteur, cela signifiait que tes mensonges fonctionnaient et que personne ne soupçonnait ce qui n'allait pas chez toi mais c'était aussi amusant d'entendre cette réflexion alors que tu n'avais rien fait avec qui que ce soit et que la seule personne dont tu désirais partager le lit n'avait définitivement rien d'une femme.
Tu repris toutefois, plus sérieusement.

« Non, j'apprécie sa compagnie et j'aime m'entraîner avec lui mais on est loin d'être en accord sur tout »

Très loin de là même.

Elle reprit, s'excusant de t'avoir vexé en parlant de ton manque de passion, se justifiant en te disant qu'elle ne le pensait pas, qu'elle avait seulement dit ça en réponse à tes réflexions désagréables, et si, dans un premier temps tu pensas simplement à hausser les épaules sans un mot de plus, tu te ravisas.

« Désolé d'avoir été désagréable, peu importe ce que j'en pense c'était inutile de te faire ce genre de réflexions, c'est pas comme ça que j'ai été...»


Que j'ai été élevé, éduqué, c'était ce que tu voulais dire, une formulation banale mais qui n'avait pas réellement de sens pour toi puisque tu n'avais plus le moindre souvenir de l'éducation qu'on t'avait donnée, pour autant que tu saches on aurait très bien pu t'apprendre à ne pas reconnaître tes torts, à te comporter comme un crétin égocentrique persuadé d'avoir toujours raison.

«...Enfin, c'est pas comme ça que je suis. »

Un léger sourire, un peu gêné et le trajet reprit à nouveau jusqu'à ce que Sigrid prenne la parole et apporte ainsi une réponse à la question que tu te posais, elle devait retrouver son frère parce qu'il avait probablement engrossé la fille d'un ami de leur père, c'était fâcheux, mais loin d'être étonnant, ce que tu ne te fis pas prier pour faire remarquer

« Fallait bien que ça arrive un jour. Je crois qu'il fréquente aussi une Helga en ce moment, pour tout te dire j'essaye d'ignorer ce qu'il me raconte à ce propos la plupart du temps»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alchimiste

avatar
Alchimiste
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 262
∞ Nombre de messages RP : 35
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Mar 6 Fév 2018 - 12:10 Message | (#)




L'ego de l'homme et de la femme sont égaux

Dieter Giptson et Sigrid Hakondóttir


Sigrid n'était pas surprise par la réponse de Dieter. Elle était la première à être dégoûtée à la simple idée d'avoir une relation charnelle avec quelqu'un, alors autant dire qu'elle comprenait parfaitement ses réticences ! Oh, bien sûr, le fait de côtoyer essentiellement des hommes depuis sa naissance l'avait poussée à considérer que les mâles voyaient tous ça comme une partie de plaisir, mais elle savait qu'il ne fallait pas généraliser. Njall par exemple, n'avait jamais manifesté le moindre intérêt à ce sujet et même si la rumeur disait que c'était parce qu'il préférait les hommes, Sigrid avait simplement relevé que ce n'était pas une généralité. Alors, Si Dieter n'avait aucune envie de se retrouver face à une telle invitation de la part d'Harald, ce n'était pas elle qui allait lui jeter la pierre !
Cela dit, elle n'avait pas non plus l'intention d'attendre qu'Harald finisse de s'amuser et peut-être de concevoir un futur bâtard. Après un profond soupir, elle haussa les épaules.

« Très bien, dans ce cas je rentrerai. Il doit bien y avoir un puits dans le coin, je prendrai un seau d'eau pour les séparer, comme les animaux, ça devrait fonctionner non ? Et moi il ne m'invitera pas. »

Enfin, elle n'osait même pas l'imaginer. Même s'ils n'étaient que demi-frère et sœur, Sigrid restait persuadée que le séducteur ne l'avait jamais vu autrement que comme son emmerdeuse de petite sœur. Pas qu'elle s'en plaigne pour une fois, cela dit.

La demoiselle n'avait même pas eu le moindre soupçon concernant les raisons qui poussaient son comparse à vouloir éviter de se retrouver dans une telle situation : elle ne connaissait guère Dieter et elle n'était pas du genre à faire des jugements à l'emporte-pièce.
En fait, maintenant qu'ils étaient un peu éloignés des autres guerriers, la demoiselle se surprenait même à le trouver presque sympathique. Il avait été particulièrement désagréable lors de leurs premiers mots, mais désormais il était... normal. Bien trop pour être ami avec Harald, décidément ! Son frère avait un don pour se lier d'amitié avec des gens qu'elle-même pourrait apprécier. Même si elle ne connaissait pas encore réellement Dieter, c'est un fait. D'ailleurs, lorsqu'il s'excusa à son tour, la blonde secoua la main comme pour lui dire que c'était sans importance.

