AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Svein ♛ Les dieux de la vengeance exercent en silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Guerrier

avatar
Guerrier
Infos de base
Marin

∞ Nombre de messages : 1071
∞ Nombre de messages RP : 39
∞ Âge du personnage : 28 ans
∞ Caste : Guerriers
∞ Métier : Marin sur un drakkar
∞ Statut : Célibataire
∞ Liens rapides :
Fiche RPG
Feuille de personnage
Niveau de l'aptitude:
2/10  (2/10)
Niveau de renommée:
3/10  (3/10)
Description sommaire:
Mer 6 Déc 2017 - 11:10 Message | (#)

• Nom : Brynjolfson
• Prénom : Svein
• Sexe : Masculin
• Âge : 28 ans

• Caste : Guerriers
• Métier : Marin à bord d'un drakkar

• Situation maritale : Célibataire
• Orientation : Hétérosexuel

• Famille :Astrid : la mère de famille. Elle est originaire de Bjǫrn et a plusieurs sœurs qui vivent toutes dans la ville principale de l'île. D'un caractère relativement doux et passif, elle a toujours supporté les écarts de son époux en espérant qu'un jour il finirait par se ranger, en vain malheureusement. Elle mourut en l'an 585 quelques années après la disparition de son mari qui la laissa seule et sans le sou pour élever ses enfants.

Brynjolf : fils d'une native de Bjǫrn et d'un Snákrson, il est enfant unique et a grandi dans la misère. Son mariage avec Astrid est plus dû à la chance qu'autre chose, les parents de cette dernière n'ayant accepté l'union que parce que la jeune femme était enceinte de son premier enfant – et qu'ils craignaient qu'elle ne soit plus mariable. Après leur mariage, Brynjolf s'avéra être un mari et un père raté et irresponsable. Disparaissant fréquemment sans prévenir, il dilapidait le peut d'argent du ménage et ne travaillait que rarement. Il disparut en l'an 583 et personne ne sait ce qu'il est devenu.

Gabriel : fils aîné de la famille, il est âgé de 31/32 ans. Ses relations avec Svein sont au plus bas après qu'il l'ait honteusement trahi pour remporter le « concours » qui les opposait. À l'heure actuelle, le jeune homme ne ressent plus que de la haine à son égard et préfère ne plus entendre parler de lui.

Aslak : deuxième né de la famille il est âgé de 30 ans, mais n'est malheureusement qu'un poids mort pour famille. À l'âge de 14 ans, il fut effectivement victime d'un cou de pierre sur le crâne qui le transforma en véritable légume. Depuis ce jour-là, Aslak est considéré comme « débile », puisqu'il a le QI d'un enfant de cinq ans, étant tout juste capable de se débrouiller pour se nourrir et communiquer sommairement. Il ne semble pas garder de souvenir de son accident et est devenu une véritable charge pour sa famille. Confié à la garde de sa tante – qui hébergeait déjà le reste de la famille – il n'a jamais fait de progrès, bien au contraire. Depuis les quatre dernières années, sa santé s'est dégradée et même si personne n'ose le dire, tout le monde espère qu'il passera bientôt de l'autre côté.

Sigrid : fille aînée de la famille, elle est légèrement plus jeune que Svein puisqu'elle n'a que 26 ans. Femme caractérielle et indépendante, elle a toujours eu un fort caractère et cela même si leur tante essaya de la rendre moins farouche pour qu'elle puisse faire un « bon mariage ». Malgré la pauvreté de leur famille, Sigrid attire assez facilement les prétendants au vu de sa beauté encore fraîche, mais elle semble préférer une vie moins... astreignante et parle souvent de quitter Bjǫrn pour débuter une nouvelle vie sur Fálki.

Ida : deuxième fille de la fratrie, elle est âgée de 23 ans et possède un caractère totalement opposé à celui de sa sœur aînée. Douce et avenante, la jeune femme sourit en permanence et semble imperméable à tout sentiment négatif. Même les personnes les plus désagréables ne semblent pas réussir à la faire sortir de ses gongs et certaines mauvaises langues la taxe de « simplette ». Ida nourrit un amour sincère et profond envers tous les membres de sa famille, y comprit ses deux frères aînés qui n'ont plus grandi avec elle depuis la mort de leur mère. Leur absence lui pèse souvent.

Yngvild : troisième fille de la fratrie, elle est âgée de 21 ans. Arrivée au sein d'une fratrie déjà assez nombreuse, Yngvild a été plus ou moins contrainte de se fondre dans la masse et de se forger un caractère passe-partout. Taciturne et peu encline à ouvrir la bouche, elle est souvent oubliée et semble s'en satisfaire ! D'un physique plutôt banal, elle n'attire pas vraiment les foules et s'occupe donc principalement d'entretenir la maison avec sa tante, attendant de voir ce que l'avenir lui réservera.

Sigfred et Sigrunn : les jumeaux, ils sont âgés de 20 ans et n'étaient pas encore nés lorsque leur père a disparu. Derniers-nés de la fratrie, ils ne sont pas les plus effacés pour autant, au contraire ! D'un caractère très turbulent, les deux enfants sont particulièrement désobéissants et n'en font qu'à leur tête. Facétieux, ils aiment particulièrement faire des plaisanteries et n'hésitent pas à colporter d'étranges rumeurs sur le compte d'à peu près tout le monde. Leur comportement leur a souvent valu des problèmes avec les gardes de la ville, mais leurs bouilles faussement innocentes leur ont presque toujours sauvé la mise !

Brunhilde : âgée de 18 ans, elle est née après la disparition du père de famille et sa naissance a suscité de nombreuses questions dans le voisinage. Personne n'ayant vu Astrid refaire sa vie avec un autre homme, certains murmurèrent qu'elle aurait nourri une relation incestueuse avec l'un de ses trois aînés. Ajoutez à cela que l'enfant était née albinos et vous comprendrez pourquoi tout le monde prétendait que même les dieux désapprouvaient sa naissance – et sa conception. Après la mort de sa mère, elle fut confiée à sa tante comme le reste de sa fratrie, mais avec les années sa ressemblance avec l'aîné, Gabriel, fut de plus en plus évidente. Aussi, lorsque ce dernier partit pour Snákr, les rumeurs allèrent bon train et à ce jour, nombreux sont ceux qui prétendent que la jeune albinos est le fruit d'un amour interdit – et qu'elle en porte la souillure avec son apparence étrange.


Mental

• Description mentale : Svein est un homme assez compliqué à vivre – et surtout à supporter ! Depuis toujours, il s'est comporté de manière égoïste et a toujours fait passer ses intérêts avant ceux de sa famille. Pourtant, cet état d'esprit s'est accentué après l'incident qui lui fit perdre la plus grande chance de sa vie. Depuis qu'il est devenu quasiment infirme de la main droite, Svein s'est grandement renfermé et accepte très difficilement la moindre critique ou le moindre reproche. Un peu soupe au lait, il a tendance à préférer souffrir et être dans le besoin plutôt qu'accepter la main tendue d'une personne qu'il n'apprécierait pas.

Très rancunier, il peut ruminer une défaite durant des années et c'est exactement ce qui se passe depuis près de dix ans. Éprouvant une haine presque sans bornes à l'égard de son frère aîné Gabriel, le jeune homme est prêt à tout pour renverser la vapeur et rendre la monnaie de sa pièce à celui qu'il considère comme un traître. Bien évidemment, le fait qu'il ne puisse pratiquement plus se servir de sa main directrice l'a grandement diminué et l'a obligé à vivre dans la rue pendant un certain temps, mais plutôt que de se laisser démonter par cette expérience, il a décidé d'en tirer des enseignements. Comme celui de ne plus jamais s'attacher à personne et de ne plus accorder sa confiance à qui que ce soit.

Il a pourtant ses bons côtés. Homme appliqué et soigné, il veille à ce que tous ses travaux soient impeccables et c'est bien pour cette raison que son maître artisan plaçait de grands espoirs en lui. Son handicap actuel ne l'empêche pas de faire de son mieux – même s'il n'est jamais satisfait du résultat final. Ambitieux, il ne craignait jamais de viser trop haut, même si la chute se faisait très dure par moment. Cette ambition pouvait parfois effrayer certaines personnes, mais Svein a conscience du fait que sa chance ne se fera pas toute seule et qu'il doit y mettre du sien pour devenir quelqu'un.

Sous ses airs rudes et distants, Svein reste toutefois humain. Habitué à se comporter avec égoïsme, il ne lui viendra pas naturellement l'idée d'aider son prochain, mais lorsque cela lui arrive, il est prêt à se mettre en quatre pour atteindre ses objectifs. Même s'il n'en a pas vraiment conscience, le jeune homme reste lié à sa famille et n'a pas oublié les bons moments passés en leur compagnie. C'est uniquement son entêtement et sa fierté qui l'empêchent de retourner vers eux et d'accepter leur main tendue et, malheureusement, rien ne dit qu'il pourra un jour passer outre ce sentiment pour baisser sa garde.