« Ce n'est pas grave, tu n'es pas le premier à me parler ainsi et tu ne seras certainement pas le dernier. J'admets que je ne t'ai pas abordé de manière très subtile, je comprends que tu aies été sur la défensive. »

C'était sincère. Après tout, il était ami avec Harald et elle venait lui demander de l'aider à le retrouver, il était logique qu'il ne veuille pas l'aider ! Ajoutez à cela que les autres guerriers les regardaient et vous aviez votre explication. De toute manière, ce n'était pas bien important, il n'y avait pas eu mort d'homme et Sigrid avait pratiquement oublié cette altercation. Si elle devait s’appesantir sur chaque remarque désagréable, elle ne vivrait jamais.

Lorsque Dieter lui donna le prénom d'une nouvelle conquête, une moue agacée se dessina sur le minois de la blonde. Son frère considérait les femmes comme des objets et elle détestait ça. Mais que pouvait-elle faire d'autre ? Un léger soupir lui échappa alors qu'elle secouait la tête.

« Njall, mon frère, m'a dit que plusieurs des conquêtes d'Harald sont mystérieusement tombées enceintes. Aux dernières nouvelles, il n'a reconnu aucun des enfants, mais je suis certaine qu'il doit y avoir une foule de petits Harald qui se promènent en ville. » Autant dire que c'était une horreur ! « Je ne sais pas comment tu peux le laisser raconter ça sans perdre patience. Si j'avais ton talent, je lui aurais arraché la langue pour lui faire manger histoire d'être certaine qu'il ne recommencerait pas. Finalement, tu es bien trop patient. »

Elle parlait de « finalement » parce qu'elle l'avait pris pour un impulsif lorsqu'il l'avait rabrouée. Mais pour supporter Harald, il fallait être très patient ! Quoi qu'il en soit, Sigrid pensait savoir de quelle Helga il était question. Elle en avait aperçu une en train de roucouler dans les bras de son frère quelques jours plus tôt et voyait où se situait sa maison. Le duo prit donc la direction du bâtiment et y arriva quelques minutes plus tard. C'était l'une des maisons souterraines, un gamin jouait devant la demeure et Sigrid l'aborda donc.

« Tu es le frère d'Helga ? »
« Oui. Tu viens aussi la voir ? »
« Aussi ? Est-ce qu'un garçon blond est là avec elle ? » Le petit renifla.
« Oui. Ils sont rentrés. Ils font des bruits bizarres, ils m'ont dit de sortir. »

La remarque ne manqua pas de faire rosir les joues de la blonde qui avait espéré que la situation se règle d'elle-même. Finalement non. Se raclant la gorge, elle se tourna vers Dieter.

« Tu crois qu'il vaut mieux toquer pour leur signaler qu'on les attend ou... »

Elle préféra éviter d'achever sa phrase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie

Guerrier

avatar
Guerrier
Infos de base
Aucun

∞ Nombre de messages : 53
∞ Nombre de messages RP : 5
∞ Âge du personnage : 17 ans
∞ Caste : Guerriers
∞ Métier : Homme d'armes
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides : Présentation
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
5/10  (5/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Jeu 15 Fév 2018 - 0:52 Message | (#)




L'ego de l'homme et de la femme sont égaux

Dieter Giptson et Sigrid Hakondóttir


Devoir fouiller ta mémoire pour te souvenir des nombreux prénoms des toutes aussi nombreuses conquêtes d'Harald était loin d'être une chose facile, pas plus qu'une chose agréable pour toi qui te contentais bien souvent d'écouter ses histoires d'une oreille distraite, hochant la tête régulièrement en marmonnant quelques phrases convenues que tu variais de temps à autre pour qu'il ne remarque rien, tout sauf intéressé par les exploits sexuels de ton ami et bien trop soucieux qu'il finisse par te proposer une énième fois d'essayer à ton tour.
Par chance, ou par malchance cela restait à voir, tu réussis à te souvenir vaguement d'un prénom qui avait dû revenir dans suffisamment de conversations pour laisser une certaine trace dans ta mémoire pourtant grandement défaillante : Helga, ce que tu t'empressas de dire à Sigrid dans l'espoir qu'elle voit de qui il s'agissait.