• Comment votre personnage considère les membres des îles voisines ? Et de Galmall ? Svein a une haute opinion des hommes de Snákr. Il les considère comme un exemple à suivre et lorsqu'il eut un jour la chance de s'y rendre, il bâtit de grands espoirs sur cette nouvelle vie. Il est bien évidemment au courant de la rudesse de l'île et de ses habitants, mais cela ne le dérange absolument pas, au contraire même ! Il s'y sentirait comme chez lui ! Pour ce qui est des habitants de Fálki, la situation est très différente... aux yeux de Svein, les femmes ne sont faites que pour enfanter et obéir à leurs époux – ou frères et pères – il est donc impensable qu'elles dirigent une île aussi attrayante que Fálki ! Svein ne ressent que du dédain et de l'hostilité à l'égard de ces individus. Concernant Gamall, les choses sont aussi catégoriques que pour Fálki : les étrangers n'ont rien à faire sur leurs îles et il n'hésite pas à exprimer le fond de sa pensée lorsque c'est nécessaire.
• Quelle vision votre personnage a-t-il du rôle de l'homme et de la femme ? Pour lui, une femme est faite pour enfanter, élever les enfants et s'occuper de la maison tandis que l'homme se charge d'entretenir sa famille et de travailler. Bien évidemment, il va sans dire que l'homme n'a aucun compte à rendre à son épouse, mais que cette dernière doit lui confier le moindre de ses secrets ! Il en va de même pour la fidélité : si une femme ne doit écarter les cuisses que pour son époux, ce dernier peut se permettre davantage de liberté. Après tout, c'est lui qui se charge d'entretenir sa famille, alors pour quelle raison n'aurait-il pas le droit de se détendre un peu ?
• Que pense-t-il du système d'échelle sociale ? Ce système est inégal et surtout injuste. Pour des enfants d'individus pauvres ou peu avantagés, la vie est quasiment impossible. Svein l'a vécu : il a vu qu'avec une mère passive et un père incapable de gagner correctement sa vie, ses frères et sœurs et lui-même n'ont aucune chance de devenir « quelqu'un » ! Pourtant, il considère que ce système n'est valable que sur Bjǫrn. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a cherché à fuir sur Snákr : cette île permet aux hommes de montrer leur valeur et de devenir quelqu'un même sans être né dans la bonne famille. En somme, il maudit Bjǫrn et son système avantageux uniquement pour les chanceux.
• Quelle est son ambition ultime ? Svein espère toujours pouvoir gagner Snákr et devenir quelqu'un. Il a conscience qu'il lui sera certainement impossible d'y arriver en tant que forgeron, mais il ne perd pas espoir que son talent au combat s'améliore et qu'il soit enfin accepté en tant qu'homme de valeur auprès d'un peuple aussi glorieux que celui de Snákr !


Physique

De l'avis général, Svein a la taille idéale pour un marin. Mesurant environ un mètre soixante-dix, sa taille lui permet de pouvoir dominer la majorité des femmes sans pour autant être en difficulté lorsqu'il se tient sur le pont d'un drakkar. Il reste toutefois plus menu que la grande majorité des hommes de Kolmen Kirosi, surtout lorsqu'on le compare ses frères aînés. Bien loin de ressembler à un géant, Svein se défend tout de même ! Le fait qu'il ne soit pas aussi imposant que ses pairs ne l'empêche pas de posséder une grande force et une poigne de fer — utile lorsque vous espérez devenir forgeron. N'est pas encore né l'homme qui lui ferait lâcher son arme ! Ou du moins c'est ce qu'il se plaît à raconter et à croire.
En somme, Svein est un homme assez musclé et capable de tenir en respect un individu de sa corpulence sans trop de difficultés. Qui plus est, il faut avouer que sa vantardise et son arrogance le poussent souvent à tenter le diable pour prouver sa valeur, ce qui lui octroie plus de force – ou du moins essaye-t-il de le faire croire.

Au niveau du visage, Svein aime à croire qu'il est très bel homme ! Mais, malheureusement pour lui, cela ne semble pas être de l'avis de toutes les femmes qu'il tente de courtiser. Il pourrait éventuellement être considéré comme séduisant si son visage n'était pas en permanence habité par une expression dédaigneuse qui semble déplaire à la majorité de ses interlocuteurs.
Le jeune homme porte une légère barbe qui souligne ses traits, ainsi qu'une fine moustache à peine visible, le tout de la même couleur châtain foncé que sa longue chevelure. Il n'est pas rare qu'il natte quelques mèches de ses cheveux, aussi bien pour le côté pratique qu’esthétique, mais n'accorde pas plus d'attention que cela à sa chevelure. Son principal atout semble être ses yeux, hérités de leur mère et comparables à ceux de l'aîné de la fratrie : d'un bleu relativement clair, mais qui ne permet pas de dissimuler les sombres pensées qui se cachent dans son esprit.

Pour ce qui est de sa tenue vestimentaire, Svein porte des tuniques relativement basiques et passe-partout. Il n'a jamais accordé beaucoup d'intérêt à ce point-là, mais cela ne l'empêche pas de veiller à essayer de rester aussi propre et présentable que possible. Depuis que ses chances de devenir un maître forgeron se sont envolées et qu'il est devenu marin, disons qu'il sent davantage le sel de mer que la transpiration – même si cela ne suffit pas toujours à ses interlocuteurs !

Un dernier point attire parfois l'attention : sa main droite. Ayant été victime de la vengeance sournoise de son frère aîné, Svein a eu la main brisée par un coup de marteau et ses os se sont assez mal ressoudés. Il a toutefois la chance de ne pas l'afficher trop clairement : l'aspect de sa main reste relativement normal, mais il est aisé de voir que ses doigts sont beaucoup plus raides et qu'il la masse souvent de manière inconsciente. Auprès d'une personne peu habituée à ce genre de blessure, il pourrait presque faire illusion !


Histoire

571/572 : naissance de Gabriel.
573 : naissance d'Aslak.
575 : naissance de Svein.
577 : naissance de Sigrid.
580 : naissance d'Ida.
582 : naissance d'Yngvild.
583 : naissance des jumeaux Sigfred et Sigrunn. Disparition de Brynjolf.
585 : naissance de Brunhilde. Décès d'Astrid peu de temps après. Gabriel trouve deux places d'apprentis pour lui et Svein.
587 : après avoir réussi à faire embaucher Aslak par le forgeron, ce dernier perd la tête et attaque Gabriel. Svein l'assomme avec une pierre et le blesse très grièvement.
588 : Wiland arrive chez le forgeron et promet d'embaucher le meilleur d'entre eux d'ici cinq ans.
593 : quelques jours avant l'anniversaire de Wilan, Gabriel blesse Svein et remporte le concours.
594 : durant près d'un an, Svein vit comme un clochard en tentant de survivre comme il peut.
594 - 600 : Svein vit de petits boulots et essaye d'améliorer sa maîtrise martiale avec l'espoir de se faire un nom comme guerrier.
Fin 601 : lors d'un repas de famille, Svein se bat avec Gabriel et blesse accidentellement Brunhilde ce qui le pousse à couper les ponts avec les siens. Il est renvoyé après s'être à nouveau blessé la main.
Début 602 : un capitaine de drakkar lui propose de travailler pour lui s'il améliore sa maîtrise martiale. Il est finalement embauché quelques semaines plus tard.
Mi 602 à Fin 602 : Svein entend une rumeur parlant de sa Sigrid. Cette dernière souhaiterait apparemment gagner Fálki et y serait encouragée par Gabriel qui l'aurait mise en contact avec la chienne qu'il tringle occasionnellement. Svein est fermement décidé à s'interposer entre elle et sa sœur, mais attend le bon moment.

Svein est né au sein d'une famille modeste, pour ne pas dire pauvre. Troisième enfant – et troisième garçon – il ne représentait alors qu'une bouche de plus à nourrir au vu du peu d'ambition de ses parents. Ces derniers ne nourrissaient pas vraiment de sentiments l'un envers l'autre. Ils s'étaient mariés par obligation après qu'Astrid, la mère, ne soit tombée enceinte. Bien évidemment, le fait que Brynjolf, le père, soit sans le sou ne les aida pas à bien commencer dans la vie, mais qu'il se contente de vivoter sans chercher de travail pour faire vivre sa famille n'arrangea pas la situation. En plus de ce manque d'investissement flagrant, Brynjolf passait le plus clair de son temps à courtiser toutes les jolies filles qui passaient à sa portée et même s'il ne pondit – apparemment – aucun bâtard, cela ne l'empêcha pas de récolter la réputation d'un « séducteur ». Ses infidélités n'empêchaient pas Astrid de toujours lui faire confiance comme en témoignèrent les nombreuses naissances qui suivirent – toujours dans la même précarité.

En l'an 583, les choses changèrent. Astrid était encore une fois enceinte lorsque son époux disparut. Bien qu'il lui arrivait assez fréquemment de partir quelques jours sans prévenir, cette fois-ci il ne revint jamais. La malheureuse mère accoucha donc seule, entourée de ses enfants, mais sans compagnon pour la soutenir et l'aider à élever et nourrir ses enfants. La vie de la – grande – famille devint beaucoup plus compliquée et il n'était pas rare que les trois aînés doivent effectuer quelques travaux pour pouvoir acheter de quoi manger. Bien sûr, cela les empêcha malheureusement de suivre les cours, dispensés par l'école du coin, de manière assidue, mais ils en comprenaient bien l'enjeu. Sans eux, il y avait fort à parier que le reste de la famille serait condamné. C'est à cette époque-là qu'Aslak manifesta les premiers signes de sa maladie. Il lui arrivait très régulièrement de piquer de violente colère, ne se contrôlant plus et étant prêt à frapper quiconque se présenterait à lui, avant de redevenir calme et patient sans que personne ne sache pourquoi. Les hommes de médecine détectèrent rapidement un trouble comportemental, mais ils ne pouvaient pas faire grand-chose pour l'aider, malheureusement. Cette maladie fit d'ailleurs perdre plusieurs emplois au jeune garçon, mais tout le monde préférait se voiler la face en pensant que les choses s'arrangeraient seules.