En voyant son air agacé, puis en entendant le soupir qu'elle poussa, tu supposas un instant qu'elle devait connaître Helga elle-même et être énervée que son frère la traite elle aussi comme un objet, une femme de plus à ajouter à son tableau de chasse, mais lorsqu'elle reprit la parole ce fut pour te rapporter les propos de Njall.

En entendant son prénom, tu sentis immédiatement tes joues rougir et manquas presque de tomber en trébuchant contre ton propre pieds, heureusement quand Harald parlait de son jeune frère tu réussissais à ne pas te comporter ainsi, comme le dernier des idiots, sinon il aurait eu tôt fait de comprendre ce qui n'allait pas chez toi, pourquoi tu refusais de te laisser approcher par une femme et pourquoi tu passais ton temps à défendre son cadet alors même que tu ne le connaissais pas réellement : pour la simple et bonne raison que depuis de longues années déjà c'était lui que tu étais incapable de te sortir de la tête, espérant même en secret que les rumeurs à son sujet soient vraies.
Réussissant maladroitement à reprendre ton équilibre, espérant que ton trouble ait échappé à la jeune femme, tu finis par commenter laconiquement, à mi-voix

« Quelle horreur...Parle pas de malheur»

Une foule de petits Harald en ville, il ne manquait plus que ça, un seul était amplement suffisant, ce monde étant bien incapable d'en supporter plus, et toi aussi.
Elle te décrivait comme patient pour avoir réussi à le supporter depuis toutes ces années sans avoir -encore- cédé à la tentation de lui arracher la langue pour le faire taire, la vérité était surtout que tu ne pouvais pas réellement te permettre ce genre de choses, tu ne pouvais pas te permettre grand chose en toute honnêteté mais sa phrase eut le mérite de t'arracher un de tes rares sourires.

« Peut-être que c'est ça le secret de mon talent justement, peut-être que j'imagine que les personnes que je combats sont les crétins que je n'ai pas le droit de remettre à leur place »

Un sourire en coin plus tard et vous vous retrouviez devant la maison d'Helga, un petit garçon jouait seul devant l'entrée et tu laissas Sigrid lui parler, levant les yeux au ciel en entendant que Harald et Helga lui avaient demandé de sortir pour qu'ils puissent batifoler, c'était certes toujours mieux que de le faire sous ses yeux mais tu ne pouvais t'empêcher d'être encore plus agacé, tu ne comprenais pas à quel moment il était considéré comme correct de laisser un jeune enfant dehors pour pouvoir faire ce genre de choses, les gens étaient donc à ce point incapable de se contrôler ?
Soupirant tu t'agenouillas près du jeune garçon, lui ébouriffant les cheveux d'une main, tu avais toujours adoré les enfants même si ça aussi tu te gardais bien de le montrer et de le dire en temps normal

« T'en fais pas, on va faire en sorte que tu puisses retourner jouer à l'intérieur »

Te relevant, tu fis face à nouveau à Sigrid, qui te demanda ce qu'il convenait de faire à présent, face aux faits, et en toute honnêteté tu n'en menais pas beaucoup plus large qu'elle, il était simple d'imaginer, d'en parler, beaucoup moins de passer à l'action.

« Je crois qu'on peut commencer par toquer.... ?»

Et joignant le geste à la parole, tu frappas à la porte, des coups suffisamment puissants pour interpeller les deux amants, du moins tu l'espérais


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alchimiste

avatar
Alchimiste
Infos de base
Alchimiste

∞ Nombre de messages : 262
∞ Nombre de messages RP : 35
∞ Âge du personnage : 27 ans
∞ Caste : Artisans
∞ Métier : Alchimiste
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
4/10  (4/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Jeu 15 Fév 2018 - 11:57 Message | (#)




L'ego de l'homme et de la femme sont égaux

Dieter Giptson et Sigrid Hakondóttir


Le petit n'avait pas l'air spécialement choqué, mais Sigrid pensait qu'à cet âge-là, on était encore trop jeune pour comprendre la raison de ces « bruits bizarres ». Tant mieux, elle n'aurait pas aimé devoir expliquer au petit pour quelle raison sa sœur agissait de la sorte ! Elle en aurait bien été incapable de toute manière vu qu'elle n'avait jamais éprouvé un tel désir – et espérait bien que ça ne change jamais.