Courant de l'année 584, le ventre d'Astrid commença à s'arrondir. Le fait qu'elle ne soit plus mariée souleva des questions, mais les mœurs de Bjǫrn étant assez libres, elles auraient pu tolérer qu'elle ait un amant, sauf que personne ne l'avait jamais vue en galante compagnie. Ajoutez à cela le fait que ses trois aînés remplaçaient leur paternel sur presque tous les plans – travail, éducation de leurs cadets, etc... – et vous devinerez rapidement les rumeurs qui naquirent alors... Plus les mois passèrent et plus le ventre d'Astrid s'arrondissait, apportant son lot de rumeurs. Certains prétendaient que l'aîné, Gabriel, était le père tandis que d'autres penchaient en faveur des deux autres, Aslak et Svein qui étaient relativement proches de leur mère. Pourtant, les doutes subsistaient et la majorité des gens pensaient qu'Astrid était simplement très timide ou liée à un homme marié et qu'il ne voulait – ou pouvait – pas assumer ses nouvelles obligations. Cela dit, ils finirent par s'envoler à la naissance de la dernière de la fratrie : celle-ci arborait une chevelure blanche comme la neige et des yeux étrangement rouges. Sa peau diaphane lui donnait un air malade et sa constitution très faible poussa les hommes de médecine à penser qu'elle ne vivrait pas très longtemps. Mais ils se trompèrent : la jeune Brunhilde survécu, même si elle resta relativement fragile, mais elle n'eut pas le temps de connaître davantage sa mère. En effet, cette dernière contracta une pneumonie très sévère et succomba en quelques semaines seulement, laissant ses enfants seuls et sans famille. Ou presque.

Astrid était originaire de Hjarta et l'une de ses sœurs vivait non loin de là, elle se proposa donc naturellement pour recueillir les enfants. Étant mariée, mais stérile, elle avait effectivement toujours rêvé d'avoir une grande famille, mais ses ressources restaient limitées et elle fut donc contrainte de faire des choix. Les trois aînés avaient entre 10 et 13 ans, c'est pourquoi elle prit la dure décision de leur demander de trouver un travail et de subvenir seuls à leurs besoins tandis qu'elle recueillait les six autres. Conscients de la difficulté d'élever une fratrie aussi nombreuses, les trois frères acceptèrent et quittèrent la demeure familiale qui fut vendue pour éponger les dettes laissées par Astrid. Aslak fit le choix de partir pour vivre seul de son côté tandis que Svein se rapprocha de Gabriel, l'aîné. C'est ce dernier qui parvint à leur décrocher un apprentissage auprès d'un forgeron de Hjarta et c'est aussi lui qui négocia pour que l'homme les héberge chez lui. Il ne s'agissait que d'une paillasse au fond de sa grange, à côté des animaux, mais c'était bien mieux que de dormir dans la rue !

Leur apprentissage se passa bien durant environ deux ans. Les frères devinrent très liés et ils rendaient fréquemment visite à leur tante et à leur fratrie, mais voyaient de moins en moins Aslak. Ce dernier semblait avoir totalement glissé dans la folie qui le caractérisait. Ses crises de colère devenaient plus brutales et plus violentes que jamais, mais Gabriel et Svein ne voulaient pas lui tourner le dos pour autant. Ils réussirent même à convaincre leur maître d'apprentissage de lui accorder une chance. Grand mal leur fit....
L'Incident se produisit en pleine journée. Leur maître s'était absenté pour l'après-midi et les trois frères travaillaient tranquillement dans l'atelier au moment où Aslak eut une nouvelle crise. Il se jeta sur Gabriel, l'étalant au sol et commençant à l'étrangler. Les cris de Svein ne servirent à rien et le malade était à deux doigts de tuer Gabriel lorsque le jeune garçon décida d'agir. Il saisit une imposante pierre servant à maintenir la porte ouverte et s'en servit pour frapper Aslak à la tête. Le malheureux s’effondra aussitôt, inconscient et Svein comprit qu'il l'avait peut-être tué. Totalement pétrifié, il ne fut sauvé que grâce à son aîné qui le secoua avant de lui ordonner de laver la pierre pendant que lui s'occupait du reste. Svein s'empressa d'obéir et lorsqu'il revint du lavoir, ce fut pour découvrir une pseudo scène de crime. Un imposant marteau traînait sur le sol, un peu de sang maculait son embout. Ils firent passer l'histoire pour un accident, prétendant que le marteau était tombé de l'étagère où il était stocké et avait assommé le malheureux Aslak. Tout le monde les crut, mais cela n'empêcha pas Svein de se sentir coupable. Il n'avait pas tué Aslak en vérité, mais son sort n'était guère plus enviable : le cerveau avait été très secoué et le jeune garçon était devenu « retardé », à peine capable de communiquer correctement et parvenant tout juste à s'occuper de lui-même. Bien évidemment, leur tante décida de l'accueillir chez elle et de s'occuper de lui et afin d'alléger un peu sa culpabilité, Svein décida de verser quasiment tout l'argent qu'il gagnait à sa tante, ce qui était relativement risible, mais c'était bien peu comparé au sentiment qui l'habitait.

L'année suivante se déroula à peu près normalement, même si la culpabilité de son geste taraudait toujours le jeune garçon, mais sa vie prit un tour différent avec la rencontre d'un forgeron de Snákr. L'homme prétendait s'appeler Wiland et être un maître forgeron de Snákr, il expliqua aussi chercher un employé digne de ce nom et ne pas en avoir trouvé sur son île. La proposition qu'il leur fit était très simple : il reviendrait les voir dès que le plus jeune des deux serait majeur et engagerait le plus compétent tandis que l'autre devrait se débrouiller seul. Voyant là l'occasion de commencer une nouvelle vie et de pouvoir soutenir financièrement sa tante, Svein accepta aussitôt et l'accord fut scellé. Il était loin de se douter que c'était le début d'une période très difficile.

Les deux frères grandissaient et commencèrent à s'intéresser à d'autres choses. Âge d'une quinzaine d'années, Svein découvrit que certains sourires pouvaient avoir un effet intéressant sur les charmantes demoiselles de Hjarta et il commença à se prendre au jeu de la séduction, délaissant involontairement le reste de sa famille. Bien sûr, ce n'était pas la seule raison de son éloignement. Les siens lui rappelaient sans cesse son erreur, ce qu'il avait fait subir à son frère Aslak et ce que le reste de la famille devait supporter par sa faute. Il craignait aussi que, dans un moment de lucidité ou d'égarement, le blessé ne lâche des informations précieuses qui permettraient aux autres de comprendre qu'il ne s'agissait pas d'un accident. Même le visage de Gabriel le ramenait sans cesse à ce jour fatidique et il trouva donc une certaine légèreté d'esprit dans ses relations avec les autres. L'esprit empoisonné, Svein s'éloigna doucement, mais sûrement de Gabriel et ce dernier le vécut très mal. Il commença par utiliser la culpabilité comme une arme, lui rappelant tout ce qu'il avait fait pour lui, soulignant qu'ils étaient liés et l'empêchant – volontairement ou non ? – de pouvoir se changer les idées. Les premiers mois, Svein se laissa manipuler, s'excusant sans cesse pour revenir auprès des siens, la queue entre les jambes. Mais après environ un an, la culpabilité céda le pas à l'agacement, puis à l'irritation. Il supportait de moins en moins Gabriel – et surtout ses reproches incessants – et commença à nourrir une véritable hostilité à son égard. Bien qu'étant très peu payé, Svein alla même jusqu'à se trouver une petite chambre dans un gîte de la ville afin de s'éloigner de son frère, mais ils continuaient à se voir quotidiennement à la forge et les choses ne s'arrangeaient pas.

Les années passèrent, les sentiments s'assombrissaient, puis ils arrivèrent à la fin de leur long périple. Un beau jour, peu de temps avant la majorité de Svein, leur maître leur annonça que Wiland passerait dans une semaine et les testerait tous les deux. Au fil de leur apprentissage, Svein s'était révélé plus doué et plus appliqué que son aîné et ce dernier avait tout lieu de penser qu'il risquait de finir seul sur Bjǫrn. Bien sûr, leur maître leur offrait un emploi à la fin de leur apprentissage, mais cela n'avait rien à voir avec une nouvelle vie sur Snákr ! Pourtant, malgré tous les sentiments négatifs qui l'habitaient, Svein décida d'être honnête avec son frère. Quelques jours avant l'arrivée de Wiland, il profita du fait qu'ils étaient seuls dans l'atelier pour lui expliquer qu'il allait vraiment tenter sa chance et qu'il comptait bien quitter Bjǫrn, ses obligations et ses souvenirs pour recommencer ailleurs et tout oublier. Apparemment, l'aveu ne plut guère à Gabriel qui se retourna brusquement pour se diriger vers son frère et lui asséner un coup de marteau en plein sur sa main directrice. Les os craquèrent, se brisèrent et Svein ne put retenir d'horribles hurlements de douleur. La sensation de trahison n'arriva qu'un peu après et lorsque leur maître arriva en courant dans l'atelier, il accusa Gabriel de l'avoir fait exprès. Bien sûr, celui-ci prétendit qu'il s'agissait d'un accident et le forgeron, inconscient de l'animosité entre les deux frères, le crut sur parole. Il envoya Svein voir un homme de médecine pour le soigner, mais tout le monde savait très bien qu'il était certainement impossible de guérir une pareille blessure....