Un peu bêtement, la blonde comptait sur Dieter pour les sortir de ce mauvais pas. Oh, elle était débrouillarde et savait s'en sortir seule la majorité du temps, cependant lorsqu'il s'agissait de ce genre d'affaires, la situation était légèrement différente. Pour avoir côtoyé une majorité d'hommes au cours de sa vie, elle avait fini par considérer qu'ils étaient les mieux placés pour régler les problèmes inhérents à ce sujet. Mais non, le malheureux était aussi perdu qu'elle ! Au fond, cela la rassurait tout de même. Sigrid savait bien que ce n'était pas « normal » d'agir comme elle à son âge, mais si Dieter aussi se montrait un peu – beaucoup ? – réticent à ce propos, c'était rassurant, non ? La blonde se mordilla nerveusement la lèvre inférieure tandis que le guerrier s'occupait de frapper à la porte. Elle eut l'impression que tout le quartier allait les entendre, mais il fallait bien ça pour couvrir les gémissements qui arrivaient à leurs oreilles. Quelle situation ! Sigrid maudit intérieurement son frère une bonne centaine de fois, mais aucune réponse ne se fit entendre.

« Ils n'ont peut-être pas entendu.... »

Elle passa pensivement son doigt sur ses lèvres avant de soupirer avec lassitude. Se rapprochant à son tour de l'huis, la jeune femme imita Dieter en frappant suffisamment fort pour sentir ses doigts l'élancer. Il ne manquerait plus qu'elle se foule la main en essayant de le tirer des draps de son amante !
Cette fois-ci, il y eut un léger changement : le bruit cessa quelques secondes, puis une voix familière s'éleva.

« Dégagez ! Revenez plus tard ! »
« Harald, sors d'ici ! »

Cette fois-ci, le silence fut plus long, certainement la surprise d'entendre la voix de sa sœur devant la porte d'entrée de son amante. Mais si tel était le cas, il se reprit bien rapidement puisque le jeune homme lui répliqua d'un ton beaucoup plus rogue que précédemment :

« Dégage, je te sonnerai si j'ai besoin d'aide pour terminer ! »

La blonde ne comprit clairement pas le sous-entendu, mais connaissant son frère, elle se doutait qu'il était graveleux. Essayant d'ignorer ses joues qui devaient certainement être rouge pivoine, la blonde serra les dents avant de frapper à nouveau contre la porte en bois au point d'en avoir mal aux articulations.

« Notre père t'attend à la maison ! C'est à propos de la fille que tu as engrossé, tu sais, pas celle que tu besognes actuellement, mais l'une des autres ! Je ne partirai pas d'ici, alors je te conseille de sortir ou on rentre te tirer du lit et on te traîne nu comme un ver dans la rue, je suis sérieuse ! »

Bon, il y avait peu de chances pour que Dieter soit partant, mais ce n'était pas bien grave ! La jeune femme ne songea pas une seule seconde que la présence d'une autre personne pourrait pousser son frère à faire sa tête de mule au lieu de s'exécuter bien gentiment. De toute manière, le jour où Harald l'écouterait n'était pas encore arrivé... quant à la compagne du moment du guerrier, elle était bien évidemment au courant des nombreux flirts de son amant et la nouvelle d'une rivale ne devait pas la gêner outre mesure.

« On ? Si c'est une fille, tu peux la faire rentrer, sinon dégagez tous les deux ! »
« Mais... »

Elle n'eut pas le temps de trouver une autre idée que les bruits reprirent de plus bel. Cette fois-ci, la rougeur des jours de la blonde était plus liée à l'état de contrariété dans lequel elle se trouvait qu'à sa honte passagère ! Tournant la tête vers Dieter, elle posa un regard flamboyant sur lui, visiblement irritée par le comportement de son frère.

« Il ne sortira pas cet imbécile ! Je te jure, s'il continue à me chercher, je vais sérieusement rentrer pour le traîner hors de cette maison ! »

Apparemment, son impulsivité pouvait provisoirement tordre le cou à sa pudeur. Mais était-ce le cas de son binôme ? Rien n'était moins sûr !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme. ♦️ ©️ Clément d’Alexandrie


Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG
Message | (#)

Revenir en haut Aller en bas



L'ego de l'homme et de la femme sont égaux ▬ Dieter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» la première chose que je regarde chez un homme, c'est sa femme. ∞ STILLS
» Relation Homme-Femme: l'amour serait-elle chimique???
» Une cérémonie bien spéciale [PV (Tarod, Fel, Kanoë)=prio et tous ceux qui le veulent]
» Le monde de Nemo, ou l'histoire d'un homme qui perd sa femme, tuée par un sérial-killer, et qui part à la recherche de son enfant blessé et kidnappé avec l'aide d'une femme folle. (u.c)
» Le vieil homme et la jeune femme [pv John Doe]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kolmen Kirosi :: Ile de Snákr :: La plage de sable noir :: La zone d'entraînement-