Ils ne se trompèrent pas. L'homme annonça rapidement à Svein qu'il ne pourrait certainement plus jamais retrouver toute la mobilité de sa main et que ce serait un véritable miracle qu'il arrive à la réutiliser dans les prochaines années. Lorsqu'il retourna à la forge, Wiland était passé, Gabriel l'avait suivi et Svein était désormais seul. Bien entendu, au vu de sa blessure, le forgeron mit fin à leur collaboration et le jeune homme se retrouva sans rien. Il perdit rapidement sa chambre. Avec sa main bandée qui ne semblait pas vouloir guérir, Svein ne pouvait plus travailler et sans emploi, il n'avait plus d'argent. Quelques semaines après l'incident, sa tante le retrouva dans les rues de Hjarta et lui demanda de venir vivre à la maison. Blessé dans son orgueil et refusant d'imiter Aslak – lui aussi handicapé – Svein envoya paître sa tante et disparut dans les rues de la ville.

Pendant un peu plus d'une année, il vécu comme un clochard, dormant dans la rue ou dans les granges peu surveillées, volant pour manger et surtout pour survivre. Svein n'eut aucun contact avec sa famille et sa main n'allait guère mieux. Sans argent, il ne pouvait pas se soigner et la cicatrisation s'était faite tant bien que mal. Les jours de pluie, la douleur devenait presque insupportable et lui rappelait sans cesse la trahison de son frère. Il n'y avait vu que du feu ! Malgré toute la colère qui existait entre eux, Svein n'avait jamais imaginé que Gabriel puisse être capable d'une telle chose. La colère se bousculait avec la honte et le besoin de vengeance. Mais il aurait été bien incapable de mener à bien ces désirs.

Quelques mois après ses dix-neuf ans, Svein recroisa sa tante dans les rues de Hjarta et celle-ci lui annonça que Gabriel lui envoyait assez d'argent pour qu'elle puisse faire vivre correctement les autres enfants – dont Aslak – mais aussi pour qu'elle s'occupe de lui. Prenant cela comme un affront, le jeune homme décida de se reprendre en main et déclina une nouvelle fois l'offre de sa tante avant de réfléchir à son avenir. Il parvint à convaincre une charmante demoiselle de sa connaissance de lui avancer de quoi se vêtir convenablement et se rendre présentable, puis démarcha tous les employeurs du coin pour tenter de décrocher un travail. Il finit par trouver un poste de serviteur dans une maison noble de la ville et même si la tâche était ingrate, elle lui permettait de gagner de quoi vivre. Il dépensa bien vite son pécule en boisson, beaucoup même et il n'était pas rare qu'il termine sa soirée complètement saoul. Ce comportement lui coûta plusieurs emplois, mais il réussissait toujours à en retrouver un juste avant d'être à sec. Pendant près d'un an, tout se passa plutôt normalement jusqu'à ce qu'il recroise Gabriel en allant rendre visite à sa famille. Les retrouvailles furent glaciales et Svein s'en-alla aussitôt, refusant de revoir le traître.

Les années passèrent, les rencontres avec Gabriel se faisaient assez rares et se terminaient toujours assez mal. Enfin mal, disons que Svein fuyait toujours en évitant soigneusement de lui parler ! Sur le plan professionnel, il changea de travail un nombre incalculable de fois et la paie était toujours aussi misérable ! Quant aux relations avec les autres, il rendait visite à sa famille, mais se montrait distant et tentait de trouver une demoiselle assez naïve pour se laisser convaincre de l'épouser – uniquement si elle était assez riche, bien évidemment ! Malheureusement, il ne semblait pas capable de passer du stade d'amant à celui de potentiel époux et toutes ses tentatives se soldèrent pas des échecs. Un sentiment d'échec quasiment perpétuel qui le fit plus d'une fois sombrer dans la déprime, même s'il refusait toutes les mains tendues.

Début de l'an 601, les choses semblèrent pouvoir s'améliorer lorsqu'il accepta finalement l'invitation à un repas de famille que sa tante lui adressa. Cette dernière était parfaitement au courant de l'état des relations entre Gabriel et Svein et celui-ci ne s'attendait donc pas à ce qu'elle invite le traître, c'est pourquoi il s'y rendit en toute confiance. Grand mal lui fit ! Quelques minutes après s'être installé à table, quelqu'un frappa à la porte et Gabriel pénétra dans la demeure tandis qu'un lourd silence s'installait. Svein fut à deux doigts de s'en-aller, mais il se força à rester sur place, plus par fierté que par désir de passer du temps avec les siens. Le repas se passa plutôt normalement, mais entre deux plats, alors que tout le monde se dégourdissait les jambes dans le salon, Gabriel se montra trop pressant du goût de Svein. Ce dernier prenait garde à ne pas lui adresser la parole, mais lorsque son frère insista un peu trop lourdement selon lui, il perdit patience. Par réflexe, il ferma son poing et l'expédia dans le visage de son aîné. La douleur fut horrible lorsqu'il sentit sa main entrer en contact avec la mâchoire de Gabriel, mais c'était sans importance sur le moment. Au lieu de sa calmer, le jeune homme se montra encore plus virulent et dans le feu de l'action, l'un de ses coups frappa Brunhilde, la cadette à la santé si fragile. Celle-ci tomba aussitôt au sol, geignant et criant, ce qui mit fin à l'affrontement. À la fois honteux et plein d'un sentiment de trahison, Svein quitta la demeure sans se retourner.
Les jours qui suivirent, sa main fut plus douloureuse que jamais et il se révéla incapable d'accomplir son travail, il ne tarda donc pas à être renvoyé et retomba dans ses travers habituels – sauf que cette fois-ci, il évitait aussi sa famille.

Début de l'an 602, une lueur d'espoir pointa le bout de son nez. Un capitaine de drakkar lui proposa de devenir marin sur son bâtiment, mais exigea que Svein soit capable de se battre convenablement avant. À l'époque où il forgeait, le jeune homme s'était entraîné assez souvent et même sans prétendre avoir une excellente maîtrise martiale, il se débrouillait plutôt bien ! Malheureusement, sa main handicapée le faisait toujours souffrir et même si elle s'était un peu assouplie depuis le temps, il était loin d'avoir retrouvé toute son aisance de jadis. Fort heureusement, le capitaine lui laissa un peu de temps et après quelques mois à martyriser sa main, il parvint à satisfaire son futur employeur qui lui accorda une place au sein de son équipage. Assez satisfait de ce changement, Svein en informa tout de même sa tante qui s'inquiéta aussitôt de son sort. Cette dernière n'avait cessé d'essayer de le contacter depuis le repas catastrophique, mais se retrouvait face à un véritable mur. Malgré tout, elle lui fit part de ses inquiétudes : avec une main diminuée, il risquait sa vie lors des batailles ! Bien évidemment, le jeune homme refusa d'écouter quoi que ce soit et préféra s'en-aller avant d'en entendre davantage. Faisant fi de tous les avertissements qu'on lui offrait, il se lança dans cette nouvelle aventure. C'était bien loin de ses rêves de jadis, mais peut-être qu'en devenant un marin émérite, il aurait enfin sa vengeance et l'espoir d'être accepté sur Snákr ? Ce n'est que quelques semaines plus tard que l'un de ses collègues lui parla de Sigrid, sa sœur. Apparemment, cette dernière prévoyait de rejoindre Fálki, encouragée par Gabriel qui l'avait mise en contact avec la chienne qu'il troussait occasionnellement. Inutile de préciser que l'idée ne plaisait guère à Svein et qu'il comptait bien s'interposer entre ce projet totalement fou et sa sœur trop bravache !


Informations complémentaires

→ Svein a eu la main droite brisée l'année de ses 18 ans. Depuis il souffre régulièrement de douleurs lancinantes qui l'empêchent de mener une vie tout à fait normale.
→ La plus jeune de ses sœurs et albinos et une rumeur court sur son père : certains prétendent que ce serait l'un des trois aînés de la fratrie – même si beaucoup penchent en faveur de Gabriel.


Informations personnelles

• Avatar : Jack Huston (Outlander, le dernier Viking)
• Crédits : Sunnight

• Pseudo : Bételgeuse, Crépuscule de Lune
• Âge : 29 ans
• Divers : J'aime l'écriture, la lecture, les jeux vidéos, les animaux, etc... j'adore tout ce qui touche au médiéval et à ce genre d'univers ! Je n'aime pas parler de moi donc vous en apprendrez davantage plus tard !
• Comment avez-vous connu le forum ? Je l'ai créé avec les deux donzelles Héhé
• Avez-vous des conseils à donner ? Pas à ma connaissance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Plus la patience est grande et plus belle est la vengeance. ♦️ ©️ Le Boucher de Kouta




Svein ♛ Les dieux de la vengeance exercent en silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux
» Groupe #4 : Les dieux sont-ils avec ou contre nous ?
» Bob marley c'est dieux
» Après la folie des dieux....[PV Shion, Urio]
» Apprentis Dieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kolmen Kirosi :: Carnet du voyageur :: Bureau de recensement :: Ile de Bjǫrn